Macron ou Le Pen , pourvu que meure la françafrique !
vendredi 5 mai 2017

Un zeste de politique hexagonale. Comment s’en priver à deux jours du second tour de la présidentielle française ? Une élection qui intéresse, certes, d’abord les Français. Une consultation qui ne sera pas tout de même pas sans conséquence sur l’Afrique.
Pas besoin de revenir en long et en large sur le poids international de Paris. La France faisant partie de cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies. L’Hexagone figurant parmi les six premières économies du monde.
De tous les pays européens, la France étant avec la Grande-Bretagne le pays le plus lié à l’Afrique. Histoire coloniale et postcoloniale oblige. La France, ce pays du Nord qui partage sa langue avec nombre de pays africains, dont la RDC. L’Hexagone étant l’un des pays européens qui compte un nombre important d’Africains .Tout cela mis ensemble fait que les Africains suivent avec un intérêt certain l’élection présidentielle française.
Alors Macron ou Le Pen, l’Afrique attend de savoir qui succédera à François Hollande. Le Continent serait surtout intéressé de savoir si le futur ou la future président(e) va effectivement rompre avec la fameuse françafrique.
Cette politique ou diplomatie parallèle, faite de "réseaux héritée de la Guerre froide qui voit Paris se comporter dans certains pays africains comme dans ses arrière-cours. Ce, notamment en y faisant et défaisant les dirigeants au gré des intérêts français.
L’expédition punitive contre Kadhafi, le règlement militaire du cas Gbagbo au crépuscule du mandat Sarkozy ; les leçons de démocratie à géométrie variable sous Hollande… Même si on peut faire crédit au Président "socialiste " français d’avoir stoppé l’avancée du radicalisme islamiste au Mali. Là aussi, une des conséquences de l’intervention dépourvue de service après -vente en Libye.
Bref, plus de cinquante ans après les indépendances, l’Afrique entend développer des relations adultes avec le reste du monde, dont la France. Président en exercice de l’Union africaine, Alpha Condé a bien transmis ce message-là à « son camarade socialiste » François Hollande. José NAWEJ

Des limites au régime de faveur
vendredi 22 juin 2018

Autant le confesser tout de go. Personne d’équilibré ne trouverait à redire sur le principe d’une prise en charge d’anciens Présidents de la république (...)
lire la suite
Le tempo présidentiel
jeudi 21 juin 2018

"Circulez, il n’y a rien à voir", "rien à signaler", "il n’y a pas de quoi fouetter un chat"… En postposant son adresse à la Nation via les deux (...)
lire la suite
Dans la tête du Raïs…
mercredi 20 juin 2018

Comment ne pas pointer la journée du vendredi 22 juin ? Comment ne pas y penser ? Comment ne pas imaginer -ou plus exactement s’imaginer- ce que (...)
lire la suite
Une session vraiment extraordinaire
mardi 19 juin 2018

Des sessions extraordinaires, les travées de deux hémicycles nichés au Palais du peuple en ont connues. Et en connaîtront. Mais, en général le (...)
lire la suite
Une session vraiment extraordinaire
lundi 18 juin 2018

Des sessions extraordinaires, les travées de deux hémicycles nichés au Palais du peuple en ont connues. Et en connaîtront. Mais, en général le (...)
lire la suite
Opération-séduction du pays profond
vendredi 15 juin 2018

Cela n’a échappé à personne. Le Raïs est en itinérance dans le pays profond. Après avoir séjourné dans le Haut-Katanga pour une série d’inaugurations, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Et …pourquoi pas Gbagbo

L’acquittement-libération de Jean-Pierre Bemba a de quoi donner des idées. Une véritable jurisprudence tant sur le fond que sur la forme. Condamné au premier degré pour "crimes de guerre et crimes (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting