« Villes mortes » : les raisons d’un échec
jeudi 10 août 2017

*Le Rassop/Limete appelé à adapter ses stratégies de conquête du pouvoir aux contraintes du moment.
*La population est comme fatiguée de ces « villes mortes » qui ne débouchent pas sur les changements souhaités et ce, depuis les années Mobutu.

L’aile du Rassemblement/Limete, la plus importante force de l’opposition rd congolaise, a appelé à considérer comme « villes mortes » les journées de mardi 8 et mercredi 9 août. A l’arrivée, cet appel n’a presque pas été suivi. Pour plusieurs raisons. Si les activités ont tourné au ralenti la matinée de mardi 8 avant de reprendre leur cours normal dans l’après-midi, la journée de mercredi 9 août n’a pratiquement pas connu de ville morte.

Plus particulièrement hier mercredi, la circulation, jauge de ces manifestations « villes mortes », a été au rendez-vous. Au point que quelqu’un qui n’était pas au courant de cet appel de l’opposition ne s’en serait même pas rendu compte. Le transport en commun, les commerces, les banques, les supermarchés ainsi que les administrations publiques ont fonctionné.

CHANGER DE STRATEGIES
Pour nombre d’observateurs, l’opposition devrait revoir ses stratégies, car les actions auxquelles elle recourt sont dépassées depuis la deuxième République qui a vu le Maréchal Mobutu se maintenir au pouvoir durant 7 années de transition. Aujourd’hui, estime-t-on, revenir sur ces mêmes moyens de lutte signifierait qu’elle n’a pas appris de ses erreurs antérieures. Hier comme aujourd’hui, les Congolais dans leur large majorité vivent de la battue quotidienne. A Kinshasa, comme partout dans d’autres villes du pays, pour vivre et faire vivre les siens, il faut sortir. Aux yeux de certains congolais, empêcher les médecins de soigner les malades, les professeurs d’universités d’enseigner, l’administration publique de servir le pays, relève des actes antipatrie qu’on se propose de servir une fois au pouvoir.
Il est temps pour l’opposition de changer d’approche politique. Les familles qui ont perdu leurs proches sans assistance dans les précédentes manifestations et « villes mortes » ne sont pas prêtes à accepter d’autres sacrifices.
A cette contrainte s’ajoute la perspective de la rentrée scolaire. Et dans le contexte actuel, il était surréaliste, inconséquent, voire suicidaire de demander à cette population de rester deux jours de suite cloîtrée chez elle.

Déjà par le passé, la même population a observé quantité de « villes mortes » sans nécessairement en récolter les dividendes. Très souvent, et ce à la surprise générale, ce sont les opposants qui tirent, au finish, par vagues successives, leur marron du feu. En ceci que certains d’entrent eux accèdent au pouvoir via des négociations, faisant de la population leur marchepied.
Ce n’est pas tout. Aussi invraisemblable que cela puisse paraitre, après la promesse faite par le président de la CENI à la délégation du Rassemblement de publier le calendrier électoral fin août, l’opinion ne s’explique pas que le même groupe s’active dans le blocage du même processus. Car ces journées « villes mortes » sont en contradiction avec les déclarations de cette plateforme d’aller vite aux élections. Dès lors que l’aile Limete du RASSOP avait déposé à la CENI son mémo qui reprend ses exigences et attentes, l’opinion n’arrive pas jusqu’ici, à saisir le bien-fondé de ces actions de rue. Pour beaucoup, le Rassemblement aurait dû surseoir ces manifs.
Ainsi, le mieux à faire pour les politiques serait de soutenir le processus électoral issu du compromis politique de la Saint Sylvestre. Didier KEBONGO

Dauphin de Kabila : la Majorité lève un coin du voile
mercredi 23 août 2017

La succession du chef de l’Etat n’est plus un sujet tabou dans la kabilie. Au cœur de la réunion de la Majorité présidentielle qui s’est tenue le (...)
lire la suite
Gouvernement : les exigences attribuées au Rassop/Limete
mardi 22 août 2017

* Selon certaines sources, cette méga plateforme serait favorable à l’avènement de Félix Tshisekedi à la Primature sous certaines conditions. * Au (...)
lire la suite
Henri Yav Mulang et Déo Mutombo rassurent
lundi 21 août 2017

* Plus de planche à billets, dépenses sur base caisse, réforme du système fiscal en chantier, relance de la production agricole... autant de grandes (...)
lire la suite
Une réunion d’évaluation du processus électoral...
vendredi 18 août 2017

Une réunion d’évaluation du processus électoral est prévue dans les tout prochains jours à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï central. (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi, pas demandeur !
jeudi 17 août 2017

* Fatshi ne jure, cependant, que sur l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre qui prévoit le délai de la tenue effective des élections. (...)
lire la suite
Le CNSA divise le Front pour le respect de la Constitution
mercredi 16 août 2017

* Considérant l’adhésion d’une aile du Front à l’institution citoyenne pilotée par Olenghankoy, comme l’œuvre des quémandeurs de postes, le reste de la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting