CPI : Accusé, Bosco Ntanganda présente sa version des faits ce mercredi
mardi 13 juin 2017

L’ancien chef de guerre congolais Bosco Ntaganda prendra la parole ce mercredi 14 juin devant la Cour pénale internationale (CPI).Après 64 jours d’audience consacrés à l’accusation, l’ancien rebelle rd-congolais présentera sa version des faits devant les juges. Il s’était seulement expliqué jusqu’à présent en plaidant non coupable, jurant n’être qu’un "soldat, pas un criminel". " Je suis décrit comme le Terminator, comme un célèbre tueur, mais cela n’est pas moi ", avait-il affirmé dans sa langue natale, le kinyarwanda, au deuxième jour de son procès en septembre 2015, précise une note d’information de la CPI.

43 ans, Bosco Ntaganda est accusé de treize crimes de guerre et cinq crimes contre l’humanité, dont les meurtres, les pillages, les attaques contre des civils, les viols et l’esclavage sexuel, commis par ses troupes en 2002-2003 en Ituri. L’accusé était chef adjoint de l’Etat-major général des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC).
A prédominance Hema, ce bras armé de l’Union des patriotes congolais (UPC) combattait principalement des milices Lendu pour le contrôle de cette région aux nombreuses mines d’or.
" Cette affaire concerne la violence qui a décimé l’Ituri ", avait déclaré la procureure Fatou Bensouda devant la Cour à La Haye. Et d’après elle, Bosco Ntaganda " était un des commandants les plus importants " dans des crimes " ethniques " qui ont engendré la mort de 60.000 personnes. Les attaques des FPLC laissaient derrière elles des corps " ligotés au niveau des bras ", " en sous-vêtements ", " éventrés ", " les têtes écrasées par des pilons ", avait rapporté un témoin.
Pour l’accusation, le chef de guerre aurait donné les ordres, planifié et programmé les opérations, coordonné la logistique et fourni les armes. Il aurait aussi " recruté personnellement des enfants", selon Nicole Samson, représentante du bureau de la procureure. Des " kadogo ", des "jeunes " en swahili, filles et garçons, qu’il choisissait pour son escorte personnelle et qu’il habillait et armait pour le combat, une fois leur entraînement militaire terminé. " Obéissants, les enfants n’exigent rien, ils ne connaissaient pas la peur ", a-t-elle affirmé à l’audience. " Il était facile d’exploiter leur innocence ".
Jusqu’au 16 février, l’accusation a présenté 1.300 documents et onze témoins-experts comme éléments de preuves. Durant le procès, rapporte la CPI, la procureure a également accusé Bosco Ntaganda de subornation de témoins et, face à ces inquiétudes, des restrictions ont été imposées sur son accès à l’extérieur.
Pour protester contre ces mesures, l’accusé avait observé en septembre une grève de la faim de deux semaines, se disant "prêt à mourir".Car dans cette affaire, " tout reste à prouver ", assure son avocat Stéphane Bourgon. Avec 109 témoins et quatre experts appelés devant la Cour, la défense veut combattre la réputation de son client : celle d’un chef de guerre opportuniste et sans pitié au sein des rébellions où il a successivement évolué soit du génocide des Tutsi au Rwanda (1994) au Mouvement du 23 mars (M23) au Nord-Kivu.
S’il est jugé coupable, Bosco Ntaganda pourrait écoper d’une peine allant jusqu’à trente ans d’emprisonnement ou la réclusion à perpétuité. Rachidi MABANDU

"La crise en RD Congo est un problème de gouvernance", dixit Adolphe Muzito
lundi 21 août 2017

* Par ailleurs, le Premier ministre honoraire considère la RDC comme un faux malade qui recourt à un médecin. "La crise politique, économique et (...)
lire la suite
Equateur : la CENI donne raison à Lokondo
lundi 21 août 2017

*La centrale électorale annule le scrutin comme l’avait exigé l’élu de Mbandaka du fait que cette province ne figurait pas sur la liste de vacances (...)
lire la suite
Le président Kabila réaffirme sa détermination d’aller au bout du processus électoral
lundi 21 août 2017

* Le Raïs demande à ses partisans de ne pas se laisser distraire, les élections auront bel et bien lieu. La Majorité présidentielle croit en la (...)
lire la suite
Le VPM Shadary pour une police républicaine et professionnelle
vendredi 18 août 2017

Au total 613 policiers viennent de suivre une formation sur la police anti-émeute à Kasapa à Lubumbashi. Une cérémonie présidée par le vice-Premier (...)
lire la suite
Bruno Mavungu appelle ses militants à s’armer de courage
vendredi 18 août 2017

L’Union des démocrates pour la renaissance du Congo (UDRC) a célébré, hier jeudi 17 août, sa première année d’existence. Pour Bruno Mavungu, son (...)
lire la suite
Le général Kasongo s’en va-t-en guerre contre les pseudo « Agents Bureau 2 »
vendredi 18 août 2017

Les agents de Bureau 2 porteront désormais un ordre de mission dûment signé par le chef de la police de Kinshasa dans leurs opérations, selon Radio (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting