POLLUTION DE L’ENVIRONNEMENT
Selembao : des immondices balancées dans la rue polluent l’atmosphère
vendredi 12 mai 2017

Les habitants des quartiers Kingu (Selembao) et Binza Pigeon (Ngaliema) vivent un calvaire ces derniers mois. Aux premières heures de la journée tout comme dans la soirée, ils sont contraints de humer des odeurs nauséabondes provenant de tas d’ordures, jetées aux abords de la route, au niveau du quartier Kingu. Même à domicile, l’air pollué envahit l’atmosphère, au plus grand détriment des occupants.

"Les immondices disséminées sur le lieu sont, pour la plupart, ramenées par l’Hôtel de ville de Kinshasa pour couvrir une érosion, créée par une pluie diluvienne à Kingu, en pleine commune de Selembao", nous explique un habitant de ce quartier, indigné de voir ces ordures éparpillées autour des terrasses, d’un marché local et d’un centre hospitalier.
La demande de couvrir la fosse érigée par l’érosion dans ce quartier de Selembao venait pourtant de la population de cette contrée, qui redoutait de voir ses maisons emportées par des intempéries ultérieures. "Interpellé par ces plaintes de la population, le Gouvernement provincial avait jugé mieux de mobiliser ses véhicules pour venir déverser les ordures dans le fossé", commente une habitante de Kingu.
"Curieusement, poursuit-elle, au lieu de verser ses déchets dans la profonde crevasse, les services de la ville ont commencé à laisser choir les déchets sur les avenues du quartier, mettant ainsi la population à la merci de la puanteur. Pire, les odeurs causées par les immondices ne se cantonnent plus seulement au quartier Kingu. Elles se répandent désormais à Binza Pigeon, le quartier le plus proche… et surtout après la pluie".

DANGER
Abordés, les habitants des quartiers Kingu et Binza Pigeon demandent à l’Hôtel de ville de venir finir leur travail, en couvrant les immondices avec du sable. "Sinon, les ordures abandonnées continueront à drainer mouches et moustiques dans les environs", avertit Nancy B., vendeuse au marché de Kingu.
"Je travaille, dit-elle, dans ce petit marché du camping. Mais, je ne supporte pas de voir rôder mouches et moustiques autour des denrées alimentaires que je vends. Si moi-même j’ai du mal à respirer les odeurs puantes qui se dégagent de ces ordures, à combien plus forte raison les clients qui viennent s’approvisionner dans ce marché ! Mais comme ils n’ont pas de choix, je sais qu’ils vont toujours acheter. C’est pourquoi, pour des raisons d’hygiène, je suis contraintes de couvrir toujours la marchandise que j’expose".

PLAINTES ET JOIE
"Confrontés à la pollution de notre environnement, nous avons dû demander de l’aide aux autorités urbaines. Elles nous ont aidés en couvrant une partie d’érosion. Mais, comme le travail n’a pas été mené jusqu’au bout, les immondices laissées dans la rue nous ont amené la maladie. Dès lors, nos enfants souffrent de plus en plus de la fièvre typhoïde et de la malaria", lâche une ménagère du quartier.
Certains habitants de la zone sont toutefois contents du travail réalisé par l’autorité urbaine. Ils se réjouissent de voir que l’Hôtel de ville a réussi à freiner certaines têtes d’érosion. "Si ce n’était pas le cas, nous avouent-ils, leurs parcelles seraient aussi emportées par les intempéries comme celles de leurs proches voisins", commentent-ils.
(Par Ketsia NDIBU, sous la direction de Yves KALIKAT)

L’Institut supérieur théologique du Réveil largue ses 16 premiers lauréats
vendredi 12 janvier 2018

L’Institut Supérieur Théologique du Réveil (ISTR) est fier de lancer ses 16 premiers lauréats sur le marché de l’emploi. Honorés le 4 janvier dernier (...)
lire la suite
Des femmes chinoises offrent des vivres, des médicaments... aux personnes vivant avec handicap
jeudi 11 janvier 2018

L’Association des femmes chinoises au Congo (AFCC) a remis hier des dons aux personnes vivant avec handicap. La cérémonie s’est déroulée ce mercredi (...)
lire la suite
Procès Kamwina Nsapu : l’instruction se poursuit ce jeudi
jeudi 11 janvier 2018

Commencée hier mercredi 10 janvier, à la prison militaire de Ndolo, l’instruction au fond dans l’affaire des présumés miliciens du mouvement terroriste (...)
lire la suite
La commune de Barumbu bientôt enclavée
mercredi 10 janvier 2018

La commune de Barumbu est en passe d’être coupée de la ville de Kinshasa, si l’on y prend garde. Les principales artères conduisant à cette (...)
lire la suite
L’UCOFEM vise à accroitre l’accès des femmes dans les médias
mercredi 10 janvier 2018

L’Union congolaise des femmes des médias vient de publier la 3ème édition du Répertoire des femmes ressources en RDC. Pour la directrice exécutive de (...)
lire la suite
Reprise timide des cours à Kinshasa suite à une mauvaise interprétation du deuil national
mardi 9 janvier 2018

Rentrée scolaire timide à Kinshasa après les fêtes de fin d’année. Les bleu et blanc ont été à peine visibles sur les principales artères de la capitale, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

En finir avec les mesures de décrispation

Mesures de décrispation ? Pourquoi ne pas vider cette hypothèque de toute sa substance. Une bonne résolution pour 2018. Plus fondamentalement, le parachèvement de ce cycle achèverait de déblayer le (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting