Le tocsin plutôt que le glas
lundi 20 mars 2017

L’heure de vérité sonne aussi en politique. A n’en point douter, c’est le cas pour ce qui est de très laborieuses discussions directes du Centre interdiocésain de Kinshasa. A l’initiative du chef de l’Etat, les Evêques ont offert leurs bons offices. Les protagonistes ou leurs plénipotentiaires ont négocié jusqu’à la signature de l’Accord du 31 décembre. Reste l’Arrangement particulier. En clair, les modalités pratiques d’application de ce compromis. Notamment dans ses dispositions en rapport avec le mode de désignation du Premier ministre et le processus de désignation formelle pour ne pas dire officielle du Président de Conseil national de suivi de l’Accord (CSNA).
Là est le point culminant des négociations. Là commence la politique. Avec ce qu’elle implique de concessions au terme des contacts formels comme informels. Et surtout avec ce qu’elle commande sinon comme dépassement, du moins comme mise sous le boisseau des certitudes paroissiales et des postures personnelles. Bref, c’est l’heure de vérité pour les acteurs-clés.
C’est le moment où les différents ténors de l’Opposition intra et hors Rassemblement doivent se parler. Et, faute de se rabibocher, trouver à tout le moins un modus vivendi.
Le temps est arrivé où le leadership du Rassemblement doit apprendre à arpenter le boulevard Tshatshi ou à rouler sur cette artère qui mène au Palais de la Nation. Car, s’il a cessé d’être l’alpha et l’oméga de la scène politique rd congolaise, " Monsieur Kabila " comme on le désigne à l’UDPS est encore la pièce-maîtresse du puzzle.
Jusqu’à preuve du contraire, impossible de "faire " sans lui. Et même contre lui. Cette réalité-là peut ne pas être du goût de beaucoup dans l’Opposition radicale, elle n’en est pas moins implacable.
Inversement, pour la kabilie qui sait ce que signifie " l’inclusivité " et qui en connait le prix ne saurait trop donner l’impression de se contenter du blocage. Nul ne sait sur quoi l’impasse peut déboucher. Le pays étant ce qu’il est.
Pour éviter que demain l’on ait à se demander pour qui sonnera le glas, il est vital d’entendre le tocsin. José NAWEJ

Tous les articles en cours de rédaction
mercredi 19 avril 2017

Congolais d’ici et de la diaspora, juste un rappel : nous sommes au mois d’avril. Plus près de mai que de mars. Selon le bréviaire sorti du Centre (...)
lire la suite
Ce VPM-là…
lundi 17 avril 2017

Ramazani Shadary n’est évidemment pas un homonovus dans la kabilie. " Monsieur coup sur coup " est secrétaire général adjoint du parti présidentiel (...)
lire la suite
Le Pays attend de voir…
lundi 10 avril 2017

Autant le proclamer tout de go. Si Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire a laissé des disciples, Bruno Tshibala est, incontestablement de ceux-là. (...)
lire la suite
Samy Badibanga, un cas de conscience
vendredi 7 avril 2017

Impossible de ne pas penser au Premier ministre encore en fonction en ce deadline. Voilà un homme dont l’actualité conforte la démarche et donc (...)
lire la suite
Un grand instant républicain au Palais
mercredi 5 avril 2017

Deux jours durant, des acteurs politiques de tous horizons ont monté les marches qui mènent au saint des saints du pouvoir rd congolais. Même les (...)
lire la suite
La rue ou des négociations par d’autres voies
lundi 3 avril 2017

" La guerre, écrivait Carl Von Clausewitz, est la continuation de la politique par d’autres moyens. Depuis, la citation de ce théoricien et (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting