S’ADRESSANT A TOUS LES DIRIGEANTS REUNIS A NEW YORK
Un groupe de fermiers zambiens appelle aux investissements dans le secteur agricole
jeudi 21 septembre 2017

" Si vous voulez mettre fin à la pauvreté et à la faim pour 2030, investissez davantage dans l’agriculture ", c’est l’essentiel du message des agriculteurs d’un village situé dans le Nord de la Zambie. Conçu en partenariat avec le Fonds international de développement agricole (FIDA), ce message est destiné aux dirigeants du monde entier réunis à New York cette semaine.

Le communiqué du FIDA révèle qu’il s’agit des 16 fermiers de la région de Kasama, en Zambie. Pour que leur message retienne l’attention des dirigeants, ces fermiers sont sortis de l’ordinaire pour s’exprimer. "Ils ont tracé leurs arguments en faveur de l’investissement directement sur la terre qu’ils cultivent, produisant ainsi un "rapport sur le terrain" géant, sous forme de graphiques et de chiffres qui montrent pourquoi les investissements porteurs de changement à long terme dans l’agriculture paysanne sont si importants", indique le communiqué.
D’après le Président du FIDA Gilbert F. Houngbo, ce rapport sur le terrain plaide en faveur de l’investissement dans le développement agricole là où il est le plus nécessaire. Il estime que l’agriculture a la capacité et le potentiel évidents de réduire la pauvreté et la faim et de contribuer à créer des communautés fortes et auto-suffisantes d’une part. Et d’autre part, d’augmenter de manière spectaculaire la quantité des denrées alimentaires nécessaires pour nourrir une population en croissance.
Le "rapport sur le terrain", renseigne la source, s’inscrit dans une campagne de sensibilisation mondiale lancée par le FIDA il y a peu. Il est destiné à mieux faire comprendre qu’il faut développer l’agriculture à long terme pour réduire la pauvreté, renforcer les économies locales, freiner les mouvements migratoires et nourrir une population mondiale de plus en plus nombreuse.

GRAPHIQUES
Des photos aériennes du "rapport sur le terrain" prises par le FIDA sont révélatrices. " Sur l’une d’entre elles, un immense graphique en camembert montre que l’Afrique possède 25% des terres arables du monde mais ne produit que 10% de sa production agricole. Le continent consacre 35 milliards d’USD à l’importation de produits alimentaires par an alors que, si cet argent servait à développer l’agriculture paysanne et les infrastructures rurales, l’Afrique parviendrait à l’autosuffisance alimentaire ".
Par ailleurs, un diagramme en barres fait de feuillage montre la croissance des populations urbaines. Le constat est qu’en Afrique, les paysans quittent les campagnes pour aller vivre en ville. Des leur côté, des jeunes espèrent trouver du travail en ville ou à l’étranger. D’où la conclusion selon laquelle, en 2030, la moitié des africains vivront en ville. Pourtant, souligne-t-on, " en investissant dans le développement rural, on crée des débouchés pour les 12 à 18 millions de jeunes africains qui arrivent sur le marché du travail tous les ans".
Le graphique linéaire situé à l’entrée du terrain montre la progression constante de la population mondiale, qui, selon le rapport, devrait atteindre 10 milliards de personnes en 2050. Avec plus de 2 milliards de bouches à nourrir en plus, la production agricole devra doubler.
Les petits paysans représentent le groupe le plus important de producteurs de denrées alimentaires locaux du monde. En investissant dans des méthodes agricoles durables et sans effet nuisible sur le climat, on les aidera à participer de manière déterminante à nourrir leur communauté.
Une autre photo du rapport montre un "11" géant, qui rappelle qu’en Afrique subsaharienne, la croissance produite par l’agriculture peut être 11 fois plus efficace, pour réduire l’extrême pauvreté, que la croissance de toute autre secteur. "Il est essentiel d’accroître l’investissement dans l’agriculture pour sortir des millions de personnes de la pauvreté et nourrir les 815 millions de personnes qui sont sous-nourries aujourd’hui", conclu le rapport sur terrain.

RAPPORT CONJOINT

La source note que le message des agriculteurs de Kasama arrive à un moment critique. Un rapport conjoint de l’ONU appuyé par le FIDA publié dernièrement montre que la faim dans le monde progresse de nouveau. Elle a touché 815 millions de personnes en 2016, soit 11% de la population mondiale.
Des formes multiples de malnutrition menacent la santé de millions de personnes dans le monde entier. Ceux qui souffrent le plus de la faim sont estimé à 243 millions et vivent en Afrique. Des conflits récurrents et les changements climatiques sont à la base de cette insécurité alimentaire dans toute la région. La région de Kasama ne fait pas exception à ces phénomènes. " Les paysans ont e dû faire face à des précipitations irrégulières et cultiver des sols épuisés, conséquences des changements climatiques ".
C’est ainsi que les paysans africains ont besoin de plus d’aide notamment de charrues, d’engrais et de semences de bonne qualité. Dina BUHAKE

Les assurances de Bruno Tshibala
vendredi 20 octobre 2017

* « Mon Gouvernement fera tout son possible pour remplir toutes ses obligations en rapport avec l’organisation des prochaines élections telles que (...)
lire la suite
Bahati Lukwebo : « Mon pays est une opportunité incontournable pour les entrepreneurs Canadiens »
vendredi 20 octobre 2017

Lors de son intervention à la tribune de NATURALLIA, Modeste Bahati Lukwebo a fait un véritable marketing en faveur de la RDC. Notre pays possède (...)
lire la suite
La réforme dans les régies financières et établissements publics se concrétise
vendredi 20 octobre 2017

Au cœur de l’ambitieuse politique de réforme et de modernisation de l’Administration publique impulsée par le président de la République, le ministre (...)
lire la suite
Onze ONG redoutent des tensions après le flou sur la Tripartite
vendredi 20 octobre 2017

La Synergie des missions d’observation électorale (Symocel) est inquiète. Elle redoute des tensions qui pourraient surgir en République du Congo si (...)
lire la suite
Dans un nouveau livre, le Pr Kabuya Lumuna se penche sur la démocratie congolaise
vendredi 20 octobre 2017

Le prof Célestin Kabuya Lumuna vient d’enrichir la bibliothèque congolaise. Il apporte au public son récent ouvrage intitulé : « Réflexions sur la (...)
lire la suite
Le PANECO pour un dialogue constitutionnel en RDC
vendredi 20 octobre 2017

* S’adressant au Chef de l’Etat, Bernard Kayumba, président du parti, écrit : « En tant que Garant de la Constitution, lorsque cette dernière devient (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting