MALGRE LA POLEMIQUE
L’album " Héros " de Moïse Mbiye déborde de succès dans les Boîtes de Nuit de Kinshasa
mardi 6 juin 2017

Moïse Mbiye ! Cette star de la très célèbre église Cité Béthel, 1ère rue Limete, n’a pas de succès que dans les milieux de ses fidèles. Mais aussi, dans des terrasses et des Boites de Nuit Clubs célèbres de Kinshasa. Ce, à travers son dernier album intitulé " Héros ", disponible depuis plusieurs semaines sur le marché du Gospel congolais. En dépit de la très vive polémique sans cesse ni fin qu’il a provoquée bien avant même sa sortie officielle, cet opus récolte un franc succès dans des Night-Clubs de la très vaste métropole rd congolaise.

L’œuvre contient plus d’un titre. Cependant, deux chansons semblent conférer à cet album toute sa notoriété. A savoir " Nabimi Mulongi " et " Na tango na ye ". Le premier cantique traduit littéralement en " Je suis sorti vainqueur ", est une poésie épique. Un méli-mélo de Blues et de Negro-spirituals à travers lequel Moïse Mbiye exalte la Grâce divine dans sa vie. Par contre, la seconde chanson intitulée " Na tango na ye ", soit " Dieu agit en son temps", semble un modèle de lyrisme, inspiré des Negro-spirituals du temps de la traite négrière. L’auteur y exprime à la fois espoir et ferveur. A tout le moins, dans " Na tango na Ye", Moïse Mbiye exhorte à un raffermissement de la foi. "Dieu agit en son temps ", dit-il.
En plus des messages clairs en " lingala facile ", l’auteur a su juxtaposer une symphonie, une mélodiequelque peu mélancolique. Ce qui touche la sensibilité et l’émotion de l’auditeur. Les deux éléments mis ensemble confèrent à l’album précité sa notoriété actuelle sur le marché du Gospel kinois. Depuis, des Disc-Jockeys (DJ) de certaines terrasses de renom, dans chaque quartier des communes de Kinshasa, ont fait de cet opus de Moïse Mbiye, une sorte d’hymne d’ouverture de leurs bistrots. Par contre, les DJ des Night-Clubs en ont fait leurs " tubs-fétiches ". Généralement, les deux chansons sont jouées pour davantage raviver la flamme. Quand résonnent "Nabimi Mulongi " et " Na tango na yé ", les professionnelles du sexe sortent du bois. Elles offrent une gesticulation dansée qui n’a rien à voir ni avec l’adoration ni avec la louange que suggèrent la mélodie et le contenu même de la poésie chantée. Comme pour dire, les prostituées ont aussi leur manière d’adorer Dieu.

QUAND LA MUSIQUE " MONDAINE " BALBUTIE, LE GOSPEL…

Dans un contexte de précarité, de déshérence généralisée comme c’est le cas actuellement à Kinshasa, il est bien évident que la population trouve sa consolation dans le Gospel. Cette dure réalité socioéconomique justifie aussi le phénomène de religiosité ambiante observée depuis plusieurs décennies dans la capitale congolaise. Cependant, le succès de l’album du pasteur de l’église Cité Béthel dans les bistrots de Kinshasa, en rajoute à la polémique qui a caractérisé cet opus, quelques semaines après sa sortie. Les Kinois ont encore frais en mémoire, la controverse très nourrie sur la fameuse affaire " Guégué ".
La question de savoir si l’on peut ou ne pas jouer du Gospel dans un Night-Club ou dans une terrasse, est loin de faire l’unanimité des Kinois. Certains tranchent que ces deux endroits ne sont pas très indiqués pour ce genre de musique. D’autres, par contre, pensent qu’il n’y aurait pas d’inconvénients, dans la mesure où ce genre de musique pourrait amener certaines personnes à se repentir.
Un troisième avis, apparemment plus virulent, est celui des Kinois qui concluent que ne peuvent récolter du succès dans des Boites de Nuit et des terrasses, des chansons dont la réussite serait d’origine satanique, dans la mesure où ces deux lieux ne sont pas les endroits indiqués pour glorifier Dieu. A moins qu’il y ait un nouvel saint esprit qui serait de nos jours solubles dans l’alcool.
A tous égards, l’album " Héros " de Moïse Mbiye est sorti en un moment qui lui semble propice. Le plus gros avantage pour son auteur, est que le produit soit mis sur le marché du disque au moment où il n’a pas de concurrent.
En tout cas, que ce soit du côté des chantres chrétiens que celui des artistes des stars de la musique moderne, les différents publics assistent à une sorte d’hibernation. Pas de nouveauté depuis près d’une année. Est-ce cette donnée qui justifie le succès actuel de l’album de Moïse Mbiye dans des Night-Clubs ? Certains analystes y croient.

Laurel KANKOLE

Consolata Buhendwa : "J’exulte quand l’Unicef aide un enfant à retrouver sourire entre les mains de sa mère"
lundi 21 août 2017

Engagée dans la cause humanitaire, Mme Consolata Buhendwa milite depuis plusieurs années pour la défense des droits des enfants. A 51 ans, cette (...)
lire la suite
L’abbé Cola Lubamba revient sur le marché avec l’album ’’La confiance en Dieu’’
vendredi 18 août 2017

L’abbé Cola Emmanuel Lubamba est de retour sur le marché du disque. Aux férus de la musique chrétienne, ce prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa, (...)
lire la suite
Sam Mangwana : ’’Nos Etats doivent contrôler le commerce de nos œuvres sur le net’’
vendredi 18 août 2017

Il a été la vedette d’affiche lors de la 1ère édition du Festival International de la Rumba et de l’Elégance (FIRE), organisé en juin dernier à (...)
lire la suite
Le Groupe KA du Clan Saint François de Sales a érigé domicile à Matete
mercredi 16 août 2017

Une délégation du groupe Kizito Anuarite (KA) de la Paroisse Saint François de Sales de Kintambo est en colonie de vacances. Pour cette année, (...)
lire la suite
Dan Bomboko : « Nous éditons des bandes dessinées adaptées au contexte congolais »
mercredi 16 août 2017

Détenteur d’une licence en multimédia, Dan Bomboko s’est lancé depuis une dizaine d’années dans la promotion du livre. Diplômé de l’Institut facultaire (...)
lire la suite
Fabregas prépare un grand spectacle le samedi 26 août au stade Tata Raphaël
vendredi 11 août 2017

L’artiste musicien Fabrice Mbuyulu dit « Fabregas » prépare un grand concert populaire le samedi 26 août, au stade Tata Raphaël de la Kethulle de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting