LA MUSIQUE CONGOLAISE DE NOUVEAU ENDEUILLEE
Kuka Matthieu, ancien d’African Jazz, tire sa révérence à environ 86 ans
lundi 30 octobre 2017

Kuka Matthieu n’est plus. Cet ancien artiste musicien du très célèbre orchestre African Jazz 2 de l’immortel Grand Kalle, est décédé le week-end dernier à l’hôpital ex-Mama Yemo de Kinshasa, à l’âge de 86 ans.

Déjà, vendredi 28 octobre, Kuka Matthieu allait mal. Des sources qualifiées de la famille biologique du défunt, se fiant au diagnostic médical, ont renseigné que l’illustre disparu perdait déjà beaucoup de sang, à la suite d’une insuffisance rénale.
Pierre Kalala Mwena Mpala, Président médiateur du Groupe Afric’Ambiance qui a livré samedi à Forum des As, la triste nouvelle du décès, a renseigné que feu Kuka Matthieu éprouvait de sérieux ennuis de santé depuis quelques semaines.
"Sa santé s’était dégradée avec un rythme inquiétant qui nécessitait une prise en charge médicale responsable. Il fallait donc trouver des moyens quant à ce. Hélas. Le destin a été accompli. Le pire est survenu juste au moment que nous et les amis du Congo-Brazzaville, nous apprêtions à nous mobiliser pour réunir ce que nous pouvions à notre niveau, avant de frapper à certaines portes. C’était sans sonder le mystère difficile à percer de la fatalité", déclare Pierre Kalala, avec une voix remplie d’émotions.

UNE MORT PRESQUE DANS L’INTIMITE FAMILIALE
Comme la plupart de ses collègues artistes, Kuka Matthieu est quelque peu mort dans l’intimité de sa famille, au numéro 214 de l’avenue Libenge, dans la commune de Lingwala.
Tout le "malheur" de l’illustre disparu est d’appartenir à la première génération de la musique congolaise moderne. C’est-à-dire l’âge de Grand Kabasele, considéré comme celui de l’art pur. Cette génération là qui a incarné une musique de grand salon, Dépouillée de toute impureté. Bref, une musique que parents et enfants pouvaient suivre au même moment au salon, sans ne douter d’aucune obscénité sonore ou vidéo. Cet art a disparu, comme plus de la moitié de ses précurseurs. Quelques rares artistes musiciens qui survivent encore, vivent dans un total anonymat et dénuement. Tout se passe comme si tous ceux qui avaient consommé leurs productions artistiques de l’époque, avaient déjà, eux aussi, passé l’arme à gauche. Pourtant, il en existe plusieurs qui sont encore vivants et qui participent même à la gestion active de l’appareil d’Etat.
Voilà que Kuka Matthieu qui a exhalé son dernier soupir le week-end dernier, offre à ces mêmes gestionnaires du pays, l’ultime occasion de témoigner sur lui, de reconnaître ses talents artistiques du seul musicien qui savait encore imiter le timbre vocal de Kabasele Tshamala, alias Grand Kallé. Alors que le pauvre est resté alité, sans aucune assistance de quelque nature, pendant plusieurs mois et presqu’abandonné à son triste sort durant des décennies entières.
La preuve, 24 heures seulement avant sa mort, Kuka Matthieu, criait au secours à partir de son lit de malade à l’Hopital général de référence de Kinsfasa (HGRK).
Au mois de juin passé, Kuka Mathieu, accompagné de Pierre Kalala, Mwena Mpala, avaient effectué un déplacement à la Primature. Ce fut dont sa toute derniere occasion de rencontrer le Premier ministre Bruno Tshibala et d’échanger avec lui. A cette occasion, un tam-tam fut gracieusement remis au Premier ministre. C’était un cadeau de forte symbolique. « Le tam-tam étant l’un des moyens de communication par excellence en Afrique traditionnelle du Sud-Sahara, nous avons pensé remettre un tambourin au Premier ministre, comme un instrument qui lui permettra de répandre le message de paix que feu Grand Kalle a légué à la postérité. En cette période de très basse conjoncture politique dans notre pays, les Congolais ont plus que jamais, besoin des messages de paix et de concorde nationale", déclare encore le président médiateur d’’Afric’Ambiance, Pierre Kalala Mwena
Selon lui, la prochaine rencontre Kuka Matthieu- Bruno Tshibala avait été prévue en juillet dernier. Mais elle n’avait plus eu lieu suite aux tristes événements survenus au Grand Marché et qui avaient causé la mort de plusieurs personnes. Entre autres, l’administrateur du Marché central de Kinshasa. "Il était question au cours de cette rencontre, d’associer Edo Nganga de Brazzaville, de l’Orchestre les Bantous de la capitale et qui reste en ce jour, la bibliothèque encore active, de l’art d’Orphée a Brazzaville", précise Pierre Kalala.

REPERTORIER TOUTES LES CELEBRITES DU PASSE VIVANT DANS L’OMBRE

On a coutume, en RD Congo, de ne reconnaitre le mérite de certains acteurs sociaux, qu’après le décès de ces derniers. Et, c’est le moment prisé par la plupart des autorités du pays pour se faire une bonne publicité politique, sans débourser le moindre sou.
Cependant, plus d’un analyste pense que l’idéal serait de recenser toutes les célébrités congolaises de différents secteurs de la vie pour se faire une idée claire de la vie que ces dernières mènent présentement. Cela aurait l’avantage de venir en aide d’urgence aux différents cas qui l’auront ainsi nécessitée. Cette tâche devrait en principe revenir au ministère de la Culture et des Arts (pour les artistes), à celui des Sports (pour les sportifs), au ministère des la Communication et des médias (pour les professionnels des médias), au ministère de l’ESU pour les Professeurs des Universités. Ce serait donc, la seule et bonne manière de reconnaître le mérite historique de ces compatriotes aujourd’hui passifs et rangés dans le rayon des archives, où ils n’attendent plus que leur mort dans l’anonymat. Grevisse KABREL

Le ministre Modeste Bahati porte "Devenir un bon avocat" de Me Willy Wenga sur les fonts baptismaux
lundi 19 février 2018

Il n’y a pas un sans deux. Trois ans après son premier ouvrage édité en 2015, revoici Me Willy Wenga avec "Devenir un bon avocat, quelques repères (...)
lire la suite
« Programme du cours d’éducation physique et sportive adapté à l’élève vivant avec handicap »
lundi 19 février 2018

*Un ouvrage né du projet « Ecoutez-Nous » de la Ligue Handisport du Katanga. C’est sans doute par ignorance que les élèves vivant avec handicap (...)
lire la suite
Une nouvelle rentrée artistique vient d’être...
lundi 19 février 2018

Une nouvelle rentrée artistique vient d’être lancée au Théâtre des Intrigants avec à l’affiche, la pièce théâtrale "Nazali Kinshasa". Ceci marque le début (...)
lire la suite
Le roman "Les aventures de Lumengu" porté sur les fonts baptismaux
mercredi 14 février 2018

La bibliothèque du Centre Wallonie Bruxelles a accueilli, le week-end dernier, la cérémonie du vernissage d’un roman hautement interpellateur (...)
lire la suite
Kinshasa et Brazzaville s’accordent pour mener des actions conjointes
lundi 12 février 2018

Les tourbières récemment découvertes par les scientifiques en RDC et au Congo Brazzaville, ont été au centre des discussions entre le ministre (...)
lire la suite
Thomas Luhaka invite les Congolais à la quête de la grandeur
lundi 12 février 2018

Le boulevard Tshatshi a changé de look. Et d’ambiance aussi. D’ordinaire d’un calme plat, cette large avenue qui mène à la présidence de la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting