MLC CONTRE MLC
Fidèle Babala, les dessous d’un acharnement contre Micheline Bie Bongenge
vendredi 21 avril 2017

Des sources au MLC affirment que le député national élu de la Tshangu, Fidèle Babala, se serait lancé depuis un certain temps dans une campagne contre Micheline Bie, Questeur adjointe au bureau de la CENI, pour le compte de la composante Opposition politique.

L’opinion s’étonne de constater que c’est de son propre parti politique que provient la campagne de déstabilisation de la Questeur adjointe. Pour en savoir davantage, sur les tenants et aboutissants de cette guéguerre, Forum des As a approché Micheline Bie. Car après que Eve Bazaïba, la Secrétaire Générale du MLC, a en vain demandé sa démission, c’est au tour de Fidèle Babala, Secrétaire Général adjoint, de s’acharner contre cette femme. Mais ce sera peine perdue, Micheline Bie s’est refusée de parler, compte tenu de son statut actuel.
Cependant, des investigations menées dans les milieux du MLC ont permis de récolter des renseignements qui donnent les raisons réelles de cette guerre contre la Questeur adjointe de la CENI....
Selon des sources, tout serait parti de la désignation, en mai 2013, par les instances dirigeantes du MLC, de Micheline Bie, affectueusement appelée " Maman Miche ", au poste de Questeur adjoint, alors que Fidèle Babala avait un candidat qu’il soutenait et qu’il tenait à placer à ce poste.
" Déçu, il va chercher vainement à contrôler et à régenter Mme Micheline au point de lui imposer la constitution du personnel de son Cabinet ! Dans son jeu de trafic d’influence avec le " téléphone ", il va oser la torpiller, lui donner des injonctions pour bloquer le fonctionnement de la CENI ", confie une des sources, ajoutant qu’ " il exigeait à la Questeur adjointe de le voir chaque matin pour recevoir les ordres et le soir pour lui faire rapport. "
Tout ça, affirmait-il, sur ordre du Président JP Bemba avec lequel il s’entretient régulièrement au téléphone, et en mode conférence ! " Mal lui en avait pris, car Micheline Bie, qui est une femme forte de caractère, va découvrir que tous les fameux ordres n’étaient que des arnaques. Les coups de fils téléphoniques avec Bemba n’étaient que de simulacres qu’il utilisait toujours pour mentir, et extorquer. "
Plusieurs cadres du parti seraient tombés victimes de ce " fameux trafic téléphonique ", indique-t-on au MLC. " Devant l’intransigeance et la fermeté de Mme Bie, il va la menacer de mort. C’est pourquoi, à l’époque Madame la Questeur adjointe portera plainte contre Babala à la Cour Suprême de Justice. "
Mais à la demande du Secrétaire Général du MLC de l’époque, Thomas Luhaka, elle va suspendre sa plainte devant la justice. Les notables de l’Equateur, dont les chefs coutumiers, se seraient plaint aussi de l’acharnement aveugle et injuste de Babala contre leurs filles et sœurs ; car pendant la même période, affirme-t-on, le député Babala se serait acharné contre Jeannine Mabunda avec une certaine violence.
Au sein du MLC, le refus de Mme Bie d’obtempérer aux injonctions de Babala avait fini par le démystifier. " L’influence de ses fameux faux coups de téléphone avait diminué et personne n’y accordait encore du crédit. Et ça Babala n’a jamais pardonné à Mme Micheline Bie de l’avoir dévalué ou démonétisé ! ", fait-on remarquer.
Avec recul, ce serait donc par vengeance que Fidèle Babala lance sa campagne pour déstabiliser la Questeur adjointe. Cependant, une large opinion au sein du MLC n’accepterait pas que cette dame, haut Cadre de la première heure, soit traitée de cette manière. " Elle a fait le maquis avec Bemba, elle a beaucoup apporté au combat du MLC, depuis la rébellion. Elle faisait partie du " pré carré " de Bemba. Une grande opératrice économique avec des concessions de diamants qu’elle exploitait, une maman de grand cœur… ", confient les habitants de Gbadolite qui l’ont surnommée " Maman sociale ".
" EIIe ne mérite pas un tel traitement de la part de ceux qui ont rejoint le MLC à la dernière heure, surtout Babala qui a hypothéqué son propre parti et adhéré au MLC en 2006, juste pour se faire élire sous l’effet " fourmis".
Pour nombre de cadres et autres militants du MLC, "cette femme mérite respect ". Cette femme voulait tout simplement respecter l’article 22 de la loi organique. Celle-ci stipule : "Dans l’accomplissement de leur mission, les membres de la CENI ne sollicitent ni ne reçoivent d’instruction d’aucune autorité ; jouissent de la totale indépendance par rapport aux forces politiques qui les ont désignés. "
Didier KEBONGO

Quand la MP pèche par un déficit communicationnel
vendredi 21 juillet 2017

L’annonce des élections des Gouverneurs et vice-Gouverneurs, le 26 août prochain dans 11 nouvelles provinces de la RD Congo, continue à alimenter (...)
lire la suite
Le Rassemblement en conclave ce vendredi à Kinshasa
vendredi 21 juillet 2017

Le conclave du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, initialement prévu du 8 au 10 juin dernier à Kinshasa, (...)
lire la suite
« Transition Sans Kabila » avec quelle Constitution ?
vendredi 21 juillet 2017

* A l’issue de son troisième conclave, « Rassop/Limete » doit bien répondre à cette question sans fioritures… Dans la chronique du mardi 18 juillet (...)
lire la suite
Des présumés assassins bientôt présentés au public
jeudi 20 juillet 2017

* Par ailleurs, des services de renseignements sont aux trousses d’autres supposés auteurs du même crime en cavale, a révélé hier le VPM en charge de (...)
lire la suite
Moïse Katumbi récuse les 30 juges du Tribunal de grande instance de Lubumbashi
jeudi 20 juillet 2017

C’est hier qu’a débuté, au Tribunal de grande instance (TGI) de Lubumbashi, le procès en appel de l’affaire du Grec Emmanuel Stoupis contre l’ancien (...)
lire la suite
La MP appelée à mûrir davantage le casting
jeudi 20 juillet 2017

* Le cas « Kasaï central » nécessite un choix judicieux des candidats. Onze assemblées provinciales vont bientôt élire les nouveaux Gouverneurs et (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting