Le revers de la personnification des enjeux du pays
jeudi 19 octobre 2017

Une question qui ne devrait pas en être une, mais qui en devient une, contexte zaïro-congolais oblige : qui a été élu au Conseil onusien des droits de l’homme ? La RDC ou Joseph Kabila ? La RDC assurément.
Cela devrait donc constituer un motif de fierté pour tous les Congolais. Ceux estampillés kabilistes comme ceux qui battent pavillon "opposition" ; ceux évoluant sous couvert de la nébuleuse Société civile comme la majorité silencieuse. C’est comme, mutatis mutandis, lorsque l’équipe nationale de foot gagne.
Problème, depuis la Transition Mobutu la conscience nationale et son corollaire, le patriotisme, se déclinent à l’aune du positionnement des acteurs politiques. Selon que l’on est aux affaires ou dans l’opposition, on ne regarde pas son pays de la même manière.
Ainsi, au nom du combat anti-Kabila, des opposants ont déployé des trésors d’énergie pour empêcher que leur propre pays ne siège au Conseil des droits de l’homme. L’élection à ce graal mondial des droits humains étant considérée comme la victoire non de la RDC, mais de l’homme Kabila et ses affidés !
C’est là que le bât blesse. C’est cela aussi le mal congolais. La politisation, mieux la personnalisation de tout. Y compris, hélas, des enjeux qui dépassent largement le cadre de nos bisbilles politiciennes. Depuis les années 90, le pays a énormément perdu à cause de cette individualisation à outrance.
Des Opposants ont sillonné l’Europe et l’Amérique pour plaider contre l’aide au Zaïre. Une assistance qui, aux yeux de l’Union sacrée, risquait de requinquer Mobutu. Cette croisade de l’Opposition radicale eut pour conséquence l’amplification du boycott contre un pays déjà exsangue et qui venait de connaître deux pillages.
Au finish, les sanctions ont achevé de paupériser les Zaïrois et porté un dernier coup d’estocade à l’image du pays sur fond de désacralisation du pouvoir. Une patate chaude dont a hérité le Régime post-Mobutu. Voilà que l’histoire semble se répéter.
Terminons comme nous avons commencé. C’est-à-dire par une autre question…bête. Qu’est-ce que les opposants d’aujourd’hui feraient du siège conquis par le "pouvoir" Kabila si demain ils accédaient aux responsabilités ? José NAWEJ

Des limites au régime de faveur
vendredi 22 juin 2018

Autant le confesser tout de go. Personne d’équilibré ne trouverait à redire sur le principe d’une prise en charge d’anciens Présidents de la république (...)
lire la suite
Le tempo présidentiel
jeudi 21 juin 2018

"Circulez, il n’y a rien à voir", "rien à signaler", "il n’y a pas de quoi fouetter un chat"… En postposant son adresse à la Nation via les deux (...)
lire la suite
Dans la tête du Raïs…
mercredi 20 juin 2018

Comment ne pas pointer la journée du vendredi 22 juin ? Comment ne pas y penser ? Comment ne pas imaginer -ou plus exactement s’imaginer- ce que (...)
lire la suite
Une session vraiment extraordinaire
mardi 19 juin 2018

Des sessions extraordinaires, les travées de deux hémicycles nichés au Palais du peuple en ont connues. Et en connaîtront. Mais, en général le (...)
lire la suite
Une session vraiment extraordinaire
lundi 18 juin 2018

Des sessions extraordinaires, les travées de deux hémicycles nichés au Palais du peuple en ont connues. Et en connaîtront. Mais, en général le (...)
lire la suite
Opération-séduction du pays profond
vendredi 15 juin 2018

Cela n’a échappé à personne. Le Raïs est en itinérance dans le pays profond. Après avoir séjourné dans le Haut-Katanga pour une série d’inaugurations, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Et …pourquoi pas Gbagbo

L’acquittement-libération de Jean-Pierre Bemba a de quoi donner des idées. Une véritable jurisprudence tant sur le fond que sur la forme. Condamné au premier degré pour "crimes de guerre et crimes (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting