A TRAVERS SON NOUVEAU RAPPORT
Le FIDA appelle les agriculteurs à opter pour des aliments nutritifs
mercredi 11 octobre 2017

Un nouveau rapport du Fonds international de développement agricole (FIDA), publié hier mardi 10 octobre à Rome, montre la corrélation entre les effets de l’évolution climatique sur l’agriculture et la prévalence de la malnutrition dans les zones rurales. Ce rapport révèle que le financement fait en faveur d’une agriculture résiliente aux changements climatiques contribue à la sécurité alimentaire et élimine la malnutrition.

Le nouveau et énième rapport du FIDA est intitulé « The Nutrition Advantage-Harnessing the Nutrition Co-Benefits of Climate Resilient Agriculture ». A travers celui-ci, cette institution financière internationale dresse un bilan de son expérience dans l’amélioration de la nutrition, dans le cadre de ses investissements agricoles pro-action climatique. Elle est arrivée à la conclusion selon laquelle, les investissements faits en faveur d’une agriculture résiliente aux changements climatiques améliorent la sécurité alimentaire et contribuent également à éliminer la malnutrition. Ces deux facteurs sont intimement liés.

RISQUES
Le Président du FIDA, Gilbert F. Houngbo a souligné, à cette occasion, que pour les personnes « qui vivent sur des terres de plus en plus dégradées ou exposées aux risques qu’entraîne la variabilité climatique accrue, les productions agricoles n’ont plus le même contenu nutritionnel, ce qui se répercute sur l’état de santé des populations, qu’elles soient rurales ou urbaines ».
C’est ainsi que le FIDA relève, dans son nouveau rapport, l’urgence de sensibiliser les agriculteurs, « pour qu’ils dépensent leurs revenus durement gagnés pour faire des choix alimentaires plus nutritifs, qui amélioreront la santé de toute la famille. Il est aussi essentiel que leur activité soit source de revenus, pour que les familles puissent acheter la nourriture qu’elles ne cultivent pas elles-mêmes ».
Le rapport met en évidence l’intérêt économique et nutritionnel d’une approche diversifiée, et de l’éducation à la question nutritionnelle.
La Directrice de la Division environnement et climat du FIDA, Margarita Astralaga estime que « la promotion de systèmes de production de denrées alimentaires diversifiés, capables de faire face aux changements climatiques et intégrant des considérations nutritionnelles peut aider les petits exploitants à devenir plus résilients et contribuer à stabiliser leurs revenus, améliorer la qualité des régimes alimentaires et, en parallèle, participer à l’action climatique ».

AVANTAGES
Le rapport présente des exemples de projets du FIDA axés exactement sur de tels investissements à avantages multiples. C’est le cas d’un projet d’irrigation et de gouvernance de l’eau et des terres mis en place Soudan. Les bénéficiaires ont suivi une formation sur la nutrition et la transformation des produits alimentaires.
Parmi les retombées, on note que les femmes qui ont participé à cette formation ont découvert l’intérêt nutritionnel d’aliments moins consommés notamment les légumes, les œufs et le lait. Grâce à ces enseignements, elles ont également appris à préparer des aliments plus nutritifs, à faire attention à l’hygiène. Bref, elles ont découvert les avantages d’un régime équilibré.
Un autre pays cité dans le rapport est le Niger. Pour faire face à la dureté des conditions climatiques et à la dégradation des terres, le Programme de développement de l’agriculture familiale travaille en partenariat avec un groupe de femmes.
L’objectif c’est de parer au manque d’aliments de base en période de soudure et la production d’aliments à haute valeur nutritionnelle. On leur apprend à promouvoir diverses activités notamment la gestion d’entrepôts céréaliers pour les femmes et la culture de « jardins nutritionnels ».
Pour faire ainsi face globalement aux interconnexions complexes entre changements climatiques, nutrition et agriculture, le FIDA est déterminé à soutenir la résilience climatique dans ses projets et à susciter les occasions d’y intégrer la question nutritionnelle. Dina BUHAKE

L’utilisation des normes peut rendre des villes plus intelligentes
jeudi 19 octobre 2017

* Pour sa part, l’association pour la promotion de la métrologie et la normalisation en RDC (APROMEN) recommande des campagnes de sensibilisation à (...)
lire la suite
Les premières destructions suscitent une vive polémique
jeudi 19 octobre 2017

Quelques maisons construites anarchiquement sur le site agricole de Kindibula, dans la commune de Mont Ngafula ont été démolies par des tracteurs (...)
lire la suite
Les décharges publiques chargent et polluent l’environnement à Kinshasa !
mercredi 18 octobre 2017

* Face à l’insalubrité devenue une marque de la ville, la responsabilisation des bourgmestres s’impose comme une nouvelle approche d’assainissement (...)
lire la suite
Goma : l’inauguration de l’Institut français fixée au 20 octobre prochain
mercredi 18 octobre 2017

L’Institut français de Goma sera inauguré le 20 octobre prochain. C’est Alain Remy, ambassadeur de France en République Démocratique du Congo, qui va (...)
lire la suite
La RDC attendue au Forum de l’initiative du Bassin du Nil au Rwanda
mercredi 18 octobre 2017

La RDC est attendue au 5ème forum biennal pour le développement du Bassin du Nil, qui se tiendra du 23 au 25 octobre prochain au Rwanda. Une (...)
lire la suite
La route de Kimwenza dévisagée par des ravins
mercredi 18 octobre 2017

La route de Kimwenza, prolongement de l’avenue des Cliniques universitaires, se présente aujourd’hui dans un état de délabrement très avancé. Depuis (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting