Onze ONG redoutent des tensions après le flou sur la Tripartite
vendredi 20 octobre 2017

La Synergie des missions d’observation électorale (Symocel) est inquiète. Elle redoute des tensions qui pourraient surgir en République du Congo si le processus électoral se déroule « en dehors de tout cadre convenu ». Les onze Ong membres de cette plateforme ont fait part de leurs craintes à la presse hier jeudi 19 octobre.

La Symocel s’interroge, quant au cadre qui régit, à ce jour, la transition politique et les opérations électorales en RDC "vu que ni la Constitution ni les lois, encore moins cadre politique de référence ne sont respectés", écrit-elle dans un communiqué rendu public jeudi à Kinshasa.
Se disant "inquiète", face au report des élections générales à avril 2019 et la non publication à ce jour d’un calendrier électoral officiel, la structure a regretté "l’exacerbation" de la crise de légitimité des institutions congolaises.
La Symocel appelle les acteurs politiques à "renouer avec le dialogue" afin d’aboutir à un "consensus autour de la gestion du pouvoir en cette période transitionnelle et éviter ainsi l’impasse politique qui pourrait engendrer la violence".
Ce communiqué, publié au lendemain de la clôture mercredi, d’une réunion tripartite d’évaluation du processus électoral congolais regroupant la Commission électorale, le gouvernement et Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), devait aboutir à la publication d’un calendrier électoral. Ce qui n’a pas été fait.

EXIGENCES
Dans le communiqué final sanctionnant ces travaux, boycottés par une partie de l’opposition, la Tripartite a demandé à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de publier un calendrier électoral "réaliste". Ce calendrier est également réclamé par la communauté internationale qui mise toujours sur l’application de l’Accord du 31 décembre 2016 qui prévoit l’organisation d’élections " au plus tard en décembre 2017 " pour la succession de Joseph Kabila dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 19 décembre 2016.
La Tripartite a, d’une façon laconique, demande à la Centrale électorale de publier un calendrier électoral réaliste tout en gardant le silence sur les 504 jours a compter de la fin des opérations d’enrôlement proposés par le président Corneille Nangaa. « C’est ce qui justifie linsatisfaction quasi générale sur l’objectif essentiel de cette Tripartite qui etait d’evaluer le temps nécessaire pour le parachèvement du processus électoral », fait remarquer le Symocel.
A l’ouverture du VIIème sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) hier jeudi à Brazzaville, le président Denis Sassou N’Guesso a déploré, la "persistance de la crise politique et sécuritaire " en RDC.
Rachidi MABANDU

Enfin, le projet de loi électorale déposé à l’Assemblée Nationale
mercredi 22 novembre 2017

Le Premier ministre a déposé hier lundi au bureau de l’Assemblée nationale, le projet de loi électorale pour examen. Se confiant à la presse, Bruno (...)
lire la suite
RASSOP-MP, le choc frontal évité de justesse
mercredi 22 novembre 2017

* Dans sa lettre adressée au Gouverneur Kimbuta, Martin Fayulu donne les détails sur l’itinéraire. La marche du Rassemblement, initialement prévue (...)
lire la suite
Traite négrière du 21ème siècle : à qui la faute ?
mercredi 22 novembre 2017

Le monde entier est estomaqué et révolté par les faits contenus dans une vidéo circulant sur le net qui reprend un reportage d’une enquête menée en (...)
lire la suite
La venue de Didier Reynders à Kinshasa pose problème
mardi 21 novembre 2017

* L’alignement jugé systématique du chef de la diplomatie belge sur les positions du Rassop nuit à la nécessaire neutralité positive qui sied à (...)
lire la suite
Des anti paludéens contrefaits circulent en RDC, alerte le ministre Oly Ilunga
mardi 21 novembre 2017

Des médicaments anti-malaria contrefaits circulent sur le marché congolais. Dans un communiqué signé mardi 14 octobre par le ministre de la Santé (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting