CONDAMNE PAR LA CPI DANS L’AFFAIRE DE SUBORNATION DE TEMOINS
Le cas Fidèle Babala pose problème
vendredi 21 avril 2017

La République démocratique du Congo est entrain inexorablement de consolider sa marche vers la " démocratie ", en dépit de multiples obstacles qui se dressent dans ce cheminement ! Une certitude : la quête pour la démocratie est irréversible pour le Peuple congolais...

Cependant, une question s’impose : de quelle démocratie veut-on dans notre Pays ?

Il faut noter que depuis 1990, année symbolique du démarrage du processus de démocratisation au Congo, il apparaît une forte divergence sur différentes perceptions de la démocratie : sommes-nous véritablement dans un Etat démocratique ?
Les uns disent oui, parce qu’il existerait des " Institutions dites démocratiques ", à savoir un Pouvoir Exécutif, un Pouvoir Législatif" un Pouvoir Judiciaire...Là, c’est une démocratie institutionnelle, soit ! Tel est le cas actuellement où, depuis la tenue des élections de 2006 et de 2011, la RDC est dotée des institutions démocratiques où les Animateurs ont été élus ! C’est la " démocratie soft ", ou " cosmétique " selon d’autres.
Une autre opinion estime qu’il n’existerait pas de démocratie en RDC parce que les pratiques de gestion ainsi que les comportements des acteurs politiques ne répondent aucunement aux exigences des valeurs démocratiques sur lesquelles se fondent la démocratie et la bonne gouvernance ! Car, d’après cette conception, la démocratie est une culture qui se vit et se pratique au-delà de la "mise en place des institutions" !
C’est à ce niveau que se situe l’intérêt de la présente réflexion.
En effet, on ne peut instaurer la démocratie sans pour autant " vivre les valeurs de la démocratie ".
Au nombre de ces valeurs nous pouvons citer : la paix, la solidarité, la justice, l’équité, la vérité, l’égalité, la liberté ; l’éthique et la morale.
La morale et l’éthique constituent les colonnes principales autour desquelles s’érigent tous les autres principes de la démocratie...C’est pourquoi, on dit que dans une société ou il y a inversion des valeurs morales et de l’éthique, il est illusoire de penser construire un système démocratique.
Compte tenu de ces considérations, des voix s’élèvent pour dire que le cas Fidèle Babala, reconnu coupable par la CPI de subornation de témoins, pose problème. Elles se demandent si " un élu du peuple, condamné pour des faits délictueux et pénaux " peut siéger dans l’hémicycle ?
Ceux qui soutiennent cette thèse estiment qu’"un condamné, un repris de justice " ne serait plus " honorable ", parce que, soutiennent-ils, son comportement déviant a été sanctionné par les instances judiciaires, qui sont les surveillantes de " règles de la société " !
Donc pour eux " le cas de Fidèle Babala interpelle toutes les bonnes consciences.
Puisque la justice internationale l’a condamné, les institutions démocratiques sur le plan national ne peuvent pas le laisser participer au jeu démocratique ", expliquant que qu’" un homme politique doit être un modèle de la société et de la jeunesse…".
Kilewa MUSEMA POLE/CP

Mon juste vivra par sa foi
vendredi 23 février 2018

(Par l’Evangéliste Colin NZOLANTIMA) Depuis quelques années, nous sommes témoins de plusieurs évènements qui déstabilisent notre quiétude. Des (...)
lire la suite
Super Coupe de la CAF : l’arbitrage vidéo autorisé pour le choc Wac-Mazembe
vendredi 23 février 2018

L’arbitrage vidéo (VAR) sera utilisé lors du match de la Super Coupe de la CAF entre le Wydad Athletic Casablanca, vainqueur de la Ligue des (...)
lire la suite
Le Roi Mohammed VI interpelle la Communauté internationale
jeudi 22 février 2018

Rabat - Sa Majesté le Roi Mohammed VI a appelé la communauté internationale en général et les grandes puissances agissantes en particulier, à assumer (...)
lire la suite
COMMUNIQUE DE PRESSE
mardi 20 février 2018

SEMINAIRE SUR LE TRAFIC DE DROGUE PAR VOIE MARITIME DANS LE GOLFE DE GUINEE L’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI), sis à l’Académie (...)
lire la suite
Le Procureur de la Cour pénale internationale...
mardi 20 février 2018

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a remercié la Coalition pour la CPI et ses membres du monde entier pour leur (...)
lire la suite
Travail : le secteur privé risque la paralysie
mardi 20 février 2018

*Les travailleurs en passe d’aller en grève revendiquent l’application du nouveau SMIG de 5 dollars américains arrêté entre le Gouvernement, la FEC et (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting