BENI, KINSHASA, KASANGULU
Evasions : danger pour la paix civile
mardi 13 juin 2017

* Vivement des mesures pour sécuriser davantage les membres du corps judiciaire.

A moins de 30 jours, la RDC connait des évasions aussi systématiques que spectaculaires. Kinshasa (Prison centrale de Makala), Kasangulu, Kinshasa (Parquet de grande instance de Matete et Circonscription de la PNC-Mont Amba basée à Matete) et Beni (Prison centrale). Partout, c’est une masse de détenus qui a pris le large. Partout aussi comme à Beni dimanche dernier, parmi les évadés on compte des dizaines de détenus des plus redoutables.

On peut présenter deux échantillons à Kinshasa où les "Kuluna" dont on connait la capacité de nuisance dans la ville et particulièrement Beni. Ici parmi les évadés on fait état des personnes poursuivies dans l’affaire des attaques des ADF dans la région de Beni. Parmi eux il y a même des combattants présumés ADF. C’est la preuve que partout où il y a eu ces évasions en grand nombre, la paix sociale est en danger.
La paix est en péril dans la cité. Car il s’agit des individus dangereux qui sont en mesure de causer des troubles et des perturbations dans les communautés. C’est ce qui explique le fait qu’à Beni, le gouvernement provincial du Nord-Kivu ait décrété un couvre-feu.
Comme on le sait, toute évasion des détenus constitue un motif de préoccupation. A fortiori les évasions de masses comme celles qui frappent la RDC. Le gouvernent doit prendre des dispositions pour la sécurisation du personnel judiciaire impliqué dans la détention de ces évadés avec en tête les magistrats. Certains qui estiment leurs détentions illégales vont tenter de se venger contre les magistrats à la base de leur situation.
A ce sujet, le cas le plus préoccupant est celui de la ville de Beni. La majorité de ces 930 évadés sont des combattants des groupes armés comme ADF poursuivis en rapport avec les attaques de ce groupe rebelle ougandais. Il y aussi leurs complices congolais. Ils peuvent redevenir source d’insécurité dans Beni et ses environs.
Avec le risque de voir les magistrats militaires de la Cour opérationnelle du Nord-Kivu - qui s’est transportée à Beni - devenir la cible de ces forces négatives.
On est face au même scénario à Kinshasa mais dans une moindre mesure. Dans la capitale, une mégapole où il est difficile d’identifier les domiciles des magistrats, le problème se poserait beaucoup plus aux sièges des Cours et Tribunaux et leurs Parquets correspondants.
D’où il sera plutôt question de renforcer le dispositif de sécurité afin de mieux protéger ces membres du corps judiciaire et prévenir des tentatives dans le chef de la partie composées de criminels parmi les évadés. L’idéal, pour éviter que des évadés viennent troubler la paix sociale, c’est de sécuriser comme il se doit, tous les centres pénitentiaires du pays.
C’est une tâche qui incombe au gouvernement. Il y a une défaillance quand on tient compte du fait que toutes les prisons visées sont attaquées sur le même modus operandi. A l’œuvre, une horde d’assaillants. C’est symptomatique à Kinshasa à la Prison de Makala tout comme au Parquet de Matete et la PNC. Rien n’été fait pour éviter la même spirale ailleurs. Car Beni s’est ajouté à la liste.
Mais la sécurisation des pénitenciers passe par des obligations du gouvernement face aux détenus. On sait que ces derniers vivent dans des conditions infrahumaines, manquant de tout pour leur survie assurée par les familles et exposés à des maladies mortelles. C’est d’abord cet état des choses qu’il faut changer.
La sécurisation passe par là. Le Gouvernement doit prendre cette question à bras le corps et y mettre les moyens conséquents. Autrement, on assisterait impuissant à la poursuite de la série noire des évasions spectaculaires. Une autre question dans laquelle le gouvernement doit ouvrir l’œil, ce sont les dossiers judiciaires des détenus. C’est connu et c’est un secret de polichinelle que les condamnés sont une infime partie dans toutes les prisons congolaises face à la masse de prévenus dont certains dossiers ne sont pas à jour. Ce qui rend leur détention illégale. Lorsque toutes ces conditions énumérées ci-haut ne sont pas réunies par le gouvernement, il y a, en conséquence, une prédisposition à l’évasion dans le chef des détenus. KANDOLO M.

Bruno Tshibala promet des révélations
vendredi 25 mai 2018

Le Premier ministre, Bruno Tshibala, préside un meeting ce samedi 26 mai à la Foire internationale de Kinshasa, FIKIN où, affirment des sources, le (...)
lire la suite
Henri Mova invite les différentes formations à se conformer aux critères d’éligibilité
vendredi 25 mai 2018

La loi n°08/005 du 10 juin 2008 portant financement public des partis politiques a été hier jeudi 24 mai à l’Assemblée nationale, au cœur d’une (...)
lire la suite
PPRD : E. Shadary met le cap sur le grand Katanga
vendredi 25 mai 2018

* Ce vendredi, le SP va installer de nouveaux animateurs des structures du parti dans le Haut-Katanga Le Secrétaire permanent du Parti du (...)
lire la suite
Présidentielle : qui de Katumbi ou de Tshisekedi sera candidat ?
vendredi 25 mai 2018

Le président de Ensemble pour le Changement Moïse Katumbi et celui de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social "UDPS" Félix Tshisekedi, ont (...)
lire la suite
Atundu rassure : "Le président Kabila respectera toutes les dispositions de la Constitution"
vendredi 25 mai 2018

A Kinshasa et dans certaines grandes villes du pays, le débat sur l’éventualité d’un troisième mandat du président de la République, Joseph Kabila, a (...)
lire la suite
Oui affirme le MIR Mbayo ; pas du tout répond l’UNC Mayo
vendredi 25 mai 2018

Stanislas Mbayo, Président national du parti politique MIR, sociétaire de la MP de Joseph Kabila, est revenu à la charge hier en remontant sur ses (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting