POUR LUTTER CONTRE LES MALADIES RECURRENTES EN RDC
L’ISTM/Kinshasa met en place un réseau de recherche multidisciplinaire
lundi 20 mars 2017

L’Institut supérieur des techniques médicales de Kinshasa (ISTM/K) envisage la création d’un réseau de recherche multidisciplinaire et d’un comité de surveillance des maladies récurrentes en RDC. C’est la recommandation formulée par les scientifiques au cours de deux jours des conférences-débats.

Les participants aux journées scientifiques organisées du vendredi 17 au samedi 18 mars à l’ISTM/Kinshasa, ont aussi retenu comme stratégies la sensibilisation de la population aux maladies récurrentes en RDC. Ceci va se faire à travers une communication intensive, la promotion de la formation continue et la valorisation de la médecine traditionnelle, mais aussi la relance du laboratoire de recherche des plantes médicinales (LAREPLAM).
Coordonnée par les professeurs Kanyonga Manuele et Abedi Pamphyle, cette énième édition des journées scientifiques de l’ISTM/Kinshasa a été riche en résolutions. Les participants ont invité les chercheures du domaine médical à privilégier le couplage des données hospitalières à celles de la population afin de mener avec efficacité des études sur les maladies récurrentes en RDC.

NECESSITE D’UNE FORMATION DE QUALITE

Ils ont recommandé le focus sur les pathologies récurrentes en RDC dont le paludisme, la fièvre typhoïde, le cancer de sein et les maladies dites professionnelles. Avant de plaider pour la mise sur pieds d’un comité scientifique devant standardiser les protocoles de recherche et définir les sujets de mémoire pour les finalistes en licence en rapport avec les problèmes qui se posent dans la population.
Au personnel de la santé, les scientifiques ont recommandé le renforcement du diagnostic, du traitement qui comprend la prévention et l’intervention thérapeutique, et du suivi des patients. Pas seulement. Ils ont, par ailleurs, insistésur la nécessité de faire des étudiants des agents de réduction de la mortalité et de la morbidité en RDC à travers la formation de qualité.
Au total, trois ateliers ont été retenus au cours de ces assises. Le premier a planché sur l’épidémiologie et la communication sur les maladies récurrentes. Alors que le second a eu comme termes de référence, le diagnostic, le traitement et le suivi des maladies récurrentes en RDC. Le troisième atelier a eu pour sa part, la charge de réfléchir sur la médecine traditionnelle et la phytothérapie des maladies récurrentes en RDC.

UN COLLOQUE MULTIDISCIPLINAIRE

La particularité de cette troisième édition des journées scientifiques de l’ISTM/Kinshasa a été de réunir autour des mêmes problématiques, des experts de différents domaines ayant un impact direct sur la santé.
C’est le professeur Leon Okenge, qui a ouvert le bal avec sa conférence intitulée : " déterminants socio-économiques, culturels et environnementaux de la santé respiratoires chez les enfants de moins de cinq ans à Kinshasa ".
Le doyen de la faculté de Médecine a relevé quelques facteurs potentiellement à la base des maladies respiratoires en RDC. Il s’agit de la pollution domestique, l’insalubrité, le nettoyage à sec des maisons, l’usage abusif des insecticides et des déodorants, le tabagisme passif, etc. Il a plaidé pour l’amélioration des conditions de l’habitat et la mise en place des stratégies permettant l’accessibilité financière aux soins de santé à toutes les couches de la population.
L’assistance a ensuite été enrichie par une série des conférences suivies des débats contradictoires. Le docteur Kanyonga Mwana a brossé le tableau de la situation épidémiologique des pathologies récurrentes dans la ville province de Kinshasa, suivi du professeur Timothée Kamanga qui a parlé des soins palliatifs pédiatriques en RDC.

REDUCTION DE LA MORTALITE ET DE LA MORBIDITE

Le professeur Beya Dibue a, pour sa part, fait le lien entre changement climatique et la santé de la population. Il a préconisé la limitation des émissions de gaz à effet de serre par la plantation des arbres, la promotion des énergies renouvelables ainsi que l’adaptation des calendriers agricoles aux changements environnementaux.
Plusieurs autres thèmes ont été abordés lors de ces travaux, à savoir les problématiques du cancer de sein, la promotion de la santé au travail par la réduction des risques des maladies professionnelles, la radioprotection de la femme enceinte et la nécessité de la démarche qualité dans le secteur sanitaire.
Le comité de gestion de l’ISTM/Kinshasa, à travers son Directeur général le Pr François Mpona-Minga Mishama, s’est dit fier de la réussite de ces assises qui ont eu pour objectif de mettre en évidence l’importance de la multidisciplinarité dans la recherche de solutions en vue de la réduction de la mortalité et de la morbidité liées aux maladies récurrentes en RDC.
La troisième édition des journées scientifiques de l’ISTM/Kinshasa a coïncidé avec l’inauguration par le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Steve Mbikayi, d’une clinique de simulation sur le campus de cet établissement. Elle a pour objectif de doter des étudiants d’une expérience pratique avant d’aller pratiquer sur le corps humains. Orly-Darel NGIAMBUKULU

UCOFEM organise la 2ème édition de marathon des femmes et hommes des médias
vendredi 23 février 2018

L’Union congolaise des femmes des médias organise le jeudi 1er mars prochain, un marathon des femmes et des hommes des médias, au travers de toutes (...)
lire la suite
Le ministère public s’en tient aux dénonciations contenues dans les PV
vendredi 23 février 2018

Un seul prévenu a comparu hier jeudi 22 février, à la prison de Ndolo, à l’audience comptant pour l’affaire des présumés miliciens du mouvement (...)
lire la suite
L’armée ougandaise envahit Mahagi en Ituri
vendredi 23 février 2018

*Le N°3 des ADF tué par les FARDC à Beni. Des informations concordantes confirmées par l’Administrateur de Territoire de Mahagi en Ituri, du (...)
lire la suite
Vingt-six Congolais morts de diarrhée aiguë, selon le HCR
vendredi 23 février 2018

Vingt-six réfugiés congolais ont trouvé la mort dans un camp en Ouganda, après avoir souffert, durant quatre jours, de diarrhée aiguë. Selon une (...)
lire la suite
OCHA condamne l’assassinat de deux travailleurs humanitaires
vendredi 23 février 2018

Les conditions sécuritaires demeurent encore préoccupantes dans le Nord-Kivu à l’Est de la RDC, renseignent les organisations humanitaires sur (...)
lire la suite
Me Richard Bondo privilégie l’éthique et la considération de l’autre
jeudi 22 février 2018

Les thèses de doctorat défendues et soutenues ces derniers jours à Kinshasa font couler beaucoup d’encres et de salives. La dernière réaction en (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting