La reprise en mains
jeudi 6 avril 2017

Question classique d’après prestation : le Raïs a-t-il été convaincant ? Mécaniquement ou presque, les partisans du Président répondent invariablement par un oui emphatique voire lyrique. Symétriquement, les adversaires résolus réagissent négativement. Un classique ici ou ailleurs.
Laissons à l’Histoire le soin de juger l’adresse du Président à la Nation à travers les deux chambres du Parlement, réunies en congrès. Comme " historien du présent " -grosse prétention objecteront certains puristes-, occupons -nous donc du présent.
Pour constater que, depuis sa dernière rencontre avec les Evêques catholiques, ce qui se dessinait semble se confirmer jour après jour. A savoir qu’au Palais, l’heure de la reprise en mains semble avoir sonné. Sans redevenir tout à fait l’alpha et l’oméga de la scène politique congolaise qu’il a été, Joseph Kabila revient au centre du jeu politique. Il en est à nouveau le maître.
C’est lui qui redessine les contours de l’ordre post-Centre interdiocésain. Il y a trois mois, le Raïs se partageait le rôle d’ordonnateur avec les Prélats et… le commandeur des opposants Etienne Tshisekedi. Celui-ci n’est plus et ceux-là ont rendu le tablier.
Avec la disparition du leader de l’UDPS, mieux du chef naturel de l’Opposition, le Rassemblement a cessé d’être cet épouvantail qui charriait un rapport de forces d’une autre nature. Pis, la méga plateforme, sortie de terre quelque part en Belgique, est rattrapée par le congénital du paysage politique zaïro-congolais : la scissiparité.
Œuvre collective, le Rassemblement voit de plus en plus de groupes de ses sociétaires en utiliser le label. Du pain béni pour JKK ! Ce coureur de fond qui sait avoir ses adversaires à l’usure. Lesquels se recrutent souvent dans la catégorie " sprint ".
Hier au Palais du peuple, le Raïs relooké- au propre comme au figuré-, a presqu’achevé de se replacer au cœur du landerneau politique. Mieux, il en est redevenu le cœur. A preuve, le pays entier a les yeux rivés vers le Palais de la Nation pour apercevoir la fumée blanche ou noire- c’est selon- promise… dans 48 heures. Enfin, dans désormais 24 heures.
José NAWEJ

Vivement le parler vrai
vendredi 20 octobre 2017

Entre deux courses pour la survie quotidienne, des chiffres, des formules, des slogans… reviennent comme en écho dans les oreilles du Congolais. (...)
lire la suite
Le revers de la personnification des enjeux du pays
jeudi 19 octobre 2017

Une question qui ne devrait pas en être une, mais qui en devient une, contexte zaïro-congolais oblige : qui a été élu au Conseil onusien des droits (...)
lire la suite
Un congrès à enjeu planétaire
mercredi 18 octobre 2017

Au moins autant que celle des Etats-Unis, la politique intérieure chinoise intéresse le vaste monde. Aujourd’hui plus qu’hier. D’où, l’intérêt (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
vendredi 13 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
jeudi 12 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
Encore et toujours l’Est
mercredi 11 octobre 2017

Kinshasa n’est pas le Zaïre, aimait à dire Mobutu dans toutes les langues. Cette citation culte du Maréchal-Président n’avait pas que son côté (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting