CRISE AU SEIN DE L’OPPOSITION RADICALE
Le choix des Evêques fait débat
lundi 20 mars 2017

* En adoubant une tendance du Rassemblement au détriment d’autres courants, l’Eglise catholique est-elle encore au milieu du village ? s’interrogent certains observateurs.
L’actualité congolaise de ces dernières semaines place l’église catholique romaine au centre de la politique intérieure de notre pays.

Voilà quelques jours qu’au travers d’une mauvaise traduction de la langue allemande, une certaine presse a voulu répandre l’idée que le Pape François refusait de venir en République Démocratique du Congo à cause de la présence de Son Excellence, Monsieur le Président Joseph Kabila, à la tête du pays. Depuis, des traducteurs, moins politiquement orientés, ont mieux exprimé la pensée du Saint Père, qui certes, ne viendra pas en RDC, plutôt pour des questions de sécurité que pour un quelconque motif politique.

Une deuxième raison porte l’église catholique au centre des polémiques qui se développent au sein de différents forums s’intéressant à l’avenir de la RDC.
Il y a un certain temps, au sortir du Dialogue Politique National Inclusif de la Cité de l’Union Africaine, le Président de la République constatait que certains ténors de l’opposition congolaise n’avaient pas pris part aux échanges autour de Monsieur Edem Kodjo. Le Chef de l’Etat avait ainsi cru bon de demander à la CENCO d’aller vers ceux qui étaient restés volontairement hors du dialogue, pour les convaincre de rejoindre le courant de la recherche pacifique d’une solution à la délicate question de l’organisation des élections dans notre pays.
Connaissant l’importance démographique de l’église catholique et son indéniable influence dans notre pays, l’opinion publique tant nationale qu’internationale avait applaudi des deux mains cette initiative. Nous espérions, tous, que le poids moral des dirigeants de l’église exercerait sur les antagonistes, un impact apaisant.
Aujourd’hui, quelques mois après l’ouverture des pourparlers de la CENCO, force est de constater que les évêques catholiques n’apaisent pas la situation tel que l’avait espéré chacun. Bien au contraire, certaines attitudes partisanes installent le doute. La récente prise de position de l’Abbé Donatien Nshole en faveur d’une branche du "Rassemblement", dans le conflit ouvert depuis la disparition, le 1er février, de l’ancien Premier Ministre, Monsieur Etienne Tshisekedi, montre que l’action de la CENCO participe plus à chauffer les esprits qu’à rechercher une solution consensuelle.
L’église a abandonné le milieu du village pour accompagner directement la fraction la plus radicale du "Rassemblement ".
Alors que le " Rassemblement " se présente devant l’opinion congolaise, répartie en trois tendances ; Monsieur l’Abbé Nshole, Secrétaire Général de la CENCO, a choisi son camp. Dans une déclaration du14 mars, le prélat annonce que pour la CENCO " c’est Félix TSHISEKEDI qui est le répondant du " Rassemblement ".
Quel rôle l’église catholique joue-t-elle dans cette affaire qui empoisonne la classe politique congolaise et retarde, du même coup, la solution quant au problème qu’ensemble nos prétendants au leadership doivent résoudre ?
Monsieur l’Abbé Nshole est-il, par la vertu de je ne sais quel esprit, devenu le juge ou l’arbitre des différends surgissant dans la classe politique congolaise ? Le mandat conféré à la CENCO était d’amener ceux qui étaient restés hors du dialogue de la Cité de l’U.A. à rejoindre l’accord du 18 octobre 2016. Voilà que non seulement la CENCO s’est éloignée de cette mission, mais, par la voix de Monsieur l’Abbé Nshole, elle veut décider de qui va représenter l’opposition congolaise autour de la table des négociations. Là, Monsieur l’Abbé a manifestement, outrepassé son mandat.

DES VOIX S’ELEVENT AU SEIN MEME DU RASSEMBLEMENT

Pire encore, les évêques eux-mêmes ont jeté le masque le jeudi 16, en confirmant la position du Secrétaire Général de la CENCO. La réaction n’est pas venue de la Majorité présidentielle, ni de l’opposition ayant signé l’Accord du 18 octobre 2016, mais bien d’une frange appartenant au cœur même du " Rassemblement ". Messieurs Olengankoy, Lisanga Bonganga, Kiakwama, Roger Lumbala et autres se sont directement opposés au choix anti-démocratique opéré par la CENCO. M. Valentin Mubake, que personne ne peut soupçonner de connivence avec la Majorité, conteste ouvertement le choix des évêques. Le conseiller politique du sphinx de Limete n’a pas hésité à insinuer que le fils de son ancien patron cherche à faire mentir Etienne Tshisekedi après sa mort. Plus grave encore, nous apprenons qu’une plainte serait en gestation contre Félix Tshisekedi, Pierre Lumbi et l’Abbé Tshilumba pour faux et usage de faux.
La CENCO ne devrait-elle pas se donner le temps d’examiner la représentativité des uns et des autres ? La morale ne commande-t-elle pas que l’Eglise commence par écouter les partisans des trois groupes afin de tenter une réconciliation entre les protagonistes. En outre, l’éthique n’impose-t-elle pas une instruction avant d’envoyer les uns en enfer et de préparer pour les autres des places au paradis ? Le moins que l’on puisse dire est qu’une injustice aussi flagrante ne grandit nullement la sainte Eglise catholique de la RDC.
La CENCO doit, si elle veut garder sa crédibilité et demeurer l’instance à laquelle la nation peut recourir en cas de différends graves, modifier son approche. La RDC étant traversée par plusieurs courants politiques, religieux et philosophiques, le sage doit savoir en tenir compte.
A bon entendeur… KM/CP

Henri Yav installe un comité consultatif
vendredi 17 novembre 2017

*La mise en place de ce comité constitue un signal fort envoyé en direction des investisseurs et des Partenaires internationaux sur la (...)
lire la suite
La Société civile pour le renforcement du contrôle budgétaire
vendredi 17 novembre 2017

Des organisations de la société civile viennent de rendre public le rapport de contrôle citoyen sur l’analyse de l’exécution de la loi des finances (...)
lire la suite
Le geste de Serge Mayamba salué
vendredi 17 novembre 2017

Le député national Serge Mayamba Massaka est un élu responsable. Républicain même. Le fait est rare pour être souligné. Selon des sources à l’Assemblée (...)
lire la suite
Sénat : Martin Kabwelulu en difficulté
vendredi 17 novembre 2017

Il a arpenté hier les couloirs de la salle ces Conférences internationales, où se tiennent les plénières du Sénat. Lui, c’est Martin Kabwelulu, (...)
lire la suite
Le processus électoral au centre des discussions entre Aubin Minaku et des diplomates occidentaux
vendredi 17 novembre 2017

Les élections en RDC avec les différentes étapes contenues dans le calendrier électoral publié par la CENI ont été hier au cœur des échanges entre le (...)
lire la suite
L’UE préoccupée par les déclarations de certains responsables militaires et civils
vendredi 17 novembre 2017

* Les 27 exhortent, par ailleurs, les organisateurs des manifestations à adopter une attitude non-violente La Délégation de l’Union européenneà (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel ignoré ou rejeté. A chaque chapelle son verdict. (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting