SUD-KIVU
Abbas Kayonga : le Tribunal militaire se déclare incompétent
vendredi 10 novembre 2017

*Cet ancien officier du RCD/Goma est-il sur les traces du Général Laurent Nkunda et du colonel Jules Mutebusi ?

Déception et colère hier à Bukavu, dans la salle d’audience du Tribunal militaire de garnison où l’assistance attendait le dénouement dans l’affaire Ministère public contre colonel Abbas Kayonga, jugé au premier degré en procédure de flagrance pour des faits graves de rébellion ayant causé mort d’hommes dimanche dernier au chef-lieu du Sud-Kivu. Le Tribunal militaire de garnison de Bukavu s’est déclaré incompétent du fait que présidé par un major, il ne peut connaitre des affaires où sont impliqués les officiers supérieurs à partir du grade de major. Ce qui est le cas avec Abbas Kayonga, colonel des FARDC.

La suite de l’instruction juridictionnelle se poursuivra à la Cour militaire dont la composition n’est pas encore constituée à ce jour. Ce qui fait tomber les faits de flagrance pour se muer en procédure ordinaire vu qu’il n’y a plus d’immédiateté.
A la première audience où il était question d’identifier les 30 prévenus déférés par le Parquet militaire devant le Tribunal militaire de garnison, le Président des céans voulait avoir pourquoi le lieutenant-colonel qui commande la Police (PNC) de la ville de Bukavu avait détaché auprès du colonel Kayonga 30 policiers de sa garde rapprochée tous issus de sa communauté ethnique des Tutsi-Banyamulenge du Sud-Kivu.
La même difficulté de compétence juridictionnelle s’est aussi posée en ce qui concerne le lieutenant-colonel de la PNC-Bukavu. Il est tout de même étonnant et peut légitimement se poser la question de savoir pourquoi le Parquet militaire près le Tribunal de garnison de Bukavu n’a pas vu qu’il se poserait ce problème de compétence juridictionnelle en rapport avec les grades des membres de la composition et déférer les prévenus à la Cour militaire du Sud-Kivu dans le temps que requiert la procédure de flagrance.
Abbas Kayonga, ancien tout puissant commandant de la Brigade antifraude du Sud-Kivu nommé par l’ancien gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Chissambo avait été relevé de ses fonctions par le nouveau gouverneur, Claude Nyamugabo qui l’accuse d’alimenter des circuits de fraude avec le Rwanda.
C’est ce que rejette Abbas Kayonga, en accusant par contre le nouveau gouverneur d’être impliqué dans la fraude jusqu’au cou et le considérant comme obstacle. Kayonga avait par ailleurs gardé par devers lui tous les 30 éléments de la Police commis à sa garde comme commandant de la Brigade antifraude. Chose que le nouveau gouverneur a trouvée anormale et instruit que ces policiers rejoignent leur unité de base.
Abbas Kayonga a refusé. Dimanche dernier, les FARDC se sont présentées à sa résidence pour les désarmer. Les hommes de Kayonga ont résisté en ouvrant le feu. Après échanges des tirs nourris, la résidence d’Abbas Kayonga a été neutralisée, lui et ses 30 policiers aux arrêts et présentés à l’Auditorat militaire en procédure de flagrance.
Sur place, on a trouvé un arsenal de guerre, des canons, des armes d’assaut et de pointe, des mitrailleuses lourdes, des munitions de gros calibre. Pourquoi faire ? Pour remplir sa mission d’antifraude ? Le colonel Abbas Kayonga doit répondre de ces faits devant son Juge naturel, la Cour militaire.
Cette affaire rappelle la guerre de Bukavu déclenchée en 2004 par le colonel Jules Mutebusi, officier du RCD/Goma intégré dans les FARDC comme son frère d’armes le colonel Abbas Kayonga dans la transition 1+4 à la suite de l’Accord de Sun city. Mutebusi tout comme nombre d’officiers Tutsi-Banyamulenge intégré refusait de quitter soit le Sud-Kivu ou le Nord-Kivu pour aller en mutation dans d’autres provinces. Muté à Kinshasa, le colonel Jules Mutebusi a résisté avec les armes.
Il a failli faire liquider son commandant de Région militaire le général Nabyola. Rappelé à Kinshasa, ce dernier est remplacé par un chef-commando d’élite, ranger formé aux USA, le général Félix Budja Mabe Kondo, chef de la garde rapprochée du Maréchal Mobutu pendant des années (72-79). A peine qu’il mettait pied à Bukavu que le colonel Jules Mutebusi appuyé par des colonnes de soldats issus de la communauté Tutsi venant du Nord-Kivu et commandés par un autre colonel, ancien du RCD/Goma intégré dans les FARDC Laurent Nkunda Batware prennent Bukavu.
Budja Mabe avec quelque 200 commandos organisent la contre-offensive dans les collines environnantes où ils ont opéré un repli stratégique. Ils reprennent Bukavu après sept jours de combats d’une rare violence contre les hommes de Jules Mutebusi et Laurent Nkunda. Budja Mabe est depuis considéré come un héros. Les FARDC doivent veiller au grain pour que des individus sans foi ni loi comme le colonel Abbas Kayonga soient sur les traces de leurs colistiers Jules Mutebusi et Laurent Nkunda qui avaient mis autrefois la même ville de Bukavu à feu et à sang. KANDOLO M.

L’UE reconduit les sanctions à l’encontre de 14 autorités congolaises dont le candidat Shadary
mardi 11 décembre 2018

Le conseil de l’Union européenne (UE) a décidé hier le 10 décembre, de la prolongation des sanctions contre 14 personnalités congolaises dont le (...)
lire la suite
Emmanuel Ramazani Shadary promet le désenclavement et la modernisation du Bas Uélé
mardi 11 décembre 2018

A la conquête des électeurs dans le Congo profond, le candidat n°13 a foulé hier, à la tombée de la nuit, le sol de Buta, chef-lieu du Bas-Uele, (...)
lire la suite
Goma : des agents de la Ceni s’engagent à la justice, à l’impartialité et à l’honnêteté
mardi 11 décembre 2018

Les agents de la Ceni, chargés de travailler dans les bureaux de vote de la ville de Goma se sont engagés à promouvoir la justice, l’impartialité (...)
lire la suite
Kinshasa : des observateurs électoraux formés sur la surveillance du vote
mardi 11 décembre 2018

Des observateurs électoraux de Kinshasa ont suivi, hier lundi 10 décembre, à la maison des élections, une formation sur la surveillance électorale. (...)
lire la suite
Néhémie Mwilanya à la conquête du Sud-Kivu profond !
mardi 11 décembre 2018

* Sur ses terres, il a deux objectifs : faire réaliser au candidat Emmanuel Ramazani Shadary un très bon score et autant pour soi... En février (...)
lire la suite
Des candidats tiennent de moins en moins des meetings publics à Kikwit
mardi 11 décembre 2018

A moins de deux semaines de la clôture de la campagne électorale, la ville de Kikwit, dans la province du Kwilu, enregistre moins de meetings (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting