Zimbabwe : Des enseignements contradictoires…
mardi 21 novembre 2017

Autant le souligner tout de go. Au-delà de certaines constantes et similitudes, chaque pays africain a sa spécificité. Ce serait donc fort de café que de faire des projections du cas zimbabwéen sur les autres pays du Continent. Quoi que cet exercice soit tentant et trahisse, dans la plupart des cas, les penchants des uns et des autres.
N’empêche. Les événements en cours au Zimbabwe charrient déjà quantité d’enseignements. Et des leçons ? Peut-être. D’abord, à ceux qui seraient enclins à l’oublier : Robert Mugabe tient son pouvoir des urnes. Et son mandat court encore.
De ce point de vue, l’initiative de l’Armée -pour autant qu’elle vise au finish la défenestration d’un président élu en fonction - est un coup d’Etat. L’Union africaine comme d’autres organisations internationales sont donc en droit d’en appeler au rétablissement de l’ordre constitutionnel.
A ceux qui dans d’autres pays africains se prennent à rêver du scénario zimbabwéen, un autre rappel. A savoir que les pires dictatures kaki que l’Afrique a connues ont commencé par se présenter sous des auspices libérateurs, voire démocratiques.
Même notre très cher Colonel Joseph-Désiré Mobutu a pris le pouvoir pour mettre fin à la chienlit. Ce, sur fond d’une certaine approbation populaire. On connaît la suite.
Une fois que l’on a rappelé cela, un autre constat. A l’inverse du vin dont la durée est gage de qualité, la longévité au pouvoir est généralement source d’abus de…pouvoir. Surtout du fait de l’entourage. Ou de différents clans-au propre et au figuré- qui gravitent autour du pouvoir. Et ces abus sont invariablement portés au passif du Chef.
Plus l’exercice du pouvoir s’étale dans le temps, plus les dérives s’accumulent. Les proches étant davantage préoccupés par leurs équations individuelles que par le sort du pays. Une mécanique qui conduit immanquablement à créer un fossé entre le sommet et la base. Au point que le Président s’en trouve isolé et coupé de réalités. Ainsi naissent des "dirigeants hors sol".
Alors, plutôt que d’extrapoler béatement le cas Zimbabwe, méditions sur les enseignements contradictoires que ces événements donnent à tirer. Et ce n’est pas fini.
José NAWEJ

Au nom de la base
vendredi 16 novembre 2018

Tiens ! hier jeudi, le candidat Emmanuel Ramazani devait présenter son programme. Silence radio. Sans doute que la base a demandé à "Coup sur coup" (...)
lire la suite
Le -triste- mérite de Genève
jeudi 15 novembre 2018

Tragi-comédie dans la tragi-comédie de Genève. Cette lettre d’engagement montre jusqu’où peuvent aller les politiciens congolais pour leurs intérêts (...)
lire la suite
De l’Union sacrée de l’Opposition à … Lamuka
mercredi 14 novembre 2018

Genève aura à jamais un goût d’oxymore pour les opposants rd congolais. D’une ville -espoir, réceptacle d’entente, de réconciliation, le siège -second (...)
lire la suite
L’infidélité à sa signature contre la fidélité à sa base
mardi 13 novembre 2018

Entre sa signature et la soumission à sa base ? Qu’est ce qui prévaut ? Félix-Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe viennent de trancher en faveur du (...)
lire la suite
Une machine à diviser nous est- elle née ?
lundi 12 novembre 2018

Elle est vraiment blanche la fumée qui s’est échappée de Genève hier ? Oui. Mais pas pour tout le monde .Dans ce " tout le monde ", il y a surtout (...)
lire la suite
A chaque loge son candidat commun
vendredi 9 novembre 2018

Si le froid genevois porte chance aux "7 patrons", l’opposition aura enfin son candidat commun à la présidentielle du mois prochain. FATSHI, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Une dose de contrepouvoir pour Trump

L’Amérique post-élections de mi- mandat est généralement celle qui correspond le mieux à la nature même du régime politique américain. Un pays où le système de pouvoir et de contre-pouvoir s’érige en (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting