A CAUSE D’UNE INSECURITE GENERALISEE DANS LA VILLE
Choléra : le pire serait-il déjà à craindre à Kinshasa ?
mardi 9 janvier 2018

* En amont de la campagne d’hygiène, le Gouvernement appelé à mener des opérations choc d’assainissement de l’environnement.

Le choléra est bel et bien présent à Kinshasa. Fin novembre 2017, dix personnes ont trouvé la mort, sur un total de 123 cas enregistrés. Le ministre de la Santé publique qui annonçait ainsi la mauvaise nouvelle le 27 décembre dernier, avait précisé qu’il s’agissait d’un virus importé. Selon Oly Ilunga, les 123 cas de choléra comptabilisés à Kinshasa, étaient venus d’ailleurs. Face à la menace, le numéro 1 de la Santé publique avait et continue à inviter la population de Kinshasa à observer les règles élémentaires d’hygiène. En l’occurrence, le lavage des mains avec du savon.

Cependant,à cause d’une insalubrité généralisée qui caractérise la capitale congolaise, on est en droit de se demander si le pire ne serait pas déjà à craindre. On n’a pas besoin d’être particulièrement surdoué pour constater que la mégalopole rd congolaise souffre d’un manque criant d’hygiène de son environnement. Des poubelles non évacuées, des caniveaux bouchés depuis des lustres…sont les principales causes de cette malpropreté caractérisée, par laquelle on peut à nos jours reconnaitre la ville. Une promenade de santé à travers Kinshasa, suffit pour constater que l’environnement immédiat de la capitale de la RD Congo, fait vite penser à l’explosion d’une véritable catastrophe sanitaire.
Sur le boulevard Lumumba, par exemple, deux montagnes d’ordures extraites de la rivière Kalamu, juste à côté et devant l’hôpital indien H.J Hospital , à la 1ère rue Limete, est une illustration parfaite de cette triste réalité. Quiconque y passe, se croirait devant un format réduit de la célèbre essorille de la Gécamines à Lubumbashi. Et pourtant !Ce n’est pas tout. Au quartier Kauka dans la commune de Kalamu, une décharge publique débordante jouxtant l’hôpital de l’ex-Onatra, dégage à longueur de journée, des odeurs fétides. Le décor contraste nettement avec la raison et l’objet social de cet établissement sanitaire. Ces deux cas sont loin et même très loin d’être les seuls. Pas un quartier de Kinshasa sans poubelle. Malheureusement, ces décharges publiques conçues dès le départ pour assainir l’environnement, ont fini par renforcer l’insalubrité.
Rien à redire, si le Gouvernement invite la population à observer les règles primaires d’hygiène. Dès lors que cet appel procède des mesures préventives contre le choléra, il appartient désormais, à chaque responsable à la base, de s’approprier cette campagne et d’en être de véritables relais.

PAS DE CORPS SAIN DANS UN ENVIRONNEMENT MALSAIN
Cependant, plus d’un observateur estime qu’en amont, l’autorité urbaine devrait envisager des opérations choc d’assainissement de la ville. "Cela serait une façon concrète d’appuyer l’éducation sanitaire publique à la base et aussi, une manière pour l’Hôtel de ville, de participer à la campagne contre l’expansion de l’épidémie du choléra dans la capitale. Suite à l’omniprésence des ordures qui avoisinent des quartiers habités, il y a fort à craindre que la ville de Kinshasa ne puisse produire son propre virus de choléra. Cette fois-là, il ne sera plus question d’un virus importé, mais plutôt, d’un virus local ", a déclaré hier à Forum des As, un corps médical ayant requis l’anonymat.
Tout bien considéré, il serait quelque peu contradictoire,de s’engager dans une campagne de prévention contre le choléra et de sensibilisation de la population de Kinshasa au virus de cette fièvre contagieuse et mortelle, , sans penser à l’assainissement de l’environnement dans lequel vivent les Kinois. Sinon, ce n’est pas en tout cas dans un environnement malsain, qu’on peut prétendre trouver un corps sain. Laurel KANKOLE

Des prévenus nient en bloc les préventions à leur charge
vendredi 19 janvier 2018

Le Tribunal militaire de garnison Kinshasa Gombe poursuit l’instruction au fond dans l’affaire des présumés miliciens du mouvement terroriste (...)
lire la suite
La NSCC se dit préoccupée par la sécurité des membres du CLC
vendredi 19 janvier 2018

La Nouvelle société civile congolaise (SNCC) soutient la marche projetée par le Comité laïc de coordination (CLC) de l’Eglise catholique dimanche 21 (...)
lire la suite
RTNC : les preuves d’une gestion orthodoxe
vendredi 19 janvier 2018

* « En cette période agitée, qui a intérêt à déstabiliser la haute hiérarchie de la radio et télévision publiques ? », s’interrogent les observateurs (...)
lire la suite
L’Afrique perd l’un de ses baobabs en démographie
vendredi 19 janvier 2018

La Faculté des Sciences économiques et de Gestion, plus précisément le Département de Démographie de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) vient (...)
lire la suite
Le ministre Lumeya interdit l’exploitation des concessions de cimetière aux privés
vendredi 19 janvier 2018

Le Ministre des Affaires foncières, Lumeya Dhu Maleghi, a pris le weekend du 13 janvier courant, de façon conservatoire, une mesure interdisant de (...)
lire la suite
Le banc syndical du Haut Katanga approuve le choix de Katuta Kambeya, nouveau conservateur de Lubumbashi-Ouest
jeudi 18 janvier 2018

Dans une correspondance datée du 16 janvier courant, adressée au ministre Lumeya Dhu Maleghi, le banc syndical des Affaires foncières du Haut (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting