JOURNEE DE SENSIBILISATION A L’ENROLEMENT
Le COREFECEP invite les femmes à traduire leur majorité numérique en majorité électorale
vendredi 12 mai 2017

L’opération de révision du fichier électoral qui s’annonce dans la capitale Rd-congolaise fait déjà bouger des états majors des organisations et associations féminines. C’est le cas du Corps des Regroupements des femmes congolaises pour l’émergence de la parité (COREFECEP). Cette plateforme de défense des Droits des femmes a organisé, hier jeudi 11 mai, dans la salle paroissiale la Résurrection, à Lemba/Salongo, une rencontre de sensibilisation à l’enrôlement massif des femmes. Au finish, la coordinatrice de ce regroupement a invité les participantes à traduire leur majorité numérique en majorité électorale.

Elles sont venues nombreuses, les membres des associations de la société civile, fidèles des églises, militantes des partis politiques, femmes paysannes, maraîchères et commerçantes, répondre à l’appel du COREFECEP. Ressortissantes des communes de Matete, de Kinsenso et de Lemba, à l’ouest de Kinshasa, ces femmes ont été sensibilisées à la nécessité de s’enrôler massivement afin de participer activement aux prochaines échéances électorales.
Au rendez-vous, le bourgmestre de la commune de Lemba a précisé que l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs est une phase déterminante pour le processus électoral en cours. Toussaint Kaputu Mafulu a saisi cette occasion pour inviter les femmes de sa municipalité à relayer le message de l’enrôlement massif aux jeunes filles et garçons dans leurs milieux respectifs.
Les femmes doivent se montrer conscientes de ce qu’elles valent pour nos sociétés, a-t-il martelé. Le bourgmestre a émis le vœu de voir les Congolaises de sa juridiction, mais aussi de tout le district du Mont-Amba, voire de la ville de Kinshasa, participer massivement au processus électoral en cours. Cela, non seulement comme électrices, mais aussi comme candidates.

TRADUIRE LA MAJORITE NUMERIQUE EN MAJORITE ELECTORALE

La coordonnatrice du COREFECEP, Régine Ayowa Akatshi, a d’entrée de jeu rappelé le combat que mène cette plateforme. Celui d’obtenir une forte représentativité des femmes aux postes de décision, la promotion du leadership féminin, la création des synergies et réseautages entre candidates et femmes leaders d’opinion, ainsi que leur renforcement des capacités dans différents domaines de la vie nationale.
Devant un auditoire suspendu à ses lèvres, Régine Ayowa s’est appesanti sur le thème : "La coopération Sud-Sud : enjeux et perspectives". Elle a mis un accent particulier sur la nécessité pour les femmes de s’unir, de travailler en synergie et de tisser des liens de coopération horizontale. Ce, après avoir brossé un bref aperçu historique sur l’approche de la Chine et de bien d’autres pays du sud, à l’époque de la guerre froide.
"Les femmes sont majoritaires en RDC. Cependant, il s’avère que, lors de l’enrôlement, elles n’y vont que timidement. Un autre problème, c’est qu’elles ne sont pas solidaires entres-elles. Conséquence : au moment des élections, elles élisent plus les hommes que leurs camarades femmes. D’où, la nécessité de créer des réseautages afin de traduire cette majorité numérique en majorité électorale ", a indiqué Régine Ayowa.
Représentant le vice-président de la CENI à cette matinée, la conseillère en Genre de cette institution d’appui à la démocratie, Sisi Asuka, a attiré l’attention de l’assistance sur la régression du nombre de femmes enrôlées en 2017 comparativement à l’opération d’enrôlement de 2011.

APPEL A L’ENROLEMENT MASSIF DES FEMMES

Régine Ayowa a déploré la faible représentativité des femmes au Parlement, aux gouvernements à tous les niveaux, dans les comités des partis politiques et dans d’autres postes de décisions.
"J’exhorte les femmes à s’enrôler massivement. Cela, compte tenu des statistiques enregistrées depuis le début de l’opération en cours de révision du fichier électoral dans les 13 premières provinces. Sur 22.652.000 enrôlés, la femme ne figure qu’à 48% sur les listes électorales", avance-t-elle.
L’un des intervenants, Me Serge Muduku, juriste de formation et expert des questions legistiques à l’Assemblée nationale, avait la charge d’éclairer la lanterne des femmes sur certaines dispositions de la loi électorale.
Sa communication a été ponctuée de trois petites questions : " Pourquoi la loi électorale ? Que retenir de cette loi ? Quelle tactique pour accroitre la participation des femmes aux postes électifs ? " A chacune des ces interrogations, il a donné une réponse précise. Le juriste a relevé la nécessité de se faire enrôler pour obtenir la carte d’électeur qui doit servir en même temps de carte d’identité.
"On ne devient électeur que lorsqu’on a sa carte d’électeur. Ne ratez pas cette carte qui vous servira aussi de carte d’identité. Soyez attentives à l’orthographe de votre nom lors de l’enrôlement. Une chose est d’avoir sa carte, une autre est de bien la protéger. Je vous prie de la garder jalousement. Elle vous servira aussi à d’autres fins ", martèle maitre Serge Muduku.
La délégation de la CENI ne s’était pas amenée mains bredouilles. Elle a apporté un tas de pagnes et tee-shirts portant le message de la sensibilisation à l’enrôlement des électeurs.
La joie était au rendez-vous, si bien que les femmes ont chanté et dansé. Elles ont promis de relayer le message au niveau de leurs foyers respectifs, cellules sociologiques de base.
Captivées par le message, les participantes ont demandé aux organisatrices de multiplier de telle rencontre dans d’autres communes de Kinshasa, ainsi qu’à l’intérieur du pays. Dina BUHAKE et Orly-Darel NGIAMBUKULU

L’Institut supérieur théologique du Réveil largue ses 16 premiers lauréats
vendredi 12 janvier 2018

L’Institut Supérieur Théologique du Réveil (ISTR) est fier de lancer ses 16 premiers lauréats sur le marché de l’emploi. Honorés le 4 janvier dernier (...)
lire la suite
Des femmes chinoises offrent des vivres, des médicaments... aux personnes vivant avec handicap
jeudi 11 janvier 2018

L’Association des femmes chinoises au Congo (AFCC) a remis hier des dons aux personnes vivant avec handicap. La cérémonie s’est déroulée ce mercredi (...)
lire la suite
Procès Kamwina Nsapu : l’instruction se poursuit ce jeudi
jeudi 11 janvier 2018

Commencée hier mercredi 10 janvier, à la prison militaire de Ndolo, l’instruction au fond dans l’affaire des présumés miliciens du mouvement terroriste (...)
lire la suite
La commune de Barumbu bientôt enclavée
mercredi 10 janvier 2018

La commune de Barumbu est en passe d’être coupée de la ville de Kinshasa, si l’on y prend garde. Les principales artères conduisant à cette (...)
lire la suite
L’UCOFEM vise à accroitre l’accès des femmes dans les médias
mercredi 10 janvier 2018

L’Union congolaise des femmes des médias vient de publier la 3ème édition du Répertoire des femmes ressources en RDC. Pour la directrice exécutive de (...)
lire la suite
Reprise timide des cours à Kinshasa suite à une mauvaise interprétation du deuil national
mardi 9 janvier 2018

Rentrée scolaire timide à Kinshasa après les fêtes de fin d’année. Les bleu et blanc ont été à peine visibles sur les principales artères de la capitale, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

En finir avec les mesures de décrispation

Mesures de décrispation ? Pourquoi ne pas vider cette hypothèque de toute sa substance. Une bonne résolution pour 2018. Plus fondamentalement, le parachèvement de ce cycle achèverait de déblayer le (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting