UNION DES FORCES ANTI KABILA
L’appel de Félix Tshisekedi pose problème
jeudi 7 septembre 2017

* Avec une opposition plurielle, avec une myriade de leaders, qui prendra la tête de cette « Union sacrée » ?

Félix Tshisekedi, fils de son père, a lancé au cours d’une conférence de presse mardi 5 septembre à Kinshasa, un appel au rassemblement de toutes les forces anti Kabila. "L’heure est plus que grave ! Le moment n’est plus au discours. Mais à l’action vigoureuse et tenace qui exige l’unité de toutes les forces acquises au changement démocratique. L’union fait la force. En ce moment, tout fait force", déclare-t-il en liminaire de son adresse.

Cependant, dans les rues de Kinshasa, l’appel de Fatshi est soumis à une analyse sans complaisance qui se décline en une forme de questions sans réponses. Dans le contexte politique actuel de la RD Congo, la création d’une Union sacrée de l’Opposition est-elle encore possible ? Qui incarnera cette Usor, version Tshisekedi junior ? "Voilà, autant de questions, parmi tant d’autres, qui taraudent les esprits bienpensants.
A priori, la problématique parait assez complexe. Néanmoins, elle vaut son pesant d’or, quand on considère les réalités de la scène politique du pays. A l’évidence, il est noté que l’Opposition politique en RD Congo est plurielle. Déjà la méga plateforme estampillée Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement comprend en son sein outre l’Udps, deux grands regroupements politiques : le G7 et l’Alternance pour la République (AR). A cela il faut ajouter le Front pour le Respect de la Constitution (FRC) ayant à sa tête le Mlc de Jean-Pierre Bemba, la Dynamique de l’Opposition conduite par Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, l’Opposition républicaine (OR) pilotée par l’Union des forces du changement (UFC), de Léon Kengo Wa Dondo.
Toutes ces différentes plateformes n’ont en commun que le nom, l’épithète ou le déterminatif "Opposition", selon le cas. Chacune d’elle ayant son idéologie, ses convictions et son leader. Bref, on se retrouve en face d’une constellation de cartels politiques autonomes, ayant chacun son leader. Alors, par rapport à l’idée de créer une Union sacrée de toutes ces plateformes de l’Opposition pour faire bloc contre Joseph Kabila, il se pose un vrai problème de leadership. Est-ce Félix Tshisekedi lui-même, parce qu’initiateur du projet, chef de fait de l’Udps et président du Rassemblement/Limete ? Est-ce Moïse Katumbi ? L’homme on le sait, a les moyens et le soutien du G7 et de l’AR. Bien plus, plusieurs personnalités politiques gravitent autour de lui. Est-ce aussi Vital Kamerhe ou ce sera Sindika Dokolo qui vient de signer son arrivée dans Le landerneau politique du pays. Qui s’effacera donc au profit de l’autre ?

SI TSHISEKEDI PERE AVAIT REUSSI, …

Les épisodes politiques peuvent se succéder, sans forcément se ressembler. L’idée de créer une Union des partis politiques de l’Opposition, est loin d’être une nouvelle recette que les Congolais vont expérimenter. Ils l’auront bien dégustée et même savourée sous le régime du feu le maréchal Mobutu, lorsqu’Etienne Tshisekedi, forme au départ l’Union sacrée de l’Opposition dont les principaux partis furent l’Udps. Le PDC de Joseph Iléo et l’UFERI de Jean de Dieu Nguz A Karl-I-Bond. Par la suite, cette plateforme se mua en Union sacrée de l’Opposition radicale (USOR) qui avait vu venir d’autres partis. Puis finalement, l’USORAL (Union sacrée de l’Opposition radicale et alliés). Des vérités historiques que nul n’ignore.
Pendant cette période de hautes vagues politiques sous Mobutu, c’est donc le duo Etienne Tshisekedi- Frédéric Kibassa Maliba qui prend la direction du gouvernail. Les deux personnages avaient donc le mérite d’incarner l’USORAL. La particularité ici, c’est qu’Etienne Tshisekedi avait le mérite d’incarner un leadership naturel. Ce qui n’avait tout de même pas empêché le bloc Kengiste de cette Opposition de faire défection. Ce qui ne semble pas le cas aujourd’hui avec nombre d’acteurs politiques se réclamant de l’Opposition. Il se pose donc là, un autre vrai problème. Oui, "Union sacrée des forces anti Kabila" ! Mais avec quel leadership ? Cette question qui parait fondamentale, ajoutée au contexte politique actuel du pays, renforce le scepticisme de nombreux Congolais. Grevisse KABREL

Joseph Kabila réaffirme le caractère irréversible du processus électoral
vendredi 23 février 2018

Huit jours exactement après la tripartite « RDC-Angola-Congo-Brazzaville », Kinshasa a accueilli ce jeudi 22 février 2018 un visiteur de marque en la (...)
lire la suite
* Dirigé par Raymond Kahungu, SG du parti,...
jeudi 22 février 2018

* Dirigé par Raymond Kahungu, SG du parti, l’exécutif de la formation chère à Bruno Tshibala est chargé de peaufiner des stratégies en vue de la (...)
lire la suite
Les dessous de l’arrivée de Mova et du départ de Ramazani
mercredi 21 février 2018

* Désormais, le Raïs bat ses cartes pour le prochain scrutin La perestroïka " pprdienne " poursuit, sans désemparer, son bonhomme de chemin. Un (...)
lire la suite
Machine à voter : la CENCO pour une certification par les experts nationaux et internationaux
mardi 20 février 2018

*Dans la déclaration finale de l’Assemblée plénière extraordinaire rendue publique hier, les évêques réaffirment l’urgence d’aller aux élections en 2018, (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi : "il n’y a plus vraiment de mystère là-dessus"
lundi 19 février 2018

*Par ailleurs, le Secrétaire général adjoint de l’UDPS annonce le congrès du parti pour la première moitié de mars. Plus de doute. Félix Antoine (...)
lire la suite
Marc Kabund : "L’UDPS ne servira plus de marchepied à d’autres forces politiques"
vendredi 16 février 2018

* Pour le Secrétaire général, sa formation politique est déterminée à jouer un rôle de tout premier plan au pays. Plus rien ne sera comme avant. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting