KASAÏ
62.000 nouvelles personnes déplacées en une semaine, selon OCHA
vendredi 21 avril 2017

Le Bureau de la coordination des Nations unies pour les affaires humanitaires a publié, hier 20 avril, un rapport sur la crise humanitaire qui sévit dans l’espace Grand Kasaï. Ce rapport couvre la période du 13 avril au 19 avril 2017.

Selon OCHA, plus de 62.000 nouvelles personnes déplacées internes ont été rapportées depuis une semaine dans la région des Kasaï, dont environ 32. 000 dans la province du Kasaï Central et 29. 000 dans le Kasaï, suite à des affrontements entre les milices et les FARDC ou des tensions intercommunautaires.
L’impact de la crise s’étend au-delà des Kasaï, avec par exemple plus de 11.000 Congolais ayant fui vers l’Angola depuis le 13 avril dernier, et 28. 000 personnes qui ont quitté la province du Kasaï pour celle du Lualaba, assure OCHA.
En dépit des difficultés d’accès humanitaire, rapporte notre source, l’assistance multisectorielle se poursuit avec 32 projets d’urgence en cours, principalement dans la ville de Tshikapa (Kasaï), la ville de Kananga et le territoire de Dibaya (Kasaï Central), et les territoires de Kabeya Kamwanga, Miabi, et Lupatapa (Kasaï Oriental).

MOBILISER LES RESSOURCES SUPPLEMENTAIRES POUR KANANGA

Considérant l’ampleur des besoins humanitaires, un Appel est en cours d’élaboration afin de mobiliser davantage de financements pour l’assistance, note OCHA. En effet, les capacités actuelles des acteurs humanitaires et de développement sont dépassées, de même que toutes les projections du Plan de Réponse Humanitaire 2017-2019, font remarquer les humanitaires.
Cependant, OCHA a fait savoir que la situation pourrait se détériorer, avec une augmentation des déplacements et des besoins en assistance multisectorielle et en protection, si le conflit n’est pas résolu durablement. Ce, malgré l’accord conclu entre le Gouvernement et la famille du défunt Kamuina Nsapu, des inquiétudes persistent concernant les tensions intercommunautaires que le conflit a réveillées, les revendications sociales et politiques de la population, et le risque de pérennisation des violences par certains miliciens pour des motifs économiques, laissent-ils entendre.

REPONSE HUMANITAIRE

Face à cette situation, les humanitaires mettent en place 70 projets dans le Kasaï, le Kasaï Central et le Kasaï Oriental, dont 32 humanitaires, 33 de développement et 5 qui lient les aspects humanitaires et de développement, dans différents secteurs. Il s’agit de la protection, santé, sécurité alimentaire, nutrition, eau hygiène et assainissement, éducation.
Sur une quarantaine d’acteurs humanitaires dans ces provinces, seuls une dizaine d’acteurs présents sont internationaux. Dans le Kasaï, la majorité des projets (27 projets sur 36) sont concentrés dans la ville de Tshikapa, dans le territoire du même nom. Dans le Kasaï Central, les territoires qui bénéficient du nombre de projets le plus élevé sont les suivants : Dibaya (5/15 projets), la ville de Kananga (4) et le territoire de Dibelenge (3). Enfin dans le Kasaï Oriental, l’action humanitaire est délivrée particulièrement dans les territoires de Kabeya Kamwanga (8/19 projets), de Miabi (7) et de Lupatapata (4).

CONTEXTE DE LA CRISE

L’urgence complexe dans la région des Kasaï a débuté à Tshimbulu (Kasaï Central), avec le soulèvement violent d’une milice locale (Kamuina Nsapu), le 8 août 2016. Depuis lors, cette crise s’est étendue aux provinces du Kasaï, Kasaï Oriental, de la Lomami, et du Sankuru, avec des attaques répétées des miliciens contre des symboles du pouvoir central, ainsi que leurs affrontements avec les forces de sécurités nationales. La montée du conflit s’est traduite en des actes violents indiscriminés de plus en plus nombreux à l’égard des populations civiles, de la part de toutes les parties au conflit.
Cette crise se traduit aussi par une exacerbation des tensions intercommunautaires préexistantes entre les multiples ethnies de la zone, en lien avec le redécoupage territorial, l’effritement des systèmes de médiation traditionnelle et des structures de pouvoir coutumier, ainsi que la manifestation locale des rivalités politiques au niveau national.
Cette situation entraine de multiples déplacements internes de population dans les différentes provinces susnommées ainsi que vers les provinces du Lualaba et du Haut-Lomami. Cela génère des besoins humanitaires importants en matière assistance multisectorielle d’urgence et en protection.
Face à cette situation, les priorités stratégiques de la communauté humanitaire sont notamment le renforcement de la visibilité sur les besoins sur l’ensemble du territoire concerné, l’établissement d’une stratégie d’intervention commune et la mobilisation de l’attention de la capacité et des ressources à l’échelle nationale et internationale.
Mathy MUSAU

Le Nouveau Représentant de l’UNFPA en RDC s’engage à travailler sur l’élimination des décès maternels
lundi 15 janvier 2018

Le nouveau représentant du Fonds des Nations unies pour la population en RDC s’engage à travailler sur les quatre priorités nationales à (...)
lire la suite
" La question des prisonniers et exilés politiques devrait être résolue avant les élections "
lundi 15 janvier 2018

La question des prisonniers et exilés politiques devrait être résolue avant la tenue des élections, a plaidé samedi 13 janvier l’Association (...)
lire la suite
La Fondation Konrad Adenauer plaide pour la participation des personnes vivant avec handicap
lundi 15 janvier 2018

La Fondation Konrad Adenauer a organisé vendredi 12 janvier dernier au Centre pour Handicapés de la Commune de Barumbu une matinée de formation (...)
lire la suite
Le Pr Oscar Nsaman pour l’adéquation entre la formation académique et la demande du monde du travail
lundi 15 janvier 2018

La formation académique en RDC doit être en adhéquation avec les besoins réels du monde de travail. C’est ce qu’a déclaré le Pr Oscar Nsaman O’Lutu, à (...)
lire la suite
SCTP : une caissière disparaît avec une somme de plus de 74.000 Usd
lundi 15 janvier 2018

Un coup dur a frappé à la porte de la Société commerciale des Transports et des Ports (SCTP SA). Une caissière à la gare fluviale, s’est (...)
lire la suite
L’intersyndicale de l’EPSP demande au Premier ministre de reporter sa décision
lundi 15 janvier 2018

La lettre du Premier ministre datée du 2 janvier 2018 adressée à certains membres de son équipe dont celui de l’EPSP a fait l’objet d’un point de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting