Zimbabwe : Des enseignements contradictoires…
mardi 21 novembre 2017

Autant le souligner tout de go. Au-delà de certaines constantes et similitudes, chaque pays africain a sa spécificité. Ce serait donc fort de café que de faire des projections du cas zimbabwéen sur les autres pays du Continent. Quoi que cet exercice soit tentant et trahisse, dans la plupart des cas, les penchants des uns et des autres.
N’empêche. Les événements en cours au Zimbabwe charrient déjà quantité d’enseignements. Et des leçons ? Peut-être. D’abord, à ceux qui seraient enclins à l’oublier : Robert Mugabe tient son pouvoir des urnes. Et son mandat court encore.
De ce point de vue, l’initiative de l’Armée -pour autant qu’elle vise au finish la défenestration d’un président élu en fonction - est un coup d’Etat. L’Union africaine comme d’autres organisations internationales sont donc en droit d’en appeler au rétablissement de l’ordre constitutionnel.
A ceux qui dans d’autres pays africains se prennent à rêver du scénario zimbabwéen, un autre rappel. A savoir que les pires dictatures kaki que l’Afrique a connues ont commencé par se présenter sous des auspices libérateurs, voire démocratiques.
Même notre très cher Colonel Joseph-Désiré Mobutu a pris le pouvoir pour mettre fin à la chienlit. Ce, sur fond d’une certaine approbation populaire. On connaît la suite.
Une fois que l’on a rappelé cela, un autre constat. A l’inverse du vin dont la durée est gage de qualité, la longévité au pouvoir est généralement source d’abus de…pouvoir. Surtout du fait de l’entourage. Ou de différents clans-au propre et au figuré- qui gravitent autour du pouvoir. Et ces abus sont invariablement portés au passif du Chef.
Plus l’exercice du pouvoir s’étale dans le temps, plus les dérives s’accumulent. Les proches étant davantage préoccupés par leurs équations individuelles que par le sort du pays. Une mécanique qui conduit immanquablement à créer un fossé entre le sommet et la base. Au point que le Président s’en trouve isolé et coupé de réalités. Ainsi naissent des "dirigeants hors sol".
Alors, plutôt que d’extrapoler béatement le cas Zimbabwe, méditions sur les enseignements contradictoires que ces événements donnent à tirer. Et ce n’est pas fini.
José NAWEJ

Encore et toujours la transition
vendredi 25 mai 2018

Sous les tropiques rd congolaises, la transition a la peau dure. Très dure même. On la chasse, elle revient au galop. On lui tord le cou avec (...)
lire la suite
Kagamé joue et… gagne
jeudi 24 mai 2018

Tapis rouge à Paris pour Paul Kagamé. Tête-à-tête à l’Elysée avec son homologue français. Bien plus qu’un rituel protocolaire lorsqu’il s’agit du (...)
lire la suite
Derrière l’Union sacrée, le je t’aime moi non plus ?
mercredi 23 mai 2018

Et revoici le tandem Katumbi-Fatshi. Presque main dans la main arpentant les avenues de Washington DC. Deux hommes regardant dans la même (...)
lire la suite
En mode clair-obscur…
mardi 22 mai 2018

Parier un kopeck sur la lisibilité du processus politique en Rd Congo, un risque. Un grand risque. Les bookmakers d’ici et d’ailleurs sont avertis. (...)
lire la suite
En mode clair-obscur…
lundi 21 mai 2018

Parier un kopeck sur la lisibilité du processus politique en Rd Congo, un risque. Un grand risque. Les bookmakers d’ici et d’ailleurs sont avertis. (...)
lire la suite
Un mariage princier aux saveurs...africaines
vendredi 18 mai 2018

Le Royaume Uni s’apprête à vivre un big event. Il s’agit du "Royal wedding". Un mariage princier dont le retentissement ira bien au- delà des (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting