CONDAMNE POUR DIFFAMATION PAR LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS
Freddy Mulongo s’en sort en appel grâce… à ses « mille et une adresses » !
jeudi 7 décembre 2017

A Kinshasa comme dans les grandes villes africaines, être sans domicile fixe ne charrie pas que des désagréments. Surtout en matière de justice. Car l’adresse domiciliaire est un élément incontournable. La convocation, l’assignation l’exploit…se dépose au domicile du concerné. Seulement au domicile. Nulle part ailleurs. A 8.000 kilomètres de la capitale rd congolaise, un compatriote vivant à Paris vient de se soustraire- en appel- de mailles de la justice pour une affaire d’adresse.

L’affaire Freddy Mulongo-Tryphon Kin-kiey vient de connaître un épilogue judiciaire où la forme a éclipsé le fond. Et quel fond ? Diffamation manifeste à l’endroit du sociétaire de la Majorité présidentielle et, par ailleurs, Fondateur du Soft. Et ce, via des écrits de « presse » sur le site et le blog de Freddy Mulongo.
Les faits remontent aux mois d’octobre et novembre 2015. Freddy Mulongo publie une série d’articles diffamatoires- jusqu’au sens déontologique – à l’encontre de Kin-kiey Mulumba. Ce dernier portera l’affaire devant la justice. En l’occurrence, la 17ème Chambre du Tribunal de grande instance de Paris.
Verdict du TGI de Paris rendu le 6 juillet 2016 : condamnation de Freddy Mulongo pour cinq passages diffamatoires. Le condamné, sommé notamment de verser 1 euro symbolique au titre de dommages-intérêts et de publier sur la page d’accueil de son site les termes de sa condamnation. Refus par l’intéressé d’exécuter le jugement qu’il attaque au second degré.
Et là, patatras ! ou divine surprise ! C’est selon le camp. Dans son jugement du 29 novembre, la Cour d’appel de Paris soulève et fait droit à une exception de nullité en rapport avec l’adresse à laquelle l’exploit avait été déposé à l’assigné. Pour la Cour, cette adresse n’était pas la bonne. Même le moins doué d’étudiants de première année en droit récite le sacro-saint principe selon lequel la forme prime sur le fond.
Mais, exégèse de tout connaisseur des réalités outre-Méditerranée : le changement de domiciles si fréquent est un sacré antidote au poids de charges inhérentes à l’occupation d’un appartement. Serait-on dans ce cas de figure ? Peut-être que poser la question, ce serait y répondre.
Toujours est-il que, lésé, le Professeur Kin-kiey Mulumba regrette cette décision qui repose uniquement sur la forme. Mais en homme civilisé et citoyen du monde, cet élu et réélu de Masimanimba respecte la sentence comme étant celle de la justice française. J.N.

Communiqué de presse
Objet : Articles de Monsieur Freddy MULONGO à l’encontre de Monsieur Tryphon KIN-KIEY MULUMBA

Les 30 et 31 octobre et les 7 et 8 novembre 2015, Monsieur Freddy MULONGO a publié sur son site internet personnel et sur ce blog trois articles suivants concernant Monsieur Tryphon KIN-KIEY MULUMBA et intitulés " "Masimanimba désir" : Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" renégat de la démocratie s’est carapaté en injures faciles sous pseudo sur le " ; " RDC : "Moyibicrate et ventriote", Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" levez-vous ? " et " J’accuse Kin-Key Mulumba alias "Debré Mpoko" ! "
En réaction à ces articles attentatoires à son honneur et à sa considération, Monsieur Tryphon KIN-KIEY MULUMBA avait assigné Monsieur Freddy MULONGO en diffamation devant la 17ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris.
Par jugement en date du 6 juillet 2016, le Tribunal de grande instance de Paris avait rejeté les exceptions de nullité soulevées par la défense de Monsieur Freddy MULONGO et condamné ce dernier pour cinq passages diffamatoires contenus dans ces articles caractérisant le délit de diffamation publique envers particulier, en l’espèce Monsieur Tryphon KIN-KIEY MULUMBA.
Aux termes de ce jugement Monsieur Freddy MULONGO avait été condamné à verser à Monsieur Tryphon KIN-KIEY MULUMBA la somme de 1 euro à titre de dommages-intérêts outre celle de 1 000 euros sur le fondement de l’article 700 du Code de procédure civile et surtout à publier sur la page d’accueil de son site internet un communiqué judiciaire faisant état de cette condamnation.
Monsieur Freddy MULONGO n’a jamais exécuté cette décision mais a interjeté appel de ce jugement. Une nouvelle audience s’est donc tenue le 27 septembre 2017 devant la Cour d’appel de Paris.
Par un arrêt en date du 29 novembre 2017, la Cour d’appel de Paris a choisi de suivre un raisonnement inverse à celui du Tribunal en première instance et de ne pas se prononcer sur le fond du dossier et sur le caractère attentatoire à l’honneur et à la considération des propos publiés par Monsieur Freddy MULONGO.
Au contraire, la Cour d’appel de Paris a fait droit à une exception de nullité portant sur l’adresse à laquelle Monsieur Freddy MULONGO avait été assigné à comparaître et, estimant que cette adresse n’était plus la bonne, la Cour d’appel de Paris a purement et simplement annulé l’assignation.
Monsieur Tryphon KIN-KIEY MULUMBA, qui s’estime toujours diffamé par Monsieur Freddy MULONGO, regrette cette décision portant uniquement sur des aspects procéduraux du dossier et non sur le fond mais la respecte comme étant celle de la justice française.

Maxime Meffre
Avocat à la Cour
2 rue du Roule - 75001 Paris
Tel : 0172607708 - Fax : 0145483176
Port : 0620717648 - Palais : G797

Félix Tshisekedi dit non à la machine à voter
mercredi 25 avril 2018

* Pour mieux préparer les élections, le leader de l’UDPS lance la campagne « 1 dollar par combattant ». Il a fait un carton plein hier à la Place (...)
lire la suite
Plus d’envoyé spécial de la SADC en RDC
mercredi 25 avril 2018

Rétropédalage au Sommet de la double troïka à Luanda. La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) revient sur sa décision de dépêcher un (...)
lire la suite
La loi sur le seuil de représentativité atteint son objectif avant le scrutin
mercredi 25 avril 2018

* Déjà, le paysage politique des années 60 se redessine. C’est désormais, plus qu’une obligation en RD Congo. Dans la perspective de prochaines (...)
lire la suite
Les administratifs en liesse après la régularisation de leurs statuts
mardi 24 avril 2018

Grande était la joie du personnel administratif de l’Assemblée nationale le samedi 21 avril dernier. Pour cause, plus de 200 membres de (...)
lire la suite
Et si l’on poursuivait le dialogue sur d’autres sujets ?
mardi 24 avril 2018

"Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement ", déclare la Bible, dans Ecclésiaste 7:8. Le compromis trouvé entre le Gouvernement et les (...)
lire la suite
Ouvrir une nouvelle ère de réforme et d’ouverture
mardi 24 avril 2018

(Rédigé par S.E.M. WANG Tongqing, Ambassadeur de Chine en RDC) Le 10 avril 2018, lors de la cérémonie d’ouverture de la conférence annuelle du (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting