RAPPORTEUR DE LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L’HOMME
Me Belinda Luntadila : « Le pagne imprimé vise la promotion des droits des femmes et non le contraire »
vendredi 17 mars 2017

La situation des droits des femmes en RDC et le sens du pagne imprimé lors de la célébration de la Journée internationale de la femme étaient au centre d’un entretien avec le rapporteur de la commission nationale des droits de l’homme. Me Belinda Lutandila Kisolokele, c’est d’elle qu’il s’agit, a saisi cette opportunité pour éclairer l’opinion sur le sens du port des pagnes imprimés lors de la célébration de la Journée internationale de la femme.

Pour cette ancienne conseillère administrative au cabinet de la ministre de la Condition féminine et Famille, l’idée était d’utiliser le pagne comme support de communication pour faire passer le message sur les droits des femmes dans toutes les langues nationales. Une occasion de sensibiliser et de faire la promotion des droits des femmes.
Malheureusement, a déploré cette activiste de droits des femmes, le message était biaisé. « Nous avons eu l’impression que le port du pagne imprimé le 8 mars, c’était pour mettre en valeur ce tissu et non faire la promotion des droits des femmes », a-t-elle fait remarquer.
En 2003, a rappelé Belinda Lutandila, le pays sortait d’une crise, où les cas de violences sexuelles avaient une ampleur démesurée. « Et nous à la Condiffa, nous avons réfléchi sur les instruments à utiliser pour sensibiliser les décideurs à mettre fin à ces violences. C’est ainsi que nous avons résolu d’imprimer le pagne pour relayer ce message dans toutes les langues nationales », a indiqué cette avocate, soutenant que les femmes ne portent plus le pagne.
Les fonds obtenus ont servi à la prise en charge des victimes ou encore à leurs réinsertions économiques, a-t-elle renchéri. « Après quelques années on ne comprenait pas la déviation. C’est comme cela que l’autorité nationale avait suspendu l’impression du pagne à cette occasion ». « Si la mesure est levée aujourd’hui, cela signifie qu’il y a eu un effort de compréhension de la part des bénéficiaires. Je recommande au Gouvernement, à travers son ministère du Genre, d’insister auprès des bénéficiaires sur le fait que le pagne imprimé le 8 mars n’est pas pour mettre en valeur ce tissu, mais plutôt un outil de communication pour faire passer les messages clés sur le droits des femmes ».

EQUILIBRE DE SEXE AU BUREAU DE LA CNDH

Abordant la question sur la situation de la femme en RDC, elle a indiqué que cette situation est encore précaire. D’après ce membre du bureau de la CNDH, « Il y a encore des stéréotypes qui pèsent sur la femme. Quand on regarde les statistiques, on constate que les droits de la femme ont un long chemin à parcourir », a-t-elle laissé entendre.
« Cela, bien qu’il y ait eu certaines évolutions concernant le vote de quelques lois telles, que la loi sur la parité et celle portant le code de la famille révisé », a-t-elle relevé, tout en reconnaissant que l’application de ces lois au niveau des postes de prises de décision tarde à décoller.
« Pour les postes qui proviennent des élections, il y a moins de femmes qui sont élues. Tandis que pour les postes de nominations, les décideurs tiennent compte de la représentativité de la femme, il n’y a pas assez de femmes », a mentionné Me Belinda Luntadila.
Par ailleurs, Elle a fait savoir que la CNDH qui a la mission de promouvoir et de protéger les droits de l’homme, fait de la situation des enfants et des femmes, sa priorité. C’est ainsi que cet organe d’appui à la démocratie, a une sous-commission permanente chargée de la femme et des enfants.
Composée de neuf membres, la CNDH est un exemple. Il y a cinq hommes et quatre femmes et de même pour son bureau, il y a un équilibre total, deux hommes et deux femmes. « Nous travaillons ensemble sans discrimination dans la transparence. Il faudra que nous mêmes nous puissions respecter les droits de femmes pour que l’exemple soit vu de l’extérieur », a soutenu son rapporteur.
« Que les hommes accompagnent les femmes dans la promotion de leurs droits. Si nous voulons un développement harmonieux, les hommes et les femmes doivent travailler et évoluer ensemble », a estimé cette activiste.
Pour ce faire, elle a invité les hommes à accompagner les femmes dans la promotion de leurs droits. « Nous voulons qu’on accorde les mêmes chances au niveau de la société à la femme pour que notre pays avance. Nous avons besoin de tout le monde pour créer un équilibre dans notre pays », a-t-elle soutenu.
Par rapport au thème de la célébration de la Journée internationale de la femme, Belinda Luntadila estime que le pays pouvait opter pour un thème pendant une certaine période y travailler pour les résultats qu’il va produire. Toutefois, elle est d’avis que le thème retenu cette année tombe à point nommé. Elle a indiqué que l’emploi décent concerne non seulement les femmes mais tout le monde, homme, femme et jeune. Il est important que la femme ait un travail décent et qu’elle bénéficie d’un salaire égal et des avantages sociaux qui en découlent. « Un travail qui donne à la femme sa qualité d’être humain », a-t-elle martelé. Mathy MUSAU

Drépanocytose : les étudiantes de l’Issi amorcent le dépistage gratuit à Selembao
vendredi 23 juin 2017

Des étudiantes de l’Institut Supérieur en Sciences Infirmières (ISSI) sont descendues à Selembao au début de la semaine pour procéder au dépistage (...)
lire la suite
Des finalistes se sont rués vers les photographes pour immortaliser la fin des examens
vendredi 23 juin 2017

La session ordinaire de la 51ème édition de l’Examen d’Etat s’est clôturée hier jeudi 22 juin sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo. (...)
lire la suite
N’Djili : les Kuluna blessent une dame et emportent une importante somme d’argent
jeudi 22 juin 2017

Les habitants du quartier 8, dans la commune de N’Djili, ont vécu un cauchemar dans la nuit du lundi au mardi 20 juin dernier. Une dizaine de (...)
lire la suite
Les hauts cadres du PAM et de la FAO pour des interventions conjointes en faveur des populations affectées
jeudi 22 juin 2017

Le Directeur des urgences de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. Dominique Burgeon, et la directrice des (...)
lire la suite
Nécessité de restructurer le mouvement féminin
jeudi 22 juin 2017

La participation politique des femmes et Mouvement féminin dans le contexte des élections et de la décentralisation en RDC. Tel est le thème de la (...)
lire la suite
Kinshasa : des écoles à filières techniques attirent de plus en plus les filles
jeudi 22 juin 2017

(Par Dorius MBEMBE, sous la coordination de Yves KALIKAT) Jadis réservées aux hommes, les filières techniques séduisent de plus en plus les filles (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting