COUR PENALE INTERNATIONALE
Bemba : la Procureure Fatou Bensouda se bat pour 80 ans de prison !
vendredi 12 janvier 2018

Le procès en appel dans l’affaire Procureur près la CPI contre Jean-Pierre Bemba Gombo suit son bonhomme de chemin. Un double appel en fait. Celui de la défense et celui du Parquet. La Procureure près la CPI avait aussi introduit son appel contre le jugement condamnant Jean-Pierre Bemba Gombo à 18 ans de prison à la Chambre de première instance.

Lorsqu’il lui a été demandé de donner les motivations de son appel, elle a fait savoir que pour le Parquet, la dizaine d’infractions retenues contre l’accusé sont fondées. Ces faits sont étayés par les preuves que le Parquet a avait donné à la Cour. Or, celle-ci avait rejeté toutes ces préventions pour les requalifier en une seule sur la base de laquelle Jean-Pierre Bemba Gombo était condamné à 18 ans de prison.
L’appel du Parquet, c’est pour que la Cour revalide et retienne la dizaine de préventions mises à charge de l’accusé Bemba. La Procureure Fatou Bensouda espère ainsi atteindre quelque chose comme 80 ans de prison contre le chairman du MLC par le principe de la sommation des peines qui a cours à la CPI. 80 ans, c’est donc la peine que le Parquet va requérir pour son appel. Ça peut faire broncher. Mais, nul doute que la Cour ne suivra pas le Parquet près la CPI.
Quand on sait que le jugement de la Chambre de première instance avait rejeté toutes les autres préventions qui ne sont pas établies pour manque de preuves. On ne voit pas par quel miracle la Procureure près la CPI va trouver ces preuves qu’elle n’avait pu réunir au premier degré. Ce qui fait que la bataille sera plutôt engagée sur l’infraction de viols dans le chef des combattants du MLC déployés en RCA en 2002-2003.
On connait désormais la ligne d’attaque de la défense de Jean-Pierre Bemba Gombo. Ce sera d’établir le rôle du Président centrafricain Ange-Félix Patasse. La stratégie sera de mettre en lumière la confusion pour en tirer profit la confusion tout comme l’amalgame entretenu à dessein au premier degré sur la notion de chef hiérarchique qui est le donneur d’ordre et le chef de la troupe tout court. L’enjeu du procès en appel est à ce niveau.
Au fait la défense aura comme arguments-massue pour valoir faire valoir la responsabilité du Président centrafricain Ange-Félix Patasse, celui-là même qui avait fait venir dans son pays les troupes du MLC de Jean-Pierre Bemba. Pour cela les preuves abondent. Dans cette optique de coresponsabilité avec le Président centrafricain de l’époque pour la seule infraction de viols comme arme de guerre, même s’il fallait admettre que Jean-Pierre Bemba soit condamné, sa peine ne dépasserait pas 10 ans de prison.
Ce qui consommerait sa mise en liberté pure et simple étant donné qu’en cette année 2018, il aura totalisé 10 ans de détention préventive au niveau du Parquet près la CPI. Et même s’il était condamné à 15 ans de prison, il serait aussi aussitôt libéré, sans autre forme de procès. Car, dans ce cas de figure, il sera appliqué une disposition du Statut de Rome, la loi de la CPI qui prévoit que lorsque le condamné a déjà purgé les 2/3 de la peine, il est d’office libéré. C’est le cas de Jean-Pierre Bemba Gombo si le jugement an appel le condamne entre 10 et 15 ans à défaut d’un acquittement pur et simple que cherche à obtenir à tout prix sa défense. KANDOLO M. 

Des criminels à Kinshasa pour attaquer des personnalités politiques
mardi 23 octobre 2018

* A 2 mois de la date fatidique du 23 décembre, la CENI et les acteurs politiques appelés à créer les conditions d’un scrutin réellement apaisé. (...)
lire la suite
Le général Sylvano Kasongo relance l’opération de contrôle des véhicules
mardi 23 octobre 2018

Le commissaire provincial de la police ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, a lancé le dimanche 20 octobre dernier, la deuxième phase de (...)
lire la suite
Mende et Atundu ciblés hier par des assaillants toujours en cavale
mardi 23 octobre 2018

Plus de peur que de mal. Les porte-paroles du gouvernement et de la Majorité présidentielle ont été les cibles des assaillants qui ont pris d’assaut (...)
lire la suite
Le projet de loi de reddition des comptes 2017 envoyé à la commission ECOFIN de l’Assemblée nationale
mardi 23 octobre 2018

* L’exécution du Budget 2017 s’est soldée par un excédent, signe de la rigueur budgétaire, souligne Henri Yav. Kinshasa, 22 octobre 2018 (ACP).- Le (...)
lire la suite
Antonio Guterres exprime son indignation
mardi 23 octobre 2018

Par un communiqué signé hier par Farhan Haq, son Porte-parole adjoint, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se dit indigné par (...)
lire la suite
Elections : Samy Badibanga pour un langage de vérité
lundi 22 octobre 2018

* Toutefois, à J-61, le leader de la plateforme "Les Progressistes", doute de l’organisation du scrutin à la date prévue. D’où, l’indispensable (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting