Sa parole est d’or !
lundi 21 août 2017

Ça parle beaucoup sur la scène politique zaïro-congolaise. Des discours qui vont dans tous les sens. Souvent, sans rien dire de substantiel. Le fameux "parler pour ne rien dire". Entrée depuis dans la légende des années Transition, l’ambassadrice US Melissa Wells y était allée de son observation résumée en une phrase : " il y a plus de chaleur que de lumière ".
Plus d’un quart de siècle plus tard, cette formule n’a pas pris la moindre ride. L’homme politique congolais parle bien plus qu’il ne dit des choses concrètes ; promet plus qu’il ne réalise. Quand il est dans l’opposition, il s’oppose bien plus qu’il ne propose. Dans cette politique spectacle à la congolaise, le silence n’est plus d’or. Même pas d’argent. Pas de bronze non plus. La palme d’or revient à la parole. Quelle parole ? Celle, la plupart du temps, reposant sur des lieux communs et autres désincarnés.
Alors lorsque samedi 19 août, les chevaliers de la plume - du clavier ?- et du micro sont conviés à la conférence de presse au ministère des Finances, la profession crie à un événement. Un bigevent. Vraiment ? Pas forcément à tort du point de vue des pratiques locales. On est plus près du paradigme basique bien connu des journalistes selon lequel l’info c’est lorsque l’homme mord un chien. Les professionnels des médias ne se sont pas trompés. Ils ont été servis.
Henri Yav Mulang dégage la légitimité tranquille de ceux qui maîtrisent leur sujet. C’est un ministre des Finances accompagné du Gouverneur de la Banque Centrale qui ouvrait sa bouche non pour parler, mais pour dire, mieux pour informer ceux qui ont vocation à informer. Ne dit-on pas que pour informer, il faut être soi-même informé ?
S’il sait parfaitement de quoi il parle, le ministre Yav justifie aussi d’une fibre républicaine et une culture de gouvernement avérées. Ne se prenant pas pour un électron libre, il situe son action dans le cadre de la politique impulsée par le chef de l’Etat. Au constat-regret des journalistes de ne pas le voir parler assez souvent, il a cette réponse : le Gouvernement compte en son sein un porte-parole. Profond.
José NAWEJ

Le mérite de Fatshi
jeudi 16 août 2018

Grand oral hier signé Fatshi. Le tout premier pour le successeur du légendaire Tshisekedi devant des cols blancs. D’ici et d’ailleurs. Au menu de (...)
lire la suite
Les preuves de souveraineté, version CENI
mercredi 15 août 2018

"Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour", disait le très discret poète français Pierre Reverdy. Une citation reprise à son compte bien (...)
lire la suite
L’oiseau rare côté Opposition
mardi 14 août 2018

D’un feuilleton à un autre. Celui estampillé "Dauphin" ayant connu son épilogue, voici une autre séquence digne d’intérêt aussi. Et non dénuée de (...)
lire la suite
L’oiseau rare côté Opposition
lundi 13 août 2018

D’un feuilleton à un autre. Celui estampillé " Dauphin " ayant connu son épilogue, voici une autre séquence digne d’intérêt aussi. Et non dénuée de (...)
lire la suite
Profitons du redoux !
vendredi 10 août 2018

Pour une classe politique difficilement soluble dans le consensus, le satisfecit ambiant en vaut la chandelle. Le respect par Joseph Kabila de la (...)
lire la suite
"La surprise du chef"
jeudi 9 août 2018

Hyper discret. Voire secret. Et donc insondable. Tout cela fait Joseph Kabila Kabange. Egal à lui-même, le Raïs vient d’administrer -pour la énième (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting