Requiem pour des centaines de partis ?
vendredi 1er décembre 2017

Inutile de nous cacher derrière nos petits doigts. Le taux de 3% à l’échelle nationale comme seuil de représentativité pose problème. Mieux, il fait grincer les dents dans nombre d’états - majors politiques, toutes tendances confondues.
Au sein même de la Majorité, cette option a tout l’air d’une ciguë. Du moins pour tous ces partis politiques qui, objectivement, ne sauraient atteindre le fameux seuil. Et ces formations sont nombreuses. Elections après élections, il apparaît clairement que la plupart de partis politiques sont loin de justifier d’une assise nationale. Y compris pour des formations politiques de longue date.
A ce déficit de représentativité, des raisons somme toute compréhensibles. D’abord, l’immensité et donc la complexité sociologique de la RDC qui rend hyper difficile le maillage territorial.
Ensuite, la modicité des ressources de partis politiques. Ces derniers vivant ou survivant essentiellement de la poche de leur "président-fondateur". Lequel, pour continuer à exister politiquement, oriente ses moyens vers son territoire d’origine pour maximiser les chances d’être élu.
Quitte après à voir sur quel autre coin du pays miser pour glaner quelques sièges. Quitte aussi à recruter des indépendants au sein même de l’Hémicycle pour tenter de former un noyau susceptible de tracter un groupe parlementaire ! C’est cela la réalité foncière du pays.
Vouloir la changer par les textes paraît louable et même sympathique. Au regard des objectifs affichés. A savoir, favoriser l’émergence de grands ensembles politiques qui transcendent le périmètre ethnique dans lequel évoluent dans les faits, nombre de partis politiques.
Seulement voilà, ce n’est assurément pas du jour au lendemain que l’on va gommer ces " tares " inhérentes à la donne zaïro-congolaise. Même si la loi sera passée par là. Pas besoin d’avoir des notions de médecine pour savoir que ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on fait baisser la fièvre .
Alors, on ne fait rien ? Bien sûr que non .Hâtons-nous lentement et graduellement. En réduisant, par exemple, le taux du seuil de représentativité. Ou encore en prenant par exemple pour étalon non l’ensemble du territoire national, mais un certain nombre de provinces. Ce qu’il faut par-dessus tout éviter, c’est que le remède soit plus dangereux que le mal qu’il est censé guérir. José NAWEJ

Une star nous est née !
jeudi 18 janvier 2018

Il s’appelle François-David Ekofo. Jusqu’avant la prédication à l’occasion du culte organisé en mémoire de Mzee Laurent Désiré Kabila, il était un (...)
lire la suite
En finir avec les mesures de décrispation
vendredi 12 janvier 2018

Mesures de décrispation ? Pourquoi ne pas vider cette hypothèque de toute sa substance. Une bonne résolution pour 2018. Plus fondamentalement, le (...)
lire la suite
L’heure de vraies questions
jeudi 11 janvier 2018

Que faire ? Vu du landerneau politique rd congolais, cette question s’avère à très large spectre au seuil de 2018. D’abord, pour le Raïs. Le (...)
lire la suite
Derrière l’anti-kabilisme proclamé
mercredi 10 janvier 2018

Dans la galaxie oppositionnelle, cela fait très tendance de faire porter tous les chapeaux à Joseph Kabila. Ce dernier est ainsi présenté comme (...)
lire la suite
Un énième sacré coup au…sacré
mardi 9 janvier 2018

L’histoire est un perpétuel recommencement. Attribuée à l’historien athénien Thucydide, cette affirmation n’a pas pris la moindre ride sous les (...)
lire la suite
Année électorale
lundi 8 janvier 2018

C’est bien 2018. On y est. De plain pied. Une année synonyme d’élections dont la consultation phare. A savoir l’élection présidentielle. Celle qui est (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Année électorale

C’est bien 2018. On y est. De plain pied. Une année synonyme d’élections dont la consultation phare. A savoir l’élection présidentielle. Celle qui est au centre de toutes les polémiques et de toutes les (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting