LES PROCHES DE L’EX-QUESTEUR DE LA CENI SONT FORMELS
Un procès synonyme d’acharnement contre Micheline Bie
jeudi 19 octobre 2017

Ce jeudi matin matin 19 octobre s’ouvre au Tribunal de Paix de Ngaliema le procès qui oppose Fidel Babala Wandu à Micheline Bie Bongenge respectivement secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC), député élu de la Tshangu et Questeur adjoint honoraire de la Ceni, Présidente du parti politique PRED, vice-présidente de la plateforme le CENTRE.

A travers une citation directe obtenue du tribunal cité ci-haut, Babala fonde sa requête sur les propos de Micheline Bie lors de sa sortie médiatique à travers l’émission Pona Ekolo (équipe nationale). Selon Babala, il s’agit des propos diffamatoires qui ont jeté une opprobre sur son honneur et sa dignité et de ce fait il sollicite du tribunal une réparation doublée d’un dommage et intérêt de120.000USD.
A en croire une certaine opinion, ce procès serait la suite logique des dessous d’un acharnement contre Micheline Bie qui, depuis mai 2013 est victime de la campagne de déstabilisation au lendemain de sa désignation au poste de Questeur Adjoint de la Ceni pour le compte du MIc. Choix qui n’était pas du goût des détracteurs de la désignée du Chairman en personne.
Une fois installée à la vice-questure de la centrale électorale, Micheline Bie se verra soumise à moults pressions allant dans le sens de lui imposer la constitution de son cabinet. Ce n’est pas tout. L’entourage de la Questeur adjointe de la CENI affirme que durant tout le mandat, elle a eu à faire face à une pluie de messages, d’injonctions prétendument émanant de Jean-Pierre Bemba. Sur cette question, il faut entendre les témoignages de plusieurs hauts cadres du MIc qui sont tombés victimes de ce fameux trafic d’influence via le téléphone.
Comme si cela ne suffisait pas, la direction du MLC à travers une lettre écrite un certain 13 janvier 2017 sollicite le départ de Mme Micheline de la Ceni. Démarche contestée par le groupe parlementaire MIc et Alliés qui, en date du 6 juin 2017 saisira Minaku Aubin pour l’inviter au strict respect de la constitution et au rejet de l’action initiée en solitaire par le MIc et au maintien de Mme Bie Micheline à son poste de questeur Adjoint de la CENI. Car la fameuse lettre du MIc exerce une pression comminatoire sur Micheline Bie, viole la constitution et la loi organique et énerve également les principes d’indépendance et de neutralité dont jouit la CENI sur le plan légal et fonctionnel.
Malgré tout cet argumentaire, Mme Bie Micheline a fini par être remplacée par l’Assemblée Nationale désignant Nadine Mishika au même poste qu’elle occupait à la CENI.
Face à cette injustice qui a émaillé son remplacement, Mme Bie Micheline Bongenge passe à la vitesse supérieure pour briser le silence afin de fixer l’opinion sur la question.
En commençant par l’esprit et la lettre de son remplacement, en passant par le non respect de la procédure parlementaire et la violation des lois en la matière, Micheline Bie a démontré noir sur blanc que son départ de la Ceni a tout l’air d’un règlement de compte et d’un acharnement injustifié.
Devant la presse le lundi 19 juin 2017, Mme Micheline Bie, la main sur le cœur avait fait savoir que les arrêts de la cour sont irrévocables et opposables à tous. Si le président de la République qui est le garant de la nation signe l’ordonnance, par respect à sa personne, elle allait s’incliner.
Ce qui fut fait. Et comme la politique est dynamique et face à toutes les injustices et mauvaise gestion des ambitions au sein du MIc qui suscitent trop de frustrations, Micheline Bie a pris l’option de se tailler son chemin en créant son propre parti politique qui est le PRED et qui est membre de la plate forme le CENTRE où elle occupe le poste de vice présidente.
Très populaire dans les milieux des ressortissants de la grande province de l’Equateur, Mme Bie Micheline fait peur à une certaine opinion qui refuse de voir son ascension politique et par sa démarche, vient de mettre fin au débat. Au moment où elle est tout préoccupée par l’organisation de sa nouvelle formation, c’est à ce moment là que le procès lui tombe sous les bras. Ce qui est perçu par certains comme la suite d’un acharnement dont elle fait l’objet. De toutes les façons l’audience de ce matin au tribunal de paix de Ngaliema pourrait réserver bien de surprises en termes de révélations. CP/Bolangala Zacharie

L’UE reconduit les sanctions à l’encontre de 14 autorités congolaises dont le candidat Shadary
mardi 11 décembre 2018

Le conseil de l’Union européenne (UE) a décidé hier le 10 décembre, de la prolongation des sanctions contre 14 personnalités congolaises dont le (...)
lire la suite
Emmanuel Ramazani Shadary promet le désenclavement et la modernisation du Bas Uélé
mardi 11 décembre 2018

A la conquête des électeurs dans le Congo profond, le candidat n°13 a foulé hier, à la tombée de la nuit, le sol de Buta, chef-lieu du Bas-Uele, (...)
lire la suite
Goma : des agents de la Ceni s’engagent à la justice, à l’impartialité et à l’honnêteté
mardi 11 décembre 2018

Les agents de la Ceni, chargés de travailler dans les bureaux de vote de la ville de Goma se sont engagés à promouvoir la justice, l’impartialité (...)
lire la suite
Kinshasa : des observateurs électoraux formés sur la surveillance du vote
mardi 11 décembre 2018

Des observateurs électoraux de Kinshasa ont suivi, hier lundi 10 décembre, à la maison des élections, une formation sur la surveillance électorale. (...)
lire la suite
Néhémie Mwilanya à la conquête du Sud-Kivu profond !
mardi 11 décembre 2018

* Sur ses terres, il a deux objectifs : faire réaliser au candidat Emmanuel Ramazani Shadary un très bon score et autant pour soi... En février (...)
lire la suite
Des candidats tiennent de moins en moins des meetings publics à Kikwit
mardi 11 décembre 2018

A moins de deux semaines de la clôture de la campagne électorale, la ville de Kikwit, dans la province du Kwilu, enregistre moins de meetings (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting