A chacun sa part de responsabilité
jeudi 9 mars 2017

Pas besoin d’être spécialement Kabiliste pour constater ce qui ressemble de plus en plus à une constante. A savoir que vu de certaines capitales occidentales, le procès contre Joseph Kabila est uniquement à charge. Communiqué après communiqué, prise de position après prise de position … le réquisitoire est invariablement le même.
L’ " accusé " Kabila n’a droit ni à la présomption d’innocence, ni la possibilité de présenter ses moyens de défense. Tout se passe comme si le Raïs congolais était condamné d’avance. Sa cause déjà entendue. Et la sentence prononcée.
Drôle de procès dans lequel le " prévenu " est accusé de tout, est responsable et même coupable de tout. Dans son box d’accusé, mieux de condamné, le président s’entend dire qu’il doit répondre même de turpitudes de ses opposants ! Que le Rassemblement serve au pays l’une des recettes dont l’Opposition zaïro-congolaise détient le secret, en l’occurrence les querelles de clochers sur fond d’égos surdimensionnés, le chef de l’Etat est pointé du doigt.
Certes, Joseph Kabila n’est blanc comme neige. Il a forcément sa part de responsabilité. Comment du reste pouvait-il en être autrement ? Dans l’exercice du pouvoir, on commet forcément des erreurs. . On est loin du " tout va bien Madame la Marquise ". A l’heure de l’inventaire, le président ne sera pas épargné.
En tout cas, le juge suprême qu’est le Congolais lambda vit suffisamment dans sa chair le contrecoup de la gouvernance pour se contenter du verdict par procuration. Unique victime collatérale des conflits d’intérêt entre les différents pouvoirs et leurs " parrains - détracteurs " occidentaux, les Congolais voient leurs dirigeants être tour à tour sanctifiés et diabolisés.
Mobutu, Kabila père, Kabila fils et même Tshisekedi ont connu, chacun, leur part de béatification et de diabolisation.
José NAWEJ

Vivement le parler vrai
vendredi 20 octobre 2017

Entre deux courses pour la survie quotidienne, des chiffres, des formules, des slogans… reviennent comme en écho dans les oreilles du Congolais. (...)
lire la suite
Le revers de la personnification des enjeux du pays
jeudi 19 octobre 2017

Une question qui ne devrait pas en être une, mais qui en devient une, contexte zaïro-congolais oblige : qui a été élu au Conseil onusien des droits (...)
lire la suite
Un congrès à enjeu planétaire
mercredi 18 octobre 2017

Au moins autant que celle des Etats-Unis, la politique intérieure chinoise intéresse le vaste monde. Aujourd’hui plus qu’hier. D’où, l’intérêt (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
vendredi 13 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
jeudi 12 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
Encore et toujours l’Est
mercredi 11 octobre 2017

Kinshasa n’est pas le Zaïre, aimait à dire Mobutu dans toutes les langues. Cette citation culte du Maréchal-Président n’avait pas que son côté (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting