Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
vendredi 17 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel ignoré ou rejeté. A chaque chapelle son verdict. Normal dans ce pays où chacun voit midi à sa porte.
Souvent, la vérité est entre les deux. Encore que … Si le mode d’emploi est demeuré le même, la ville en l’occurrence Kinshasa ne meurt plus comme dans les années 90. A peine feint-elle de mourir qu’elle rouvre les yeux.
Un pied de nez à ceux qui lui administrent l’anesthésie totale ? Est-ce le principe actif du produit anesthésiant n’est plus ce qu’il fut ? Ou serait-ce Kinshasa qui résisterait à ce produit ? Des questions qui pourraient en appeler d’autres.
N’importe comment, le produit paralysant du toubib ès " ville morte " s’avère de moins en moins efficace. Tel est le constat que la énième opération " ville morte " d’hier a confirmé. Cette métaphore médicale pour au moins exprimer ce qu’est devenue l’opération " ville morte ".
Une forme de contestation qui, à l’évidence, n’a plus la cote auprès des Kinois. Témoins privilégiés du cirque politicien depuis 1990, les habitants de la capitale savent que très souvent derrière des mots d’ordre généreux et sympathiques se cachent des stratégies politiciennes de conservation ou de conquête du pouvoir.
Pire, la " ville morte " est devenue une opération marchande permettant aux protagonistes de tirer leurs marrons du feu. Au finish, le peuple resté stoïquement à la maison perd sur toute la ligne. Proverbialement désargenté, le Kinois se voit privé de sa battue quotidienne. Il le paie cash dans la casserole. Et donc sur les joues des enfants sur lesquelles ruissellent des larmes. Une peine à très large spectre. Surtout, sans retour sur investissement.
Pour finir, retour à la question -suggestive ?- de réponse : Et si les Kinois décidaient de la mort de la " ville morte " ? José NAWEJ

Au nom de la base
vendredi 16 novembre 2018

Tiens ! hier jeudi, le candidat Emmanuel Ramazani devait présenter son programme. Silence radio. Sans doute que la base a demandé à "Coup sur coup" (...)
lire la suite
Le -triste- mérite de Genève
jeudi 15 novembre 2018

Tragi-comédie dans la tragi-comédie de Genève. Cette lettre d’engagement montre jusqu’où peuvent aller les politiciens congolais pour leurs intérêts (...)
lire la suite
De l’Union sacrée de l’Opposition à … Lamuka
mercredi 14 novembre 2018

Genève aura à jamais un goût d’oxymore pour les opposants rd congolais. D’une ville -espoir, réceptacle d’entente, de réconciliation, le siège -second (...)
lire la suite
L’infidélité à sa signature contre la fidélité à sa base
mardi 13 novembre 2018

Entre sa signature et la soumission à sa base ? Qu’est ce qui prévaut ? Félix-Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe viennent de trancher en faveur du (...)
lire la suite
Une machine à diviser nous est- elle née ?
lundi 12 novembre 2018

Elle est vraiment blanche la fumée qui s’est échappée de Genève hier ? Oui. Mais pas pour tout le monde .Dans ce " tout le monde ", il y a surtout (...)
lire la suite
A chaque loge son candidat commun
vendredi 9 novembre 2018

Si le froid genevois porte chance aux "7 patrons", l’opposition aura enfin son candidat commun à la présidentielle du mois prochain. FATSHI, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Une dose de contrepouvoir pour Trump

L’Amérique post-élections de mi- mandat est généralement celle qui correspond le mieux à la nature même du régime politique américain. Un pays où le système de pouvoir et de contre-pouvoir s’érige en (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting