ASSURE D’UN NOUVEAU FINANCEMENT DE TROIS ANS
Parrsa : le Comité de pilotage balise la voie du projet aménagé
vendredi 1er décembre 2017

C’est depuis hier jeudi 30 novembre que la première extension du Projet d’Appui à la Réhabilitation et à la Relance du Secteur Agricole (PARRSA) est arrivée à terme. A cet effet, le Comité de pilotage du projet s’est réuni à la Maison de France, dans la commune de la Gombe, pour évaluer le travail accompli. L’occasion a été également propice pour baliser la voie de ce projet, qui vient d’être aménagé pour une durée de trois ans, après octroi d’un fonds additionnel de la Banque mondiale.

Les Secrétaires généraux de l’Administration publique, membres du Comité de pilotage de PARRSA, n’ont paschômé ce jeudi 30 novembre.Mobilisés comme un seul homme, ils ont consacré la majeure partie de la journée à examiner l’exécution de ce projetfinancé à hauteur de 120 millions des dollars américains. Les ministres de l’Agriculture, Pêche et Élevage des provinces impliquées dans le projet (Mongala, Nord et Sud-Ubangi) avaient également fait le déplacement pour débattre du futur du PARRSA au sein du Comité de pilotage.
"Approuvé le 30 mars 2010, mis en vigueur le 31 décembre de la même année, le PARRSA a officiellement démarré ses activités en janvier 2011 pour un premier délai de quatre ans. A la date de clôture initiale, le 15 décembre 2015, il a obtenu un premier fonds additionnel qui lui a permis d’étendre ses activités jusqu’au 30 novembre 2017", a indiqué le Coordonnateur National du projet, Alfred Kibangula Asoyo.

OBJECTIFS VISES AU DEPART
Dans son adresse, le Coordonnateur du PARRSAs’est attelé, de prime abord, à présenter le bilan du projet pour l’exercice 2011 - 2016. Il a tenu ainsi à partager les résultats avec les ministres provinciaux de l’Agriculture, Pêche et Élevage,ainsi qu’avec les Secrétaires généraux en charge de l’Agriculture, du Développement rural, du Genre, des Finances, de l’Industrie, de la Recherche scientifique, des Transports et Communications, des Infrastructures etTravaux publics...
Aux dires d’Alfred Kibangula, l’objectif global initial de PARRSAétait d’augmenter la productivité agricole, et d’améliorer la commercialisation de la production agricole et animale de petits producteurs à la base dans les zones ciblées.
"Les objectifs spécifiques visaient, selon lui, d’atteindre 103.000 ménages de petits producteurs, agriculteurs et éleveurs. Et d’accroître le rendement des cultures vivrières essentielles, notamment le maïs, le riz, le manioc, l’arachide… Il fallait aussi augmenter le nombre de volailles produits annuellement par les petits éleveurs ciblés, et la commercialisation annuelle des produits spécifiques ciblés. Il fallait, en outre, réhabiliter 2.500 km de routes de desserte agricole et construire 4 marchés et 16 grands entrepôts".

DES REALISATIONS PALPABLES
A travers des diapositives projetées devant l’assistance, le Coordonnateur du PARRSA a révélé les résultats des semences de base (maïs, manioc, riz, arachides, niebe) et des variétés améliorées, produites en six ans (2011-2016). Il a également fait part de l’introduction des 1.600 coqs améliorateurs et de 450 boucs géniteurs au sein de trois provinces de l’ex-Equateur. Une innovation qui, d’après l’intervenant, a sensiblement amélioré la production animale dans cette zone.
"Cette opération a failli toutefois tourner au désastre si le PARRSA n’avait pensé à assainir la zone d’intervention en 2016, après une épidémie de Pseudo-Peste Aviaire (PPA) et de Peste des petits Ruminants (PPR). Deux vastes campagnes de vaccination ont, à cet effet, été diligentées, notamment dans le Sud-Ubangi et dans la Mongala", a fait remarquer le n°1 de PARRSA.
Selon Alfred Kibangula, ’’la vaccination contre la PPA a permis ainsi d’atteindre 2.826. 436 volailles sur les 2.500.000 Volailles prévues (soit 113%) et 572.026 petits ruminants contre 500.000 petits ruminants prévus (soit 114,4%). Par ailleurs, la vaccination contre la Maladie de NewCastle, supportée par les ménages, a touché 45.870 poules dans 8.198 ménages (Sud Ubangi : 38.554 poules pour 7.713 ménages et Mongala : 7313 poules vaccinées pour 485 ménages)’’.
Sur un autre chapitre, le Coordonnateur du PARRSA a montré, chiffres à l’appui, comment son projet s’est investi dans l’amélioration des routes de desserte agricole et dans la construction des ponts et dalots, pour faciliter l’évacuation des produits agricoles dans la contrée. "Au total, 2.163,52 km de routes ont été réhabilitées sur une distance de 2.500 km prévus. Par ailleurs, 650 dalots et 132 ponts ont été érigés entre 2011 et 2016, de même que 16 grands entrepôts et 4 marchés dans les trois provinces", a-t-il précisé.

DE NOUVEAUX FONDS ADDITIONNELS
"A ce jour, le PARRSA s’attend à bénéficier de nouveau d’un fonds additionnel de la Banque mondiale de l’ordre de 75 millions de dollars, pour une durée de trois ans. Un appui qui aidera les gestionnaires du projet à continuer à consolider les acquis, en poursuivant les efforts amorcés jusqu’à la nouvelle échéance, le 16 mars 2020",a révélé Alfred Kibangula.
"Au-delà de ce prêt, a-t-il précisé, l’Unité Nationale de Coordination du PARRSA aura à gérer, jusqu’à la même échéance, un don de CAFI (Initiative pour les Forêts d’Afrique Centrale) de l’ordre de 3.640.000 $ USD dans le cadre de REDD+. L’objectif visé est notamment d’orienter le développement agricole de la province du Sud-Ubangi dans l’optique d’une gestion durable des terroirs et d’une limitation de la réduction des émissions, liées à la déforestation et à la dégradation de la forêt".

LES INNOVATIONS DU PROJET REAMENAGE
D’après Alfred Kibangula, ’’le projet réaménagé du PARRSA poursuit les mêmes objectifs qu’au départ, à la seule différence qu’au lieu de petits producteurs, on visera désormais les moyens producteurs et le nombre de ménages bénéficiaires sera élargi. Par ailleurs, on va intégrer la nutrition, les forêts, les habitats naturels, le climat…et le social, comme le recommande la Banque mondiale’’.
Au cours des échanges, le Comité de pilotage a jugé nécessaire d’exhorter le Gouvernement à s’acquitter, à temps, du paiement des frais de compensation des propriétaires des terrains qui sont cédés aux projets, au regard des exigences de la Banque mondiale qui conditionne le décaissement de ses fonds à cet acquittement de la part de l’Etat congolais."C’est en agissant ainsi que notre Gouvernement pourra permettre à ce Projet national de consommer, dans le délai, les 75 millions de dollars additifs", a souligné un membre du Comité.
Au terme des échanges, le Comité du Pilotage a promis de se focaliser, pendant les quatre mois de délai de grâce accordé par les bailleurs pour décider de l’affectation du patrimoine utilisé par le Projet au cours de l’exercice passé. "Des biens amortis devront être déclassés et remplacés par de nouvelles acquisitions. Ceux qui peuvent encore servir pourront être reconduits. Et au mois de mars 2018, nous allons procéder à la remise officielle des matérielsdéclassés aux gouvernements provinciaux", a conclu le Secrétaire général à l’Agriculture, Evariste Bushabu. Yves KALIKAT

Code minier : La RDC risque de perdre 21 milliards USD
lundi 11 décembre 2017

La protection de l’environnement est prioritaire pour lutter contre les changements climatiques. Or, le projet de loi modifiant et complétant la (...)
lire la suite
FPI : mort programmée ?
lundi 4 décembre 2017

* Pour tout défenseur des intérêts nationaux, la transformation annoncée du Fonds de Promotion de l’Industrie en une banque de développement serait de (...)
lire la suite
L’Ins célèbre la 24ème édition de la Journée africaine des statistiques
vendredi 1er décembre 2017

Le continent noir célèbre le 18 novembre de chaque année, la Journée africaine des statistiques. En RD Congo, cette célébration a été décalée de douze (...)
lire la suite
Parrsa : le Comité de pilotage balise la voie du projet aménagé
vendredi 1er décembre 2017

C’est depuis hier jeudi 30 novembre que la première extension du Projet d’Appui à la Réhabilitation et à la Relance du Secteur Agricole (PARRSA) est (...)
lire la suite
SNEL SA : le Conseil d’administration suggère de mettre un numéro vert à la disposition des clients
lundi 27 novembre 2017

Le client est roi, dit-on. Cette célèbre citation n’a pas échappé au Conseil d’administration de la Société nationale d’électricité SA (SNEL SA) qui, à (...)
lire la suite
RDC-Maroc : les opportunités d’affaires au menu d’une conférence ce mercredi
mercredi 22 novembre 2017

Les opportunités d’affaires entre la République démocratique du Congo et le Maroc seront au menu d’une conférence-débat qui aura lieu ce mercredi 22 (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting