HORIZON DECEMBRE 2017
La Cenco exhorte les Congolais à se mobiliser
vendredi 24 novembre 2017

* Dans un message diffusé dans les quatre langues nationales, l’épiscopat congolais invite la population à exiger le respect strict de l’Accord de la saint Sylvestre.

« Le pays se meurt. Congolais, lève-toi ! Le mois de décembre 2017 approche. » C’est en ces termes que la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), commence son message au peuple congolais. Pas un scoop de Forum des As. Les quatre versions de l’exhortation des princes de l’Eglise catholique romaine en RD Congo, circulent bel et bien sur le net. Depuis, les internautes en ont presque fait leur chou gras, via les réseaux sociaux.

Dans son message, l’Episcopat congolais dit avoir parcouru la situation actuelle de la RD Congo. Un « check-up » général qui l’a conduit à un diagnostic rigoureux, avant de prescrire la thérapie. La métaphore est sans équivoque. « Après analyse approfondie de la mauvaise gestion du pays et de la misère qui caractérisent notre pays sur tous les plans, principalement en ce qui concerne la corruption, le détournement des fonds du trésor public, le chômage, l’absence de la paix, de la liberté d’opinion et d’expression sur toute l’étendue du territoire national, la non-organisation des élections e surtout, la mauvaise volonté de ne pas appliquer l’Accord politique du 31 décembre 2016, les évêques répondent à la principale et importante question : maintenant, que faut-il faire ? »
En guise de réponse à cette question qu’ils considèrent fondamentale et même existentielle, les prélats catholiques n’entendent pas se tromper d’issue. Ils invitent le peuple congolais à se lever, afin de prendre son propre destin en mains. Dans cet appel à la mobilisation, les princes de l’Eglise catholique exhortent, par ailleurs, la population congolaise à vaincre la peur et à ne pas se fatiguer. Pas seulement. Ils invitent également le peuple à exiger l’application du consensus politiquedu 31 décembre 2016, dit « Accord de la saint sylvestre ».
La Cenco rappelle que ledit consensus politique avait été accepté aussi bien par le peuple congolais que par la résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Du point de vue de l’environnement politique d’alors, les évêques rappellent que l’Accord du 31décembre 2016 avait été signé dans le noble but de rechercher la réconciliation et la gestion consensuelle du pays, après le 19 décembre 2016, marquant la fin du second et dernier mandat constitutionnel du Président Joseph Kabila.
Les parties prenantes audit Accord, soulignent les évêques, avaient convenu que le Chef de l’Etat actuel ne devrait plus se représenter aux prochaines élections pour un troisième mandat consécutif. Malgré cette restriction constitutionnelle, les signataires du compromis politique du 31 décembre 2016 s’étaient entendus que le Président de la République en exercice, puisse rester en fonction jusqu’à l’installation effective de son successeur démocratiquement élu, conformément aux dispositions de l’alinéa 2 de l’article 70 de la Constitution du 18 février 2006.
Par ailleurs, les élections présidentielle, législatives nationales, provinciales et urbaines devaient se teniravant la fin du mois de décembre 2017. Avant ou pendant, personne n’a ni le droit ni le pouvoir de modifier la Constitution, que ce soit par voie de référendum ou du Parlement.

LA CENCO SUR LA MEME LIGNE QUE LE RASSOP ?
A la suite du message des évêques, les réactions ne se sont pas fait attendre. Les unes plus virulentes que les autres. A J-37 de l’horizon fatidique de décembre 2017, nombre d’observateurs s’interrogent sur les motivations profondes de la démarche des évêques. « Jusqu’où irait la Cenco », question sans réponse, de plusieurs observateurs qui assistent impuissants, à ce que d’aucuns pensent que l’épiscopat congolais s’est mué en un parti politique.
Que les princes de l’Eglise catholique s’en tiennent au respect des textes, rien à redire si l’idéal est de préserver la paix sociale en interne. Cependant, le contexte semble avoir évolué après la publication, dimanche 5 novembre 2017, du calendrier électoral par la Ceni. Tout en reconnaissant à l’Eglise, son rôle naturel de groupe de pression, des analystes avertis estiment en même temps, que la Cenco devrait intégrer cette nouvelle donne dans son appréciation de l’évolution des enjeux politiques de l’heure en RD Congo. Ce qui, à priori, ne semble pas encore être le cas. Car, les évêques se montrent jusqu’ici imperturbables et s’en tiennent aux échéances de décembre 2017, telles que prévues par l’Accord du 31 décembre 2016.
Dès lors que l’épiscopat invite la population à se mobiliser pour prendre en charge le destin du pays, l’exhortation a l’air de rappeler le scénario du 16 février 1992. La question est de savoir si les Congolais sont encore prêts à s’offrir en chair à canon. Certes, le pays traverse une période cruciale de son histoire. La crise politique est bien réelle. Chaque acteur politique semble voir midi devant sa porte. Des querelles intestines où chacun prêche pour sa chapelle. Mais au-delà de tout, réalisme politique s’invite au débat.
A en juger par le ton du message de la CENCO, certains analystes en arrivent à la conclusion que ce dernier est sur la même ligne que celui du Rassemblement. Car, cette méga plateforme de l’Opposition ne jure elle aussi que par le 31 décembre prochain. Pour le Rassop, le bail actuel du Président Joseph Kabila ne devra pas survivre à cette échéance qu’il considère butoir. « Tout devra donc s’arrêter à cette date pour permettre à la République démocratique du Congo d’organiser une nouvelle transition politique, sans Joseph Kabila ». D’où la fameuse formule « TSK », devenue un refrain dans le camp des militants et sympathisants des partis membres de l’aile Limete du Rassemblement. Grevisse KABREL

Marc Kabund : "L’UDPS ne servira plus de marchepied à d’autres forces politiques"
vendredi 16 février 2018

* Pour le Secrétaire général, sa formation politique est déterminée à jouer un rôle de tout premier plan au pays. Plus rien ne sera comme avant. (...)
lire la suite
" Spécial " du Raïs : Jean Mbuyu succède à Pierre Lumbi
vendredi 16 février 2018

Come-back pour Jean Mbuyu Luyongola. Celui que ses proches appellent affectueusement " Me John " a été nommé hier jeudi 15 février Conseiller spécial (...)
lire la suite
Les bruits autour de la thèse de doctorat de Matata Ponyo cachent mal des postures politiques
jeudi 15 février 2018

* Hier dans la ville haute, des voix se sont élevées pour dénoncer cette agitation aux allures d’une querelle de chapelle au sein de la MP. Les (...)
lire la suite
Le Pr Evariste Mabi Mulumba remet en cause la thèse de Matata Ponyo
jeudi 15 février 2018

La nouvelle a fait le buzz hier sur les réseaux sociaux. Il s’agit du retrait du Prof Evariste Mabi Mulumba -le même - du Comité doctoral de (...)
lire la suite
Le clergé kinois privilégie la prière aux actions de rue
mercredi 14 février 2018

*C’est dans ce cadre que les prêtres ont décrété trois journées de jeûne et prière, partant du mercredi 14 février jusqu’au samedi 17 février 2018 Le (...)
lire la suite
Nikki Haley s’oppose au vote électronique en RDC
mardi 13 février 2018

*Vu les avantages qu’offre la machine à voter en termes de gain de temps et d’économie d’argent, la position de Washington est loin de faire (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting