A L’AFFICHE D’UN CONCERT A VOUS COUPER LE SOUFFLE
La chorale Luc Gillon électrise la Halle de la Gombe
jeudi 18 mai 2017

La grande halle de l’Institut français de Kinshasa était pleine à craquer lors du concert animé par la chorale Luc Gillon dans la soirée du mardi 16 mai dernier. De blanc vêtus, les chantres de cette talentueuse chorale de l’Université de Kinshasa ont électrisé la salle par un spectacle à vous couper le souffle.

A 19h45, quand la cinquantaine de choristes de la ’’Colline inspirée’’se pointe sur le podium de la grande halle de la Gombe, moulée dans ses tenues ’’blingbling’’, l’attention des centaines de spectateurs - qui ont pris d’assaut la salle - est soudainement captivée. "Ils sont enfin là !", s’écrie, toute enthousiasmée, une adolescente, impatiente de voir démarrer le spectacle.
Une fois sur scène,les chantres gagnent les gradins en bois, disposés de part et d’autre du grand écran qui balance des images des chants à l’affiche. D’un air solennel, drapés dans leurs pantalons et chemises blancs, à l’instar des artistes de la star américaine R-Kelly, les hommes du chœur se hissent sur les marches de droite et les femmes sur celles de gauche du grand écran.
Puis, résonnent des extrémités de l’estrade les sons des trompettes et des fanfares. C’est le go du spectacle. Pointé au cœur du podium, Paulin Masiala, le maître de chant, entonne une chanson de louange à Dieu, exécutée avec brio.Pendant que la foule crie de joie, les chantres enchainent une série des cantiques des compositeurs de renom (Mozart, Beethoven, Haendel, Bach, Moses…).Sous les sons des violons, des cymbales, de la guitare, des synthétiseurs, les voix mélodieuses du chœur de la ’’Colline inspirée’’ fusionnent en symphonie.

CORNEILLE NAANGA EN PREMIERE LIGNE
Lorsque les chantres fredonnent avec autant d’harmonie’’The name of Jesus’’, ’’La Gloire de Dieu’’, ’’O fortuna’’… les nostalgique du grégorien se retrouvent au septième ciel. Certains spectateurs, emballés par les mélodies du gospel et du classique, se croient dans une cathédrale. D’autres, emportés par ’’Gloria ad Eggito’’, chanson rappelant l’heure de gloire de l’Egypte antique, se voient carrément dans un opéra et brandissent vite leurs téléphones pour enregistrer la prestation des chantres.
Pas étonnant qu’après chaque morceau, des applaudissements frénétiques d’un public métissé résonnent de quatre coins de la halle. Hommes, femmes, enfants, jeunes et vieux ont du mal à se retenir du fond de leurs sièges. Resté longtemps admiratif, Corneille Naanga, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), exulte de joie lorsqu’il se rappelle les bons vieux temps où il était encore chantre du chœur Luc Gillon.

SUR LES TRACES DES VEDETTES DU PASSE

Du gospel, les chantres de Luc Gillon basculent vers le pop, emballant le public avec des chansons à succès de Michael Jackson : We are the world, I willbethere…Comme dans les clips, on voit jaillir sur le podium des enfants de blanc vêtus, à l’air innocent,défilant main dans la main à la queue leu leu. Leur image rappelle au public la nécessité de vivre dans un monde en paix.
Et soudain, sous les regards médusés des spectateurs, des dizaines de jeunes danseurs, exfiltrés des coulisses, se lancent dans une chorégraphie que savaient si bien exhiber le regretté leader des ’’Jackson five’’… On se croirait bien aux Etats-Unis.
Talentueux, chantant sans la moindre fausse note, les ’’rossignols’’ de l’Unikin amorcent, par la suite, une série des slows lyriques, inspirés des vedettes musicales européennes. Des tourtereaux s’échappent du chœur pour exhiber des scènes passionnantes entre amoureux pendant que les chantres chantonnent ’’Belle nuit’’, ’’Shenandoa’’, ’’A chacun sa grâce’’… ’’Je vole’’ du français Michel Sardou.

DES DANSEURS AUX REINS AGILES

Quand se pointe le modérateur pour annoncer la suite du programme, les chantres disparaissent de la scène. Et… changement de décor. Revenus sur le podium, ils s’emmènent, cette fois, en tenues noires, surmontées des pagnes.
L’ambiance est beaucoup plus vive, les rythmes plus variés et plus dansants. Les choristes de Luc Gillon tâchent de démontrer au public qu’ils sont capables d’emballer des foules, sans rester cantonnés dans l’univers ecclésiastique.
Et les voici aux Antilles, en train de chanter et de danser le zouk machine, le Kassav… avec autant d’agilité, avant d’atterrir en République démocratique du Congo. Comme autrefois autour du feu, les chantres entonnent des chansons traditionnelles en vogue, exhibant des pas du mutuashi (Kasaï), du mashi (Sud-Kivu), du folk mongo, kongo… mêlés à la rumba et au bossa nova. Des danseurs aux reins agiles sortent du lot et poussent les spectateurs à les imiter.
Dressé comme un seul homme, le public n’en peut plus. A l’instar des artistes sur scène, ces spectateurs se lancent aussi dans la danse, surtout quand le chœur Luc Gillon entonne ’’zamunda’’, la chanson phare d’un Prince à New-York. L’euphorie est au comble…
A21h50, après deux heures de spectacle, la chorale Luc Gillon met un terme au concert. En l’absence de l’abbé Luyeye, curé de la paroisse Notre dame de la Sagesse de l’Unikin, l’abbé Vicaire Calixte, exprime toute sa satisfaction et clôture la manifestation par une prière, bénissant les spectateurs. Toutes confessions confondues. Yves KALIKAT

La deuxième édition du festival RED ONE.2 sensibilise à l’importance de la contraception
mercredi 19 juillet 2017

La deuxième édition du festival RED ONE.2 est annoncée pour le samedi 29 juillet prochain, de 12 à 20 heures, à Plazza village, dans la commune de (...)
lire la suite
USA : Rafiya triomphe au festival Essence de New Orleans
mardi 11 juillet 2017

La chanteuse américaine d’origine congolaise Rafiya, a donné, le 1er juillet dernier, une prestation époustouflante au célèbre Festival Essence de New (...)
lire la suite
Robinio Mundibu : "Nous avons offert de la rumba et du show au public du festival ’’Fire’"
mercredi 5 juillet 2017

Robinio Mudimbu a le vent en poupe. Au Festival international de la rumba et de l’élégance (FIRE), dont la première édition s’est déroulée du 30 juin (...)
lire la suite
Kinshasa va vibrer, du 30 juin au 1er juillet...
jeudi 29 juin 2017

Kinshasa va vibrer, du 30 juin au 1er juillet prochain, au rythme de la première édition du Festival international de la rumba et de l’élégance (...)
lire la suite
La RDC rafle une médaille en Or et sept en Bronze
mercredi 28 juin 2017

La République démocratique du Congo a effectué un beau parcours à la 12ème édition du championnat d’Afrique de boxe. Les Léopards version « noble art » (...)
lire la suite
L’asbl "Nous et le livre" prime des élèves brillants aux concours de dictée et d’éloquence
mercredi 28 juin 2017

Le projet "Rencontres de création et d’initiation des jeunes écrivains et artistes congolais", piloté par l’Asbl "Nous et le livre", se clôture sur (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting