EN BOYCOTTANT L’EXAMEN DU PROJET D’UNE LOI APPELEE A BALISER LE CHEMIN VERS LES ELECTIONS
A quoi jouent les députés de l’Opposition ?
lundi 4 décembre 2017

Les bons augures que charrie la journée dominicale n’ont pas été au rendez-vous hier dans les travées de l’Hémicycle. Les députés de l’opposition continuent à bouder les débats sur le projet de révision de la loi électorale. Des manœuvres dont le triste mérite est de contrarier l’agenda de l’Assemblée nationale par rapport aux contraintes légales.

Les dieux de l’arbre à palabre n’ont pas agi hier au Palais du peuple. Les députés estampillés « Opposition » n’ont pas mis d’eau dans leur vin. Pour eux, le projet de loi électorale en examen à la Chambre est imbuvable. Le seuil de représentativité, la caution jugée élevée, et la machine à voter baptisée « machine à tricher », autant de points d’achoppement que brandissent les élus de l’opposition. Des casus belli qui les ont poussés à claquer le samedi 1er décembre, la porte de l’Hémicycle.
Les échanges hors plénière d’hier dimanche sous les auspices des premier et deuxième vice-présidents du bureau de l’Assemblée nationale n’ont pas débouché sur l’accord tant espéré. Pourtant, le speaker de la Chambre estimait avec raison que la question sous examen était si importante et si déterminante pour la tenue d’élections apaisées qu’elle requiert un consensus. Ou à tout le moins que les différentes sensibilités de la Chambre soient présentes.
En tout cas, personne ne s’aviserait à accuser Aubin Minaku de n’avoir pas déployé des trésors de contacts pour rapprocher les points de vue des uns et des autres. Notamment lorsqu’il suggère que les griefs des députés de l’opposition soient coulés éventuellement comme amendements à la loi en discussion.
Dans l’Hémicycle, les optimistes par nature espèrent voir la rencontre de ce lundi avant la plénière déboucher sur un compromis de manière à traiter du projet de loi avec la célérité qu’impose le calendrier électoral. Là est précisément le nœud du problème. L’accomplissement du chronogramme de la CENI dépend de l’évacuation de différentes contraintes dont celles dites « légales » qui relèvent du Parlement. C’est le cas du projet de révision de la loi électorale actuellement sous examen.
Une loi essentielle à la tenue d’élections. Un texte qui doit être voté au plus vite pour permettre à la CENI de disposer du matériau légal. En boycottant les travaux en ce moment précis, nul doute que les députés de l’Opposition ne travaillent pas dans le sens de la célérité requise les contraintes inhérentes à la mise en œuvre du calendrier électoral.
Il n’en fallait pas plus pour que les observateurs se posent moult questions sur cette posture des élus de l’opposition. Ces derniers auraient voulu retarder l’organisation d’élections fixées au 23 décembre 2018 qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement. L’opposition parlementaire aurait voulu ramer à contre-courant du processus électoral accepté par toute la communauté international qu’elle ne s’y serait prise autrement.
De là à penser que les élus de l’opposition veulent une chose et son contraire, il n’y a qu’un pas que certains observateurs franchissent en ajoutant que cela se sent des stratégies de blocage à mille lieues. On ne peut pas à la fois dénoncer à longueur de journée le « glissement » et ne pas favoriser la réalisation des préalables aux élections.
FDA

Bruno Tshibala promet des révélations
vendredi 25 mai 2018

Le Premier ministre, Bruno Tshibala, préside un meeting ce samedi 26 mai à la Foire internationale de Kinshasa, FIKIN où, affirment des sources, le (...)
lire la suite
Henri Mova invite les différentes formations à se conformer aux critères d’éligibilité
vendredi 25 mai 2018

La loi n°08/005 du 10 juin 2008 portant financement public des partis politiques a été hier jeudi 24 mai à l’Assemblée nationale, au cœur d’une (...)
lire la suite
PPRD : E. Shadary met le cap sur le grand Katanga
vendredi 25 mai 2018

* Ce vendredi, le SP va installer de nouveaux animateurs des structures du parti dans le Haut-Katanga Le Secrétaire permanent du Parti du (...)
lire la suite
Présidentielle : qui de Katumbi ou de Tshisekedi sera candidat ?
vendredi 25 mai 2018

Le président de Ensemble pour le Changement Moïse Katumbi et celui de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social "UDPS" Félix Tshisekedi, ont (...)
lire la suite
Atundu rassure : "Le président Kabila respectera toutes les dispositions de la Constitution"
vendredi 25 mai 2018

A Kinshasa et dans certaines grandes villes du pays, le débat sur l’éventualité d’un troisième mandat du président de la République, Joseph Kabila, a (...)
lire la suite
Oui affirme le MIR Mbayo ; pas du tout répond l’UNC Mayo
vendredi 25 mai 2018

Stanislas Mbayo, Président national du parti politique MIR, sociétaire de la MP de Joseph Kabila, est revenu à la charge hier en remontant sur ses (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting