REACTIONS CROISES AUX PROPOS DU HAUT-COMMISSAIRE AUX DROITS DE L’HOMME SUR LA CENI
Le Rassop et la Synergie approuvent, la MP rejette
mercredi 13 septembre 2017

Le Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme de l’ONU, Zeid Hussein s’est exprimé hier depuis Genève pour donner son point de vue sur le processus électoral en RDC qui doit, en principe, atteindre le port avec les élections générales prévues par l’Accord du Centre-interdiocésain au plus tard le 31 décembre 2017. On retient en gros qu’il a émis des critiques au vitriol sur le travail accompli par la CENI dans le processus électoral en cours Zeid Hussein note très peu de progrès. C’est tout dire.

Il y a eu des réactions immédiates à cette déclaration du Haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU dans la classe politique et aussi à la Société civile. Côté "Rassemblement", c’est le député Martin Fayulu, leader de l’ECIDE qui est monté au créneau pour soutenir à bout de bras cette position du Haut commissaire qui, pour lui, reflète la réalité de l’état du processus électoral à ce jour.
Il estime le fait que la CENI montre dans toutes les actions qu’elle pose qu’elle milite pour la tenue des élections après le 31 décembre 2017. La preuve, c’est qu’elle ne fait rien pour l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, c’est-à-dire les élections au plus tard au 31 décembre. Martin Fayulu s’oppose par ailleurs au vote électronique que propose la CENI en montrant qu’il n’est pas du tout adapté au contexte congolais.
Il fait savoir que la transition actuelle prend fin au 31 décembre et qu’à cette date si la présidentielle n’est pas tenue, le plan du "Rassemblement" prévoit l’instauration d’une courte période de transition sans Joseph Kabila, le Président sortant, juste pour l’organisation des élections. Du côté de la MP, c’est un autre député Kakwata Wa Kakwata, membre du Bureau politique de ce regroupement. Lui loue le travail de titan abattu par la CENI jusqu’à ce jour.
Il ne comprend donc pas cette prise de position du Haut commissaire aux droits de l’homme qui parle de peu de progrès dans le processus. Alors que, argumente-il, la CENI est en train de boucler l’opération d’inscription des électeurs sur les listes électorales qui vient de commencer dans les deux provinces de l’ancien Kasaï Occidental.
Kakwata Wa Kakwata s’étonne du fait que le Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU n’ait pas relevé dans sa déclaration cet acquis sur le processus électoral qui est naturellement à mettre à l’actif de la CENI, la même qu’il critique avec véhémence. Point de vue radicalement opposé à la Société civile qui vient de créer une coalition des ONG.
Elle réunit en fait des spécialistes des questions électorales chargés de faire un suivi d’experts du processus électoral à passer au peigne fin chaque jour. Cette coalition de la Société civile est dénommée "Synergie de la Société civile pour la surveillance citoyenne des élections. C’est Djamba Wa Djamba, un de ses membres qui a eu le mandat de s’exprimer en leur nom.
La "Synergie" émet aussi sur la même longueur d’ondes que Zeid Hussein le Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU. Elle s’explique mal que la CENI jusqu’à ce jour n’a jamais daigné publier un quelconque calendrier électoral. Pourquoi ? Ce qui met légitimement la puce à l’oreille. Comment conduire un processus électoral sans un calendrier électoral.
La "Synergie" demande donc à la CENI de publier, toutes affaires cessantes, un calendrier électoral qui prend en compte les exigences de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Et pour bien faire les choses, la "Synergie de la Société civile" a remis son propre calendrier électoral à la CENI pour s’en inspirer dans la mesure où la centrale électorale elle-même est incapable d’élaborer son propre chronogramme.
Elle préconise qu’avant décembre, on n’organise que la seule présidentielle. C’est très facile, pense Djamba Wa Djamba pour le compte de la "Synergie". D’autant que la circonscription électorale pour la présidentielle, c’est le territoire national, on n’a pas besoin de candidats dans chaque circonscription, ce sont les mêmes partout. On n’a pas non plus besoin de la loi sur la répartition des sièges dans les circonscriptions électorales ne concernant que les législatives. La " Synergie " s’oppose avec la dernière énergie et rejette le vote électronique retenu par la CENI.
KANDOLO M.

Les assurances de Bruno Tshibala
vendredi 20 octobre 2017

* « Mon Gouvernement fera tout son possible pour remplir toutes ses obligations en rapport avec l’organisation des prochaines élections telles que (...)
lire la suite
Bahati Lukwebo : « Mon pays est une opportunité incontournable pour les entrepreneurs Canadiens »
vendredi 20 octobre 2017

Lors de son intervention à la tribune de NATURALLIA, Modeste Bahati Lukwebo a fait un véritable marketing en faveur de la RDC. Notre pays possède (...)
lire la suite
La réforme dans les régies financières et établissements publics se concrétise
vendredi 20 octobre 2017

Au cœur de l’ambitieuse politique de réforme et de modernisation de l’Administration publique impulsée par le président de la République, le ministre (...)
lire la suite
Onze ONG redoutent des tensions après le flou sur la Tripartite
vendredi 20 octobre 2017

La Synergie des missions d’observation électorale (Symocel) est inquiète. Elle redoute des tensions qui pourraient surgir en République du Congo si (...)
lire la suite
Dans un nouveau livre, le Pr Kabuya Lumuna se penche sur la démocratie congolaise
vendredi 20 octobre 2017

Le prof Célestin Kabuya Lumuna vient d’enrichir la bibliothèque congolaise. Il apporte au public son récent ouvrage intitulé : « Réflexions sur la (...)
lire la suite
Le PANECO pour un dialogue constitutionnel en RDC
vendredi 20 octobre 2017

* S’adressant au Chef de l’Etat, Bernard Kayumba, président du parti, écrit : « En tant que Garant de la Constitution, lorsque cette dernière devient (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting