Quand le RCD fut du "bon côté" de l’histoire
jeudi 3 août 2017

Un zeste d’histoire …récente. Hier 2 août, cela faisait 19 ans que la RDC, alors dirigée par Mzee Kabila, était agressée par ses ex-alliés rwandais et ougandais. "Agressée" ? Oui, du point de vue rd congolais. Non, vu de Kigali et de Kampala. Pas seulement.
Pareille "vision d’optique " si l’on empruntait les lunettes occidentales. Pour ces derniers, Kinshasa faisait tout simplement face à une rébellion authentiquement congolaise, incarnée par le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD). Laquelle insurrection était due au manque de démocratie. Donc, une affaire congolo-congolaise .
A partir de là, tout s’enchaînait à une vitesse V. La "rébellion pro démocratie" progressait. Des villes tombaient sur fond d’un retentissement médiatique, sans précédent. Les mêmes médias du Nord, qui annonçaient avec délectation ou presque les grosses prises du RCD, prophétisaient les conquêtes futures.
Rien sur d’innombrables crimes de guerre perpétrés par des "libérateurs". Rien sur des exactions sans nombre des mêmes rebelles contre de pauvres populations civiles. Comme si seule la fin justifiait tous les moyens. Ici, l’objectif était la chute de Kabila père. On connaît la suite.
Près de vingt ans après, on se rappelle tout de même que le RCD n’était pas clean. A preuve, l’exhumation de la séquence " avion de Congo Airlines abattu à Kindu ". Sur le moment, la version des autorités congolaises selon laquelle ce Boeing 727 transportait des civils n’avait trouvé aucun écho auprès des "puissants de ce monde". Quantité de témoignages concordants allant dans ce sens n’avaient pas non plus retenu l’attention des capitales occidentales.
Il n’était pas dans l’intérêt de ces dernières de noircir le RCD et son parrain rwandais. L’un et l’autre étant, au moment des faits, du " bon côté de l’histoire ". Or, voilà que deux décennies plus tard, Alexis Thambwe se trouve du " mauvais côté". D’où la plainte.
Ainsi va la morale géométrie variable dictée par la seule loi de l’intérêt. Une leçon pour les élites politiques, intellectuelles… africaines qui passent par les antichambres occidentales pour accéder au pouvoir. José NAWEJ

Le revers de la personnification des enjeux du pays
jeudi 19 octobre 2017

Une question qui ne devrait pas en être une, mais qui en devient une, contexte zaïro-congolais oblige : qui a été élu au Conseil onusien des droits (...)
lire la suite
Un congrès à enjeu planétaire
mercredi 18 octobre 2017

Au moins autant que celle des Etats-Unis, la politique intérieure chinoise intéresse le vaste monde. Aujourd’hui plus qu’hier. D’où, l’intérêt (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
vendredi 13 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
jeudi 12 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
Encore et toujours l’Est
mercredi 11 octobre 2017

Kinshasa n’est pas le Zaïre, aimait à dire Mobutu dans toutes les langues. Cette citation culte du Maréchal-Président n’avait pas que son côté (...)
lire la suite
Où allons-nous ?
lundi 9 octobre 2017

Pas inhabituel de s’entendre demander dans une de nombreuses rues de Kinshasa, dans une grande surface, dans un bistrot… : " où allons-nous ? ". Une (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting