RDC : MSF et le ministère de la Santé se mobilisent contre la rougeole
vendredi 21 avril 2017

* Depuis novembre 2016, plus de 675.000 enfants ont été vaccinés et 14.000 malades soignés dans les zones d’intervention MSF.
En soutien au ministère Rd-congolais de la Santé, l’organisation internationale humanitaire Médecins Sans Frontières(MSF) a vacciné depuis novembre 2016, plus de 675.000 enfants contre la rougeole. Plus de 14.000 malades ont été soignés dans des zones de santé, disséminées à travers les provinces de Maniema, du Sud Kivu, du Tanganyka, d’Ituri et d’Equateur, rapporte un communiqué des MSF.

Les équipes MSF et celles du ministère de la Santé sont actuellement à pied d’œuvre contre la rougeole dans les cinq provinces de la RDC, à savoir : Maniema, Sud-Kivu, Tanganyka, Ituri et Equateur. « Nous faisons face à une situation grave qui nécessite une mobilisation considérable. Le temps est compté, car plus nous – MSF, autorités congolaises et autres partenaires – agissons vite et fort, moins cette maladie très contagieuse peut se propager », explique, le chef de mission de MSF à Kinshasa, Jeroen Beijnsberger
Pour garantir une couverture vaccinale efficace (95% des enfants de 6 mois à 14 ans vaccinés), souligne MSF, les équipes doivent couvrir jusqu’aux coins les plus reculés. « Dans un pays aussi vaste que la RDC, caractérisée par un manque d’infrastructures routières, cela signifie, par exemple, parcourir des centaines des kilomètres en moto, traverser des fleuves en pirogue et marcher des jours à travers une forêt inhospitalière ».
Cibangu, infirmier d’une des équipes MSF engagées dans la province du Maniema, parle du calvaire vécu pour arriver dans certains villages. « Pour atteindre le village de Yalombe, mes trois collègues et moi avions dû marcher pendant six jours aller-retour dans la forêt du Parc de Lomami. On passait la nuit à la belle étoile en pleine forêt, on a du rationner la nourriture. On devait faire un trajet de 120 km à pied au milieu d’hautes herbes jonchées de grosses fourmis, qui, parfois, pénétraient jusque dans nos sous-vêtements. De fois, nous étions obligés de sauter par-dessus de vieux arbres tombés qui barraient la route. Tout cela était bien nécessaire pour atteindre un village où nos équipes devaient vacciner plus de 1.600 enfants ».

LE DEFI LOGISTIQUE

Hormis la distance entre les villages, note MSF, le défi logistique est particulièrement important dans les zones marquées par l’insécurité politique et la présence des groupes armés, comme le Sud Kivu ou le Tanganyka.
En dehors des campagnes de vaccination, les équipes MSF garantissent la prise en charge médicale des patients affectés par la maladie, principalement des enfants de moins de 10 ans. Elles assurent le traitement ambulatoire des symptômes. Les enfants souffrant à la fois de rougeole et de malnutrition bénéficient d’une attention particulière, car ils sont vulnérables.
Selon le récit de Mwayuma Ramazani, dans l’hôpital général de référence de Kindu, au Maniema, la rougeole a emporté beaucoup d’enfants, lorsque la maladie s’est déclenchée dans son village. Surtout de ceux dont les parents recourraient au traitement traditionnel.
Mais, ceux qui se sont précipités aux centres de santé ont pu voir leurs enfants sauvés. « Quand j’ai appris que MSF était là pour les soins et, quand mon enfant a commencé à faire de la fièvre, j’ai décidé d’aller au centre de santé. Quand je suis arrivé au centre, l’équipe mobile MSF nous a amenés à l’hôpital », raconte-t-elle
Gaudia Storni, responsable terrain MSF a révélé qu’à Manono, dans la province du Tanganyka, près de 900 enfants ont été hospitalisés en janvier. « La malnutrition reste, selon lui, un problème. Fragiles, les jeunes enfants malnutris sont particulièrement vulnérables aux différentes maladies, dont la rougeole ».
Selon les données officielles, la République Démocratique du Congo a connu des victoires contre la maladie ces dernières années avec une diminution du nombre de cas de plus de 95% entre 2011 et 2015.
Cependant, le pays a connu des épidémies majeures de rougeole. Entre 2011 et 2013, une flambée épidémique avait touché 300.000 enfants, dont 5.000 avaient péri. A cette période, 13 millions d’enfants avaient été vaccinés en riposte, dont 3 millions par MSF.
En 2017, l’épidémie est repartie avec plus de 13.000 nouveaux cas enregistrés. C’est de la sorte que MSF estime que les forts engagements internationaux de l’OMS, de la conférence des Ministres africains de la santé et de différentes partenaires sur la vaccination devraient être poursuivis pour espérer éliminer la rougeole d’ici 2020.

QUID DE LA ROUGEOLE ?

Selon les spécialistes de la santé, la rougeole est une maladie virale qui représente un danger majeur, surtout chez les enfants de moins de cinq ans. Elle se propage par voie orale, par les éternuements et la toux, et se compte parmi les maladies les plus contagieuses.
La rougeole touche, en premier lieu, les enfants et provoque de la fièvre et des éruptions cutanées. Les risques de complications sont importants singulièrement des infections de l’oreille, la pneumonie, la diarrhée, la malnutrition ou encéphalite (inflammation du cerveau).
Ces complications peuvent entraîner des convulsions, une cécité, des retards mentaux voire la mort. La rougeole peut provoquer la mort de plus de 7 % des malades en l’absence d’un traitement et dans certains environnements précaires.
Aucun traitement n’existe à ce jour contre le virus de la rougeole. Pour soigner les malades, on prend en charge leurs symptômes pour prévenir les complications avec le paracétamol, les antibiotiques, les pommades ophtalmiques et la vitamine A.
Le meilleur moyen de diminuer la mortalité liée à la rougeole reste de renforcer la prévention à travers la vaccination.
Dina BUHAKE

Le Nouveau Représentant de l’UNFPA en RDC s’engage à travailler sur l’élimination des décès maternels
lundi 15 janvier 2018

Le nouveau représentant du Fonds des Nations unies pour la population en RDC s’engage à travailler sur les quatre priorités nationales à (...)
lire la suite
" La question des prisonniers et exilés politiques devrait être résolue avant les élections "
lundi 15 janvier 2018

La question des prisonniers et exilés politiques devrait être résolue avant la tenue des élections, a plaidé samedi 13 janvier l’Association (...)
lire la suite
La Fondation Konrad Adenauer plaide pour la participation des personnes vivant avec handicap
lundi 15 janvier 2018

La Fondation Konrad Adenauer a organisé vendredi 12 janvier dernier au Centre pour Handicapés de la Commune de Barumbu une matinée de formation (...)
lire la suite
Le Pr Oscar Nsaman pour l’adéquation entre la formation académique et la demande du monde du travail
lundi 15 janvier 2018

La formation académique en RDC doit être en adhéquation avec les besoins réels du monde de travail. C’est ce qu’a déclaré le Pr Oscar Nsaman O’Lutu, à (...)
lire la suite
SCTP : une caissière disparaît avec une somme de plus de 74.000 Usd
lundi 15 janvier 2018

Un coup dur a frappé à la porte de la Société commerciale des Transports et des Ports (SCTP SA). Une caissière à la gare fluviale, s’est (...)
lire la suite
L’intersyndicale de l’EPSP demande au Premier ministre de reporter sa décision
lundi 15 janvier 2018

La lettre du Premier ministre datée du 2 janvier 2018 adressée à certains membres de son équipe dont celui de l’EPSP a fait l’objet d’un point de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting