NOUVELLE PUBLICATION D’ISIDORE NDAYWEL
’’L’audace de dresser le front pour un autre Congo…’’ portée sur les fonts baptismaux
mercredi 27 septembre 2017

Le Professeur Isidore Ndaywel è Nziem a présenté officiellement son récent ouvrage le samedi 23 septembre dernier à Kinshasa. Intitulé ’’L’audace de dresser le front pour un autre Congo’’, cet opus a été porté sur les fonts baptismaux devant un parterre de ministres, sénateurs, députés, ambassadeurs, scientifiques… et hommes de culture.

C’est dans une salle de Béatrice hôtel noire de monde que l’historien congolais Isidore Ndaywel a présenté son tout nouveau livre, publié aux éditions Médiaspaul et préfacé par Léon de Saint Moulin. Au cours de cette cérémonie où ont pris part le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende… et le Nonce apostolique, l’écrivain à la mémoire fertile a exposé à l’assistance le contenu de son ouvrage qui fait ressortir sa fibre citoyenne.
"Le propos de cet ouvrage n’a aucune prétention intellectuelle. II ne veut pas non plus s’offrir le luxe d’être, simplement, intéressant, pour orner les rayons des bibliothèques et servir de passe-temps à quelques lettrés. Il se considère comme une contribution et un soutien à l’action. J’ai voulu ici tenir le langage du cœur et m’efforcer de tordre le cou à la désespérance nationale", a souligné de prime abord Isidore Ndaywel.

SORTIR L’ELITE DE L’ADOLESCENCE ATTARDEE
"J’entends donc, dit-il, affirmer, haut et fort, qu’il peut et qu’il doit résolument sortir de son triple coma, politique, social et économique, ce grand Congo de Simon Kimbangu, de Patrice Lumumba, de Joseph Malula et de Laurent-Désiré Kabila. Ses élites sont appelées à quitter, toutes affaires cessantes, leur état d’adolescence attardée".
"Car, poursuit Isidore Ndaywel, faire preuve d’incapacité d’appliquer les décisions qu’elles-mêmes prennent, les lois qu’elles-mêmes éditent, les conventions qu’elles-mêmes signent, les accords qu’elles-mêmes concluent, ne peut s’interpréter que comme un appel du pied à peine dissimulé des ingérences extérieures, à moins qu’elle soit un appel du pied des violences que ces mêmes élites politiques prétendent pourtant combattre".

CONSTATS
"Ce propos, précise l’auteur du livre, tourne ainsi le dos à une certaine philosophie du moment, symbolisé, dans notre statuaire, par trois singes : le premier se voile les yeux, le deuxième, les oreilles ; et le troisième, la bouche. La clé du bonheur résiderait dans cette prétendue " sagesse " : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire… ".

VUE DE L’ASSISTANCE.

"Le plaidoyer de ce livre est donc d’aller à contre-courant de cette philosophie… Je reste, pour ma part, convaincu que le développement de ce pays sera l’œuvre des "inconditionnels " du progrès social ; ceux qui vivent "la passion" de cette société ; ceux qui sont hantés par le souci de son décollage, et qui sont prêts à des engagements casse-cou pour améliorer les conditions de vie de ce beau peuple. S’agissant de l’avenir des Congolais, contrairement à la "sagesse" ambiante, ces hommes et ces femmes veulent "tout voir, tout entendre et tout dire !", tranche Isidore Ndaywel.

PISTES DE SOLUTION

"C’est pourquoi, clame-t-il, cet ouvrage s’est voulu un hommage à ceux qui se trouvent engagés dans ce combat en actes et en vérité. Ces ’’hommes et femmes de chez nous’’, se recrutent dans tous les milieux, entre autres parmi les journalistes engagés dans la pédagogie générale de la démocratie, parmi les militants des mouvements citoyens, parmi les syndicalistes, hommes d’affaires, acteurs politiques et de la Société Civile, et même parmi les ’’parlementaires debout’’ et les ’’combattants’’ de la diaspora dont il faut parfois, calmer les ardeurs".
"Ces ’’héros des temps de crise’’, on les retrouve naturellement aussi parmi les créateurs de tout bord, parmi les hommes de la rue, et parmi ceux qui s’efforcent de réaliser au mieux leurs devoirs professionnels, leurs devoirs familiaux et leurs devoirs sociaux, dans des conditions si difficiles. Tous autant qu’ils sont, méritaient bien d’être honorés et encouragés, même s’ils sont souvent discrédités si injustement", a tranché l’historien congolais en concluant que "La saison sèche doit devenir pluvieuse".

COMMENTAIRES
’’L’audace de dresser le front pour un autre Congo’’ est le fruit des travaux d’un historien qui développe toute une réflexion du citoyen sur la situation de son pays, commente Le Père Léon de Saint Moulin dans sa préface. L’auteur, poursuit-il, propose, par la suite, des mesures et des stratégies qui pourraient aider le pays à sortir de la crise, particulièrement grave à laquelle il est aujourd’hui confronté. "Une de ses préoccupations est de renforcer l’identité et le sens de la dignité des Congolais", fait remarquer Léon de Saint Moulin.
Pour Isidore Ndaywel en effet, note le prêtre jésuite, ’’le Congo d’aujourd’hui s’enracine dans un passé lointain, beaucoup plus profond que l’époque coloniale. La première caractéristique de l’héritage de ses premiers ancêtres est la passion du progrès, la recherche du meilleur pour soi et pour les leurs’’.
Aux dires de Léon de Saint Moulin, "ce livre qui s’achève avec quelques textes fondateurs, notamment de Joseph-Albert Malula, de Patrice-Emery Lumumba et de l’Accord politique du 31 décembre 2016, se veut une invitation à l’action et à l’engagement pour un Congo meilleur".

BAPTEME
Juché sur la tribune aux côtés de l’auteur du livre, le ministre honoraire Ntantu Mey s’est réjoui de la présence du ministre Mende et du sénateur Kengo dans cette activité culturelle, soulignant qu’il est bien rare de voir des autorités politiques dans la présentation d’un livre. Il a loué les efforts d’Isidore Ndaywel qui a bien songé à associer des hommes de culture au vernissage de son livre. Ntantu Mey a salué cet appel à la complémentarité entre scientifiques en promouvant la division du travail.
C’est au terme de ses interventions que le Professeur Mpeye Nyango, représentant de Mgr Tshibangu empêché, a baptisé le livre à l’honneur. Vint alors le temps de dédicace où une longue file de participants sont venus proposer leurs livres pour recevoir l’autographe de l’auteur.
Yves KALIKAT
Tiré du n°5478 du mardi 26 septembre

Ntantu-Mey décrypte ’’La saison sèche est pluvieuse…’’ d’Isidore Ndaywel
jeudi 19 octobre 2017

Ministre honoraire des Transports et Communications, Jean-Marie Ntantu-Mey est un opérateur culturel et acteur de la Société civile de renom. (...)
lire la suite
Les obsèques de Bipoli suscitent déjà de l’effervescence à N’djili
mercredi 18 octobre 2017

Le chanteur congolais « Bipoli na Fulu », est écédé le 1 octobre dernier à Paris des suites d’une longue maladie. A N’Djili, son fief, l’on s’attend à (...)
lire la suite
Franco Luambo, toujours vivant dans les cœurs des mélomanes à Kinshasa
vendredi 13 octobre 2017

Ce fut un certain 12 octobre 1989 que mourait en Belgique, l’artiste musicien congolais Luambo Makiadi, dit Franco de mi Amor. 28 ans après sa (...)
lire la suite
Afrimma 2017 : Fally Ipupa glane deux trophées
mercredi 11 octobre 2017

Fally Ipupa a le vent en poupe. L’artiste congolais vient de remporter deux trophées aux African Muzik Magazine Awards (Afrimma) 2017. Le comité (...)
lire la suite
Théâtre : "Baabou roi, un dictateur sanguinaire malmène son pays"
vendredi 29 septembre 2017

Inspiré du célèbre Ubu Roi de Jarry et Macbeth de Shakespeare, " Baabou Roi " met en scène l’arrivée au pouvoir d’un dictateur sanguinaire dans un Etat (...)
lire la suite
Maître Gims évincé à cause de ses lunettes de soleil
vendredi 29 septembre 2017

L’artiste musicien congolais Gandhi Djuna célèbrement connu sur scène sous le nom de Maître Gims ne figurera pas parmi les membres du jury de la 7ème (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting