ASSEMBLEE NATIONALE
Interpellation du Premier ministre : la motion Lokondo recevable
lundi 13 novembre 2017

C’est le vendredi dernier que la plénière de l’Assemblée nationale a examiné, à huis clos, la motion d’interpellation du Premier ministre, initie par Henri-Thomas Lokondo Yoka, élu de la ville de Mbandaka . On sait retracer avec exactitude, à partir des déclarations de plusieurs députés contactés le déroulé de cette plénière à huis-clos. Il nous revient que la motion d’interpellation de Lokondo a été déclarée à l’unanimité recevable. Il n’y a eu ni vote contre ni abstention.

En conséquence, le Premier ministre doit se présenter avec tout son Gouvernement dans les huit jours pour présenter ses moyens de défense au cours de la plénière qui sera consacrée au vote de la motion d’interpellation du député Henri-Thomas Lokondo Yoka. C’est cela la procédure prévue dans le Règlement intérieur (RI) de la Chambre basse. De quoi s’agit-il ? Il est question de la date de dépôt du projet de Budget-2018 par le Gouvernement-Tshibala qui n’a pas encore eu lieu jusqu’à ce jour.
Lokondo, fort des prescrits de la Constitution tout comme la loi sur les finances publiques soutient que tout projet de loi des finances de l’Etat est déposé au Parlement avant le 15 septembre, date d’ouverture de la session budgétaire. A défaut de quoi le Gouvernement est réputé démissionnaire. C’est ce que dit la Constitution.
A un mois de la clôture de la session budgétaire, le 15 décembre prochain, le projet de Budget n’est toujours pas déposé au bureau de la Chambre basse du Parlement. Il ne reste plus que 30 jours pour la session en cours, alors que l’examen du projet de loi de finances prend 40 jours à l’Assemblée nationale et 20 jours au Sénat, soit 60 jours au total.
Pour Lokondo Yoka, il ne s’agit là ni plus ni moins que d’une violation de la Constitution et de la loi sur les finances publiques. Ce qui justifie son interpellation du Premier ministre pour qu’il vienne s’expliquer sur cet état des choses. On rappelle que plusieurs fois au cours de différentes plénières, le même Lokondo est plusieurs fois intervenu par des motions pour montrer à ses pairs que la session était en train de cheminer vers la fin, mais , toujours sans projet de Budget-2018.
Le Président du Bureau avait même écrit au Premier ministre, à cet effet. Une lettre restée sans suite jusqu’au jour du vote de recevabilité de la motion d’interpellation. Pourtant, c’est dans le Budget-2018 qu’il y a réponse à la principale contrainte reprise dans le calendrier électoral de la CENI qui est le financement du Gouvernement. Sans Budget de l’Etat, il est impossible de programmer cette dépense stratégique liée aux élections.
Après ce vote de recevabilité, le ministre en charge des Relations avec le Parlement Jean-Pierre Lisanga Bonganga a déclaré à la presse que c’est la semaine prochaine que le Gouvernement déposera le projet de Budget à l’Assemblée nationale. On est toujours sur le tard, à déposer tout au plus tard le 15 septembre. Cette motion d’interpellation du Premier ministre Bruno Tshibala par le député Lokondo Yoka Henri-Thomas va entrer dans l’histoire parlementaire de la RDC à divers titres.
Elle vient de la MP et non de l’Opposition, ce qui est une grande première. En effet lorsqu’on consulte les annales parlementaires, on réalise depuis le début de la deuxième législature de la IIIème République, l’Assemblée nationale n’a jamais reçu de motion d’interpellation d’un Premier ministre. Qui plus est, elle est déclarée recevable à l’unanimité et n’a été bloquée par aucune motion incidentielle des députés MP comme c’est de coutume dans cet hémicycle.
C’est ce qui avait conduit au boycott des travaux des députés de l’Opposition qui viennent à peine même de revenir. Ce qui est la preuve si besoin en est qu’Henri-Thomas Lokondo Yoka, est du centre, du vrai, là où sont réellement défendus les intérêts du peuple souverain. Ses préoccupations sont fondées et légitimes. Quand on sait que le Budget-2018 est différent de Budgets antérieurs. C’est le Budget de l’organisation des élections. Il n’est pas autorisé à ce que les parlementaires l’examinent superficiellement et à la volée. Les conséquences risqueraient d’être dramatiques. KANDOLO M.

Enfin, le projet de loi électorale déposé à l’Assemblée Nationale
mercredi 22 novembre 2017

Le Premier ministre a déposé hier lundi au bureau de l’Assemblée nationale, le projet de loi électorale pour examen. Se confiant à la presse, Bruno (...)
lire la suite
RASSOP-MP, le choc frontal évité de justesse
mercredi 22 novembre 2017

* Dans sa lettre adressée au Gouverneur Kimbuta, Martin Fayulu donne les détails sur l’itinéraire. La marche du Rassemblement, initialement prévue (...)
lire la suite
Traite négrière du 21ème siècle : à qui la faute ?
mercredi 22 novembre 2017

Le monde entier est estomaqué et révolté par les faits contenus dans une vidéo circulant sur le net qui reprend un reportage d’une enquête menée en (...)
lire la suite
La venue de Didier Reynders à Kinshasa pose problème
mardi 21 novembre 2017

* L’alignement jugé systématique du chef de la diplomatie belge sur les positions du Rassop nuit à la nécessaire neutralité positive qui sied à (...)
lire la suite
Des anti paludéens contrefaits circulent en RDC, alerte le ministre Oly Ilunga
mardi 21 novembre 2017

Des médicaments anti-malaria contrefaits circulent sur le marché congolais. Dans un communiqué signé mardi 14 octobre par le ministre de la Santé (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting