NGALIEMA
Des délestages récurrents préoccupent les habitants du quartier Manenga
mardi 21 mars 2017

Passer une journée entière avec du courant électrique est un rêve irréalisable pour les habitants du quartier Manenga, dans la commune de Ngaliema. Dans cette partie de la ville de Kinshasa, la population dénonce ce qu’elle qualifie de phénomène « délestages récurrents pendant de longues heures ».

Quand le soleil se couche, la lampe torche de fabrication chinoise et la bougie prennent la relève au quartier Manenga. C’est tout dire. « Chaque jour, aux environs de 5 heures du matin, le courant part. Généralement, nous passons des journées et des nuits entières sans le courant de la Société nationale d’électricité (SNEL). Par expérience, c’est tard vers 23 heures que le réseau est généralement rétabli. L’électricité revient ainsi au moment où tout le monde dort et aussi, pendant que toutes les activités du petit commerce sont à l’arrêt », a déclaré sur un ton de révolte, une ménagère du quartier ayant requis l’anonymat.
Les coupures intempestives étant devenues leur lot quotidien, tenanciers de terrasses, vendeurs de vivres frais et autres propriétaires de petites cabines téléphoniques publiques du quartier Manenga, ont contourné l’obstacle à leur manière. Ils recourent désormais aux groupes électrogènes de capacités adaptées à la nature de leurs petits commerces.
OBLIGER DE S’APPROVISIONNER EN CARBURANT

Cependant, cette solution palliative n’est pas toujours une issue idoine dans la mesure où elle impose au quotidien l’achat du carburant, pour compenser la très longue rupture de fourniture d’énergie électrique. Ce qui n’est pas toujours évident. Surtout lorsque les ventes ne suivent pas.
Quand bien même que ce délestage soit l’effet de la politique de distribution d’énergie électrique, adoptée depuis quelques années par la Snel ; de nombreux habitants du quartier Manenga dénoncent le mauvais comportement de certains de leurs. Ils les accusent de tripoter dans la cabine électrique qui alimente leur quartier.
« Le malheur ici, est aussi le fait que l’accès à la cabine électrique paraisse libre. En tout cas, il est loin d’être l’apanage des ingénieurs qualifiés de la Snel. Bien au contraire. N’importe qui y accède comme il veut et quand il le souhaite. Ce qui n’est pas du tout normal. Comment peut-on vivre sans électricité ? Ça devient difficile aussi bien pour nous qui sommes encore étudiants et pour les grands élèves des humanités, à la difficulté réelle de relire leurs notes », s’est plaint un jeune homme de plus d’une vingtaine d’années, étudiant dans un établissement d’Enseignement supérieur et universitaire de Kinshasa.
Pour sa part, M. Mutombo Mwamba, chef du quartier Manenga, fustige le fait que la politique de facturation de la Snel, appliquée aux consommateurs de ce réseau, ne puisse pas tenir compte de la réalité.
« Par le passé, nous étions alimentés par la ligne de l’université privée UCKIN, plus proche de notre quartier. Pendant plusieurs années, jamais nous n’avions connu autant de difficultés en matière de fourniture d’énergie électrique telle que nous l’éprouvons ces dernières années. Aussi paradoxale que cela puisse paraitre, la Snel nous envoie des factures à la fin de chaque mois, alors que le courant n’est jamais stable. Allons-nous continuer à tolérer cette situation ? », s’est-il interrogé.
Prenant leur mal en patience, la population du quartier Manenga ne sait pas à quel saint se vouer. Toutefois, elle pense que l’option d’utilisation de l’énergie thermique, récemment prise par la Snel, pourrait lui être bénéfique. Dorius MBEMBE,
Stagiaire IFASIC, sous la direction de LAUREL KANKOLE

L’utilisation des normes peut rendre des villes plus intelligentes
jeudi 19 octobre 2017

* Pour sa part, l’association pour la promotion de la métrologie et la normalisation en RDC (APROMEN) recommande des campagnes de sensibilisation à (...)
lire la suite
Les premières destructions suscitent une vive polémique
jeudi 19 octobre 2017

Quelques maisons construites anarchiquement sur le site agricole de Kindibula, dans la commune de Mont Ngafula ont été démolies par des tracteurs (...)
lire la suite
Les décharges publiques chargent et polluent l’environnement à Kinshasa !
mercredi 18 octobre 2017

* Face à l’insalubrité devenue une marque de la ville, la responsabilisation des bourgmestres s’impose comme une nouvelle approche d’assainissement (...)
lire la suite
Goma : l’inauguration de l’Institut français fixée au 20 octobre prochain
mercredi 18 octobre 2017

L’Institut français de Goma sera inauguré le 20 octobre prochain. C’est Alain Remy, ambassadeur de France en République Démocratique du Congo, qui va (...)
lire la suite
La RDC attendue au Forum de l’initiative du Bassin du Nil au Rwanda
mercredi 18 octobre 2017

La RDC est attendue au 5ème forum biennal pour le développement du Bassin du Nil, qui se tiendra du 23 au 25 octobre prochain au Rwanda. Une (...)
lire la suite
La route de Kimwenza dévisagée par des ravins
mercredi 18 octobre 2017

La route de Kimwenza, prolongement de l’avenue des Cliniques universitaires, se présente aujourd’hui dans un état de délabrement très avancé. Depuis (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting