De bombe à retardement à bombe en activité
jeudi 16 mars 2017

Un coup d’œil sur les effectifs des miliciens estampillés « Kamwena Nsapu » , « Bundu dia Kongo » , « Maï-Maï »…suffit pour se faire une religion . Des jeunes , des très jeunes même forment le gros de troupes .
Derrière ce triste constat, une interpellation . Si tant est que l’on en soit encore à ce stade. Car le danger qui était à nos portes est entré -par effraction ?- dans la maison Congo .
Faute de perspectives de scolarité pour les uns et d’emploi pour d’autres, de plus en plus de jeunes ne savent plus à quel saint se vouer. Résultat, ils s’en remettent qui au premier illuminé venu, qui au premier vendeur d’illusions, qui encore à celui qui achètent leur oisiveté.
Pas donc étonnant que le mercenariat sous toutes ses variantes fasse florès à travers le pays. Les jeunes ne sont plus qu’embrigadés par des seigneurs de guerre d’opérette qui prospèrent sous le riche terreau congolais de la pauvreté. Ils s’embrigadent, ils s’enrôlent, ils s’engagent. Comme des millions d’autres qui, dans les grandes villes sautent sur la moindre « occasion » pour casser, piller…
Face à ce sinistre, la seule politique du tout sécuritaire ne saurait suffire. Pas plus que la pourtant nécessaire réponse judiciaire ne saurait éradiquer le mal. De même que l’on ne fait pas baisser la fièvre en cassant le thermomètre, de même que la répression tous azimuts n’est, à l’évidence pas, la thérapie efficace dans le cas d’espèce.
Aujourd’hui plus encore qu’hier, il est aussi urgent qu’ impérieux de s’occuper enfin de la jeunesse. Pas au travers des discours généreux ou des slogans très deuxième République du genre « la jeunesse est l’avenir du pays ». Pas non plus par le biais des manifestations où le folklore le dispute à la démagogie. Les gouvernants ont l’obligation d’encadrer effectivement les jeunes en créant les conditions d’emploi dans les villes comme dans les villages.
Curieux paradoxe tout de même de voir que dans un pays où tout est à construire , des millions de jeunes diplômés comme non qualifiés sont à l’abandon. Ces jeunes-là ont cessé d’être une bombe à retardement pour devenir une bombe en activité.
José NAWEJ

Fec : "Samy- compatible"
mardi 28 mars 2017

Fini le "je t’aime et moi non plus" entre le Gouvernement et le patronat. "Rebonjour" la nécessaire confiance ! Voire de la complicité .En tout (...)
lire la suite
A en croire les sources officielles, le gros...
lundi 27 mars 2017

A en croire les sources officielles, le gros de miliciens "Kamwina Nsapu" a déposé les "armes" et s’est rendu. Alléluia ! Une bonne nouvelle. Très (...)
lire la suite
De bons offices à la politique : combien de pas ?
vendredi 24 mars 2017

Au commencement étaient les bons offices. Ceux-ci engendreront les discussions directes entre signataires et non signataires de l’Accord politique (...)
lire la suite
A la manière de M. Jourdain ou sur les traces de son illustre confrère ?
mercredi 22 mars 2017

Au commencement étaient les bons offices. Ceux-ci engendreront les discussions directes entre signataires et non signataires de l’Accord politique (...)
lire la suite
Solidarité francophone face aux extrémistes
mardi 21 mars 2017

Dans plusieurs pays francophones de la planète, la violence s’invite. Des extrémistes, désireux de propager leurs idéologies et de les faire (...)
lire la suite
Le tocsin plutôt que le glas
lundi 20 mars 2017

L’heure de vérité sonne aussi en politique. A n’en point douter, c’est le cas pour ce qui est de très laborieuses discussions directes du Centre (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting