COUR PENALE INTERNATIONALE
Bemba : la Procureure Fatou Bensouda se bat pour 80 ans de prison !
vendredi 12 janvier 2018

Le procès en appel dans l’affaire Procureur près la CPI contre Jean-Pierre Bemba Gombo suit son bonhomme de chemin. Un double appel en fait. Celui de la défense et celui du Parquet. La Procureure près la CPI avait aussi introduit son appel contre le jugement condamnant Jean-Pierre Bemba Gombo à 18 ans de prison à la Chambre de première instance.

Lorsqu’il lui a été demandé de donner les motivations de son appel, elle a fait savoir que pour le Parquet, la dizaine d’infractions retenues contre l’accusé sont fondées. Ces faits sont étayés par les preuves que le Parquet a avait donné à la Cour. Or, celle-ci avait rejeté toutes ces préventions pour les requalifier en une seule sur la base de laquelle Jean-Pierre Bemba Gombo était condamné à 18 ans de prison.
L’appel du Parquet, c’est pour que la Cour revalide et retienne la dizaine de préventions mises à charge de l’accusé Bemba. La Procureure Fatou Bensouda espère ainsi atteindre quelque chose comme 80 ans de prison contre le chairman du MLC par le principe de la sommation des peines qui a cours à la CPI. 80 ans, c’est donc la peine que le Parquet va requérir pour son appel. Ça peut faire broncher. Mais, nul doute que la Cour ne suivra pas le Parquet près la CPI.
Quand on sait que le jugement de la Chambre de première instance avait rejeté toutes les autres préventions qui ne sont pas établies pour manque de preuves. On ne voit pas par quel miracle la Procureure près la CPI va trouver ces preuves qu’elle n’avait pu réunir au premier degré. Ce qui fait que la bataille sera plutôt engagée sur l’infraction de viols dans le chef des combattants du MLC déployés en RCA en 2002-2003.
On connait désormais la ligne d’attaque de la défense de Jean-Pierre Bemba Gombo. Ce sera d’établir le rôle du Président centrafricain Ange-Félix Patasse. La stratégie sera de mettre en lumière la confusion pour en tirer profit la confusion tout comme l’amalgame entretenu à dessein au premier degré sur la notion de chef hiérarchique qui est le donneur d’ordre et le chef de la troupe tout court. L’enjeu du procès en appel est à ce niveau.
Au fait la défense aura comme arguments-massue pour valoir faire valoir la responsabilité du Président centrafricain Ange-Félix Patasse, celui-là même qui avait fait venir dans son pays les troupes du MLC de Jean-Pierre Bemba. Pour cela les preuves abondent. Dans cette optique de coresponsabilité avec le Président centrafricain de l’époque pour la seule infraction de viols comme arme de guerre, même s’il fallait admettre que Jean-Pierre Bemba soit condamné, sa peine ne dépasserait pas 10 ans de prison.
Ce qui consommerait sa mise en liberté pure et simple étant donné qu’en cette année 2018, il aura totalisé 10 ans de détention préventive au niveau du Parquet près la CPI. Et même s’il était condamné à 15 ans de prison, il serait aussi aussitôt libéré, sans autre forme de procès. Car, dans ce cas de figure, il sera appliqué une disposition du Statut de Rome, la loi de la CPI qui prévoit que lorsque le condamné a déjà purgé les 2/3 de la peine, il est d’office libéré. C’est le cas de Jean-Pierre Bemba Gombo si le jugement an appel le condamne entre 10 et 15 ans à défaut d’un acquittement pur et simple que cherche à obtenir à tout prix sa défense. KANDOLO M. 

Le Pouvoir a tout à gagner en laissant l’Opposition s’exprimer
jeudi 26 avril 2018

* De leur côté, les opposants devraient éviter des incivilités et privilégier un discours républicain. Le meeting du mardi 24 avril de l’Union pour (...)
lire la suite
Kalemie : une maman de plus de 75 ans expérimente la machine à voter
jeudi 26 avril 2018

La Commission électorale nationale indépendante multiplie les activités de sensibilisation sur terrain, à travers les 26 provinces de la République (...)
lire la suite
PPRD : She Okitundu présente de nouveaux adhérents à Emmanuel Ramazani Shadary
jeudi 26 avril 2018

Léonard She Okitundu était à l’honneur hier mercredi 25 avril au siège national du Parti du Peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Le (...)
lire la suite
JC Masangu : « En RDC, l’économie de développement passe par la volonté politique réelle »
jeudi 26 avril 2018

Pour que l’on puisse parler de l’économie de développement en RDC, il faut produire, transformer, consommer et employer localement. Les mots sont de (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi dit non à la machine à voter
mercredi 25 avril 2018

* Pour mieux préparer les élections, le leader de l’UDPS lance la campagne « 1 dollar par combattant ». Il a fait un carton plein hier à la Place (...)
lire la suite
Plus d’envoyé spécial de la SADC en RDC
mercredi 25 avril 2018

Rétropédalage au Sommet de la double troïka à Luanda. La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) revient sur sa décision de dépêcher un (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Si la SADC pouvait inspirer l’Occident...

L’ancien président namiben, Hifikepunye Lucas Pohamba, ne s’établira plus à Kinshasa, comme envisagé depuis 2017. En raison des progrès réalisés dans l’application de l’accord politique de la (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting