2018 ou rien
lundi 6 novembre 2017

Après le passage fort remarqué de l’envoyée spéciale du Président Trump à Kinshasa, 2018 avait tout d’une échéance couperet. Une espèce de ligne Maginot à ne guère franchir. Au siège de la Centrale électorale, Nikki Haley avait martelé dans toutes les langues : les élections en 2018. Sinon, les Etats-Unis et la communauté internationale ne se sentiraient plus concernés. Ça sentait la menace.
Présentant, hier, le calendrier électoral, la CENI a placé son curseur sur…2018. Ceci expliquerait-il cela ? Poser la question équivaudrait à y répondre. Ou presque. Exit donc les 504 jours avec la perspective de voir les élections se tenir en 2019.
Reste que ce calendrier-là a tout d’une patate chaude. D’abord dans la bouche du Gouvernement qui devrait mobiliser l’essentiel de ressources financières. Des centaines de millions de dollars. Pas évident par ces temps de basse conjoncture. Pas sûr non plus que les partenaires dits traditionnels - en somme les capitales occidentales- soient en capacité de combler l’inévitable GAP. Confrontés qu’ils sont à des défis internes qui s’appellent déficits, chômage de masse, lutte contre le terrorisme…
2018 ressemble aussi à un piège pour la classe politique rd congolaise. Combien sont-ils en situation d’aller aux élections sans passer par la case "gouvernement" ? Autrement dit, au-delà des postures, très peu d’acteurs politiques disposent de moyens financiers comme logistiques pour battre campagne dans ce pays-continent.
Les initiés aux arcanes politiques zaïro-congolais savent précisément que la surenchère actuelle -dans toutes les loges politiques- procède de la traditionnelle stratégie d’avant négociation. Créer un rapport de force en vue de mieux négocier. Même après avoir renoncé à son chronogramme initial pour adhérer à l’échéancier-fétiche, la CENI retrouvera dès ce jour des contestataires sur sa route. José NAWEJ

Au-delà du concert d’indignations légitimes
mercredi 22 novembre 2017

S’indigner de la "marchandisation", mieux de la chosification de l’homme par l’homme en Libye ? C’est le minimum syndical pour toute personne (...)
lire la suite
Zimbabwe : Des enseignements contradictoires…
mardi 21 novembre 2017

Autant le souligner tout de go. Au-delà de certaines constantes et similitudes, chaque pays africain a sa spécificité. Ce serait donc fort de café (...)
lire la suite
Zimbabwe : Des enseignements contradictoires…
lundi 20 novembre 2017

Autant le souligner tout de go. Au-delà de certaines constantes et similitudes, chaque pays africain a sa spécificité. Ce serait donc fort de café (...)
lire la suite
Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
vendredi 17 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel (...)
lire la suite
Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
jeudi 16 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel (...)
lire la suite
Bon signe !
mardi 14 novembre 2017

L’avenue de l’Enseignement à Kasa-Vubu était en ébullition le week-end dernier. Pour cause, presque tous les partis politiques qui y sont situés (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting