REACTIONS CROISES AUX PROPOS DU HAUT-COMMISSAIRE AUX DROITS DE L’HOMME SUR LA CENI
Le Rassop et la Synergie approuvent, la MP rejette
mercredi 13 septembre 2017

Le Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme de l’ONU, Zeid Hussein s’est exprimé hier depuis Genève pour donner son point de vue sur le processus électoral en RDC qui doit, en principe, atteindre le port avec les élections générales prévues par l’Accord du Centre-interdiocésain au plus tard le 31 décembre 2017. On retient en gros qu’il a émis des critiques au vitriol sur le travail accompli par la CENI dans le processus électoral en cours Zeid Hussein note très peu de progrès. C’est tout dire.

Il y a eu des réactions immédiates à cette déclaration du Haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU dans la classe politique et aussi à la Société civile. Côté "Rassemblement", c’est le député Martin Fayulu, leader de l’ECIDE qui est monté au créneau pour soutenir à bout de bras cette position du Haut commissaire qui, pour lui, reflète la réalité de l’état du processus électoral à ce jour.
Il estime le fait que la CENI montre dans toutes les actions qu’elle pose qu’elle milite pour la tenue des élections après le 31 décembre 2017. La preuve, c’est qu’elle ne fait rien pour l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, c’est-à-dire les élections au plus tard au 31 décembre. Martin Fayulu s’oppose par ailleurs au vote électronique que propose la CENI en montrant qu’il n’est pas du tout adapté au contexte congolais.
Il fait savoir que la transition actuelle prend fin au 31 décembre et qu’à cette date si la présidentielle n’est pas tenue, le plan du "Rassemblement" prévoit l’instauration d’une courte période de transition sans Joseph Kabila, le Président sortant, juste pour l’organisation des élections. Du côté de la MP, c’est un autre député Kakwata Wa Kakwata, membre du Bureau politique de ce regroupement. Lui loue le travail de titan abattu par la CENI jusqu’à ce jour.
Il ne comprend donc pas cette prise de position du Haut commissaire aux droits de l’homme qui parle de peu de progrès dans le processus. Alors que, argumente-il, la CENI est en train de boucler l’opération d’inscription des électeurs sur les listes électorales qui vient de commencer dans les deux provinces de l’ancien Kasaï Occidental.
Kakwata Wa Kakwata s’étonne du fait que le Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU n’ait pas relevé dans sa déclaration cet acquis sur le processus électoral qui est naturellement à mettre à l’actif de la CENI, la même qu’il critique avec véhémence. Point de vue radicalement opposé à la Société civile qui vient de créer une coalition des ONG.
Elle réunit en fait des spécialistes des questions électorales chargés de faire un suivi d’experts du processus électoral à passer au peigne fin chaque jour. Cette coalition de la Société civile est dénommée "Synergie de la Société civile pour la surveillance citoyenne des élections. C’est Djamba Wa Djamba, un de ses membres qui a eu le mandat de s’exprimer en leur nom.
La "Synergie" émet aussi sur la même longueur d’ondes que Zeid Hussein le Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU. Elle s’explique mal que la CENI jusqu’à ce jour n’a jamais daigné publier un quelconque calendrier électoral. Pourquoi ? Ce qui met légitimement la puce à l’oreille. Comment conduire un processus électoral sans un calendrier électoral.
La "Synergie" demande donc à la CENI de publier, toutes affaires cessantes, un calendrier électoral qui prend en compte les exigences de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Et pour bien faire les choses, la "Synergie de la Société civile" a remis son propre calendrier électoral à la CENI pour s’en inspirer dans la mesure où la centrale électorale elle-même est incapable d’élaborer son propre chronogramme.
Elle préconise qu’avant décembre, on n’organise que la seule présidentielle. C’est très facile, pense Djamba Wa Djamba pour le compte de la "Synergie". D’autant que la circonscription électorale pour la présidentielle, c’est le territoire national, on n’a pas besoin de candidats dans chaque circonscription, ce sont les mêmes partout. On n’a pas non plus besoin de la loi sur la répartition des sièges dans les circonscriptions électorales ne concernant que les législatives. La " Synergie " s’oppose avec la dernière énergie et rejette le vote électronique retenu par la CENI.
KANDOLO M.

Les Universités appelées à s’assumer comme hauts lieux de savoir
vendredi 16 février 2018

Les enjeux politiques en RD Congo ont ceci de particulier que la plupart des politiciens ont repris le chemin de l’école. Précisément des (...)
lire la suite
Procès Kamwina Nsapu : Le tribunal use de la confrontation des prévenus
vendredi 16 février 2018

Face à l’attitude des prévenus consistant à nier en bloc les préventions à leur charge, le tribunal militaire de garnison Kinshasa/Gombe n’a de choix (...)
lire la suite
La justice restauratrice pour une paix sociale
vendredi 16 février 2018

Le programme " enfant sans barreau " du Bureau international catholique pour l’enfance (BICE) a organisé mardi 13 février, une matinée de (...)
lire la suite
Les précisions du président du FLNC, Elie Kapend
vendredi 16 février 2018

Le Président nationale du Front de Libération Nationale du Congo (FLNC), Elie Kapend Kanyimbu, a tenu hier jeudi 15 février, à Kinshasa, une (...)
lire la suite
Djugu : l’aide du Gouvernement attendue dans les prochains jours
jeudi 15 février 2018

Le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité s’est rendu hier mercredi le 14 février à Djugu dans la province de l’Ituri. Dépêché par (...)
lire la suite
Kabila, Sassou et Lourenço contre l’accession au pouvoir par des voies non constitutionnelles
jeudi 15 février 2018

La première tripartite « RD Congo-Angola-Congo-Brazzaville » pour l’année 2018 s’est tenue le 14 février 2018 au Palais de la Nation, à Kinshasa. Selon (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting