De bombe à retardement à bombe en activité
jeudi 16 mars 2017

Un coup d’œil sur les effectifs des miliciens estampillés « Kamwena Nsapu » , « Bundu dia Kongo » , « Maï-Maï »…suffit pour se faire une religion . Des jeunes , des très jeunes même forment le gros de troupes .
Derrière ce triste constat, une interpellation . Si tant est que l’on en soit encore à ce stade. Car le danger qui était à nos portes est entré -par effraction ?- dans la maison Congo .
Faute de perspectives de scolarité pour les uns et d’emploi pour d’autres, de plus en plus de jeunes ne savent plus à quel saint se vouer. Résultat, ils s’en remettent qui au premier illuminé venu, qui au premier vendeur d’illusions, qui encore à celui qui achètent leur oisiveté.
Pas donc étonnant que le mercenariat sous toutes ses variantes fasse florès à travers le pays. Les jeunes ne sont plus qu’embrigadés par des seigneurs de guerre d’opérette qui prospèrent sous le riche terreau congolais de la pauvreté. Ils s’embrigadent, ils s’enrôlent, ils s’engagent. Comme des millions d’autres qui, dans les grandes villes sautent sur la moindre « occasion » pour casser, piller…
Face à ce sinistre, la seule politique du tout sécuritaire ne saurait suffire. Pas plus que la pourtant nécessaire réponse judiciaire ne saurait éradiquer le mal. De même que l’on ne fait pas baisser la fièvre en cassant le thermomètre, de même que la répression tous azimuts n’est, à l’évidence pas, la thérapie efficace dans le cas d’espèce.
Aujourd’hui plus encore qu’hier, il est aussi urgent qu’ impérieux de s’occuper enfin de la jeunesse. Pas au travers des discours généreux ou des slogans très deuxième République du genre « la jeunesse est l’avenir du pays ». Pas non plus par le biais des manifestations où le folklore le dispute à la démagogie. Les gouvernants ont l’obligation d’encadrer effectivement les jeunes en créant les conditions d’emploi dans les villes comme dans les villages.
Curieux paradoxe tout de même de voir que dans un pays où tout est à construire , des millions de jeunes diplômés comme non qualifiés sont à l’abandon. Ces jeunes-là ont cessé d’être une bombe à retardement pour devenir une bombe en activité.
José NAWEJ

Tous les articles en cours de rédaction
mercredi 19 avril 2017

Congolais d’ici et de la diaspora, juste un rappel : nous sommes au mois d’avril. Plus près de mai que de mars. Selon le bréviaire sorti du Centre (...)
lire la suite
Ce VPM-là…
lundi 17 avril 2017

Ramazani Shadary n’est évidemment pas un homonovus dans la kabilie. " Monsieur coup sur coup " est secrétaire général adjoint du parti présidentiel (...)
lire la suite
Le Pays attend de voir…
lundi 10 avril 2017

Autant le proclamer tout de go. Si Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire a laissé des disciples, Bruno Tshibala est, incontestablement de ceux-là. (...)
lire la suite
Samy Badibanga, un cas de conscience
vendredi 7 avril 2017

Impossible de ne pas penser au Premier ministre encore en fonction en ce deadline. Voilà un homme dont l’actualité conforte la démarche et donc (...)
lire la suite
Un grand instant républicain au Palais
mercredi 5 avril 2017

Deux jours durant, des acteurs politiques de tous horizons ont monté les marches qui mènent au saint des saints du pouvoir rd congolais. Même les (...)
lire la suite
La rue ou des négociations par d’autres voies
lundi 3 avril 2017

" La guerre, écrivait Carl Von Clausewitz, est la continuation de la politique par d’autres moyens. Depuis, la citation de ce théoricien et (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting