DEBUTEE HIER A LA PRISON CENTRALE DE NDOLO
Procès Kamwina Nsapu : l’instruction se poursuit ce jeudi
jeudi 11 janvier 2018

Commencée hier mercredi 10 janvier, à la prison militaire de Ndolo, l’instruction au fond dans l’affaire des présumés miliciens du mouvement terroriste Kamwina Nsapu aile Kinshasa se poursuit ce jeudi. Le seul prévenu passé hier à la barre, a nié en bloc les griefs mis à sa charge. Une stratégie qui vise à distraire le tribunal, a estimé le juge président, qui exhorte les prévenus à fournir davantage des explications afin d’éclairer suffisamment la composition sur les faits pour lesquels ils sont poursuivis.

L’instruction d’hier mercredi concernait au total trois prévenus. Ils sont accusés d’avoir attaqué, avec atteinte à la vie tant des personnes civiles que militaires, le poste de la Police situé à la 11ème rue Limete le long du boulevard Lumumba, la Prison centrale de Makala, occasionnant l’évasion des détenus, le commissariat de la Police de Mont Amba, la maison communale de Kalamu, le marché central de Kinshasa et le parquet de grande instance de Matete.
Un seul des dix chefs d’accusation pesant sur ces prévenus a été abordé lors de cette audience, à savoir la participation à une entreprise terroriste. Convoqué à la barre, le prévenu Ben Tshimanga a, dès le rappel des préventions et la première question que lui a adressée le juge président, déclaré qu’il n’est pas en état de comparaitre au cours de cette audience.

UN PROCÈS QUI SE VEUT APOLITIQUE
Sans brandir le moindre document médical, ce combattant de l’UDPS a laissé entendre qu’il souffre d’une forte fièvre, accompagnée de maux de tête depuis plusieurs jours. Il a sollicité du Tribunal des soins médicaux appropriés avant de revenir en forme au procès. Le tribunal a pris acte, avant d’instruire la prise en charge médicale du prévenu par le centre hospitalier de la prison.
Le prévenu Mukadi Mutombo Christian, deuxième à comparaître, a lui rejeté dans un premier temps toutes les accusations retenues à sa charge. Il dit ne pas reconnaître le procès-verbal dressé par l’Officier de la police judiciaire, ainsi que celui élaboré par l’auditeur de garnison. Ce, en allant jusqu’à nier sa propre signature apposée sur ces deux documents.
Se présentant comme un acteur politique, ce prévenu affirme qu’il a plutôt été arrêté alors qu’il réclamait le respect de l’Accord de la Saint sylvestre. Réagissant à une question du tribunal, Mukadi Mutombo a indiqué "qu’il s’agit là, ni plus ni moins, d’un procès plutôt politique. Mieux, de l’acharnement contre les acteurs politiques de l’opposition ".
Des propos que l’Officier du ministère public qualifie "de la pure distraction et qui procède de la mauvaise foi. Il a rappelé, avec précision en termes de date, les faits infractionnels commis par le prévenu et les aveux obtenus de ce dernier lors de l’élaboration desdits procès-verbaux. Ce, avant de rappeler aux uns et aux autres le caractère purement apolitique de ce procès.

L’HEURE DE LA VÉRITÉ À SONNE
Répondant à une question de la partie civile RDC, le prévenu a reconnu être blessé par balle un certain 28 mars au cours d’une intervention policière à la 10ème rue Limete. Quant à la date où s’est produit ce fait, il a semblé tâtonner entre 2016 et 2017. Il a, par ailleurs, exigé la présence des medias nationaux et internationaux avant de dire davantage de vérité sur les faits lui reprochés.
"Ce sont là des faux fouillant utilisés dans le but d’échapper aux questions factuels posées par le Tribunal. Ce prévenu n’est pas en prison parce qu’il revendiquait ses droits politiques. Lui, tout comme les autres prévenus, a été arrêté pour des actes odieux commis à travers la capitale. La décision du tribunal sur la couverture médiatique reste d’application. Y revenir, c’est faire perdre inutilement du temps au procès", a insisté le ministère public.
Face à la multitude de questions venues du Tribunal, du ministère public et des parties civiles, le prévenu Mukadi s’est dit fatigué mentalement. Il a demandé à la composition de revenir à lui prochainement, le temps de se remettre psychologiquement. Le président de cette juridiction militaire a suspendu l’audience au moment où le prévenu Kabamba Kaleyi a été convoqué à la barre. Il a renvoyé la cause à ce jeudi 11 janvier.
"Pour des raisons de célérité nous renvoyons l’audience à ce jeudi 11 janvier, à partir de 9h30 à la prison militaire de Ndolo. Nous n’avons plus de temps à perdre. Nous devons nous mettre au travail afin de permettre aux prévenus de connaître en un temps record leur sort", a martelé le président du tribunal militaire de garnison Kinshasa Gombe.
"Nous sommes là pour découvrir ce qui s’est réellement passé. Maintenant que l’instruction au fond a commencé, nous allons, découvrir s’il y a eu ou pas des innocents parmi les prévenus. Il faut laisser le Tribunal pénétrer le dossier pour comprendre qui a été l’auteur principal, qui l’a accompagné, qui en a été l’incitateur, etc. Les déclarations faites au cours de cette audience par le prévenu Mukadi c’est du théâtre. L’heure est à présent à la vérité. Nous n’avons plus besoin des prétextes inutiles", a déclaré le bâtonnier Kamukuny, à la sortie de l’audience.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

Mécanisation agricole : le Japon prêt à soutenir l’INPP
vendredi 21 septembre 2018

Le Japon s’est dit prêt à soutenir l’Institut national de Préparation Professionnelle (INPP) à travers des projets destinés à la mécanisation agricole. (...)
lire la suite
Cinq communautés locales obtiennent les droits fonciers sur leurs forêts
vendredi 21 septembre 2018

Cinq communautés locales de la province de l’Equateur se sont vu octroyer, cette semaine, des droits légaux sur leurs forêts. En d’autres termes, (...)
lire la suite
RDC : Sur les 25 % d’enfants enregistrés à l’Etat civil, seuls 14 % détiennent l’acte de naissance
vendredi 21 septembre 2018

La situation de l’enregistrement des enfants à l’État civil en RDC est alarmante. Seuls 25 % des enfants de moins de 5 ans sont enregistrés. (...)
lire la suite
Les journalistes s’engagent à vulgariser le protocole de Maputo par rapport à l’avortement sécurisé
vendredi 21 septembre 2018

L’atelier sur "le renforcement des capacités des professionnels des médias en santé sexuelle et réproductive (SSR) avec comme focus sur les soins de (...)
lire la suite
Rachel Kitsita : la journaliste préférée des internautes
jeudi 20 septembre 2018

Son androïd ne la lâche pas d’une semelle. Partout où elle se rend, Rachel Kitsita Ndongo prend bien la précaution d’emporter dans ses bagages son (...)
lire la suite
Le CSAC pour la régulation des médias numériques
jeudi 20 septembre 2018

La problématique de la régulation des médias numériques en RDC a été au centre d’un atelier de renforcement des capacités des journalistes en ligne. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Foire agricole, et après ?

Une foire agricole dans la capitale rd congolaise ! Pourquoi pas ? La RDC n’étant pas qu’une merveille -et non un scandale- géologique. Ce pays situé au cœur de l’Afrique a aussi vocation à être le (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting