RDC : la relance agricole passe par la collaboration entre techniciens et scientifiques
mardi 6 février 2018

(Par l’évangéliste Colin NZOLANTIMA)

En marge du sommet de Davos et des analyses encourageantes formulées par les différentes autorités politiques et économiques sur la reprise économique mondiale, un débat a eu lieu sur Radio France Internationale (Rfi). Au menu, la crise économico- financière qui va secouer les assurances des entreprises.

Dans l’émission « Eco d’ici Eco d’ailleurs », du samedi 24 février 2018 sur la situation économique et financière mondiale, plusieurs spécialistes soutiennent que la crise actuelle n’est résorbée qu’a 30%. Il nous reste encore 70% à résoudre une situation qui pourrait prendre encore au moins 20 ans.
Cela pourrait se confirmer dans les différentes politiques monétaires de plusieurs Banques Centrales, qui utilisent des mécanismes très peu orthodoxes pour relancer leurs économies : la planche à billets, la théorie du ruissellement, le rachat des créances douteuses, l’injection des capitaux à taux zéro. Ainsi, cette masse supplémentaire permet une bouffée d’oxygène a l’économie, et donne une illusion de croissance mais sans contrepartie réelle.

L’AGRICULTURE SECTEUR DE PROSPERITE
Face à cette incertitude du marché et des spéculations monétaires, le secteur pouvant assurer une prospérité collective est l’agriculture.
L’accroissement de la population mondiale et l’insuffisance d’offre en denrées alimentaires suite aux nombreuses calamites, perturbations climatiques, les nombreux scandales relatifs à la production de certaines denrées, susciteront une méfiance des consommateurs et des élans protectionnistes de certains pays.
La population voudrait consommer des produits sains et bios. C’est une grande opportunité d’investissement. Nous disposons de 120 millions de terre arable et irrigable qui peuvent nourrir plusieurs milliards d’habitants.
La réussite nécessite la coopération et la collaboration intime des techniciens et des scientifiques. En effet, nous connaissons une baisse de production et de rendement suite à la dégénérescence des semences, l’ignorance des pratiques agricoles de certains entrepreneurs, et tant d’autres contraintes. La barrière existante entre les scientifiques et les techniciens, permet à chaque groupe de se cantonner dans son domaine sans un esprit de partage.

LES TECHNICIENS DU SERVICE NATIONAL

Lors d’une émission avec le Directeur Kabasele du Service National, il nous a informé que le Service National dispose d’environ 6000 ha autour de Kinshasa et le coût pour 1 ha labouré, hersé… est de 175 $. Il faudrait avancer 30$ et obtenir la différence a la récolte. Le service national pouvait ainsi apporter sa technicité à tous ceux qui ont des fermes à travers le pays, pour améliorer la production locale.
Ils ont une éplucheuse de tubercules de manioc d’une capacité de 4 tonnes par jour. Voilà une meilleure opportunité d’investir nos fonds. Les femmes connaissent beaucoup de lésions du fait d’éplucher à la main ces tubercules.
En effet, 4 t peuvent se faire en deux ou trois semaines avec un coût important. Nous pouvons investir dans cette éplucheuse pour préserver la sante de ces femmes. Malheureusement, ils ne sont pas consultés (peut-être un défaut de communication). La mauvaise gestion du calendrier agricole et le manque de formation de certains techniciens occasionnent des pertes chez les promoteurs et paysans. D’où, le découragement de plusieurs.

L’APPORT DES SCIENTIFIQUES DANS L’AGRICULTURE
Un autre problème, est le manque de collaboration avec les scientifiques. Nos chercheurs ont pu améliorer la qualité de certaines semences telle que les arachides de 4 tonnes/ha à 12 t. Mais, cela n’est pas vulgarise. Toute recherche a un cout, certes, mais la collaboration permettra à chaque groupe de profiter du dividende à la commercialisation. Il serait dommage que toutes ces recherches croupissent dans les tiroirs, alors que des millions des compatriotes meurent de sous-alimentation, ou voient leurs efforts anéantis par une productivité négative.
Mme Sivi Malukisa chercheur à l’Université de Kinshasa et entrepreneur de la Société Manitec (transformation des produits agricoles), a reconnu cette lacune. Des petites structures de coopération se mettent en place pour palier à ce déficit.
Nous souhaiterions que dans les prochains jours que des stratégies soient mises en place pour intensifier ce cadre de rencontre pour l’intérêt national. Au niveau international, des recherches très avancées sont faites dans plusieurs pays, surtout en Israël. Il est temps que nos structures locales puissent trier les techniques et intrants appropries pour une agriculture saine et rentable. En effet, dans ce secteur il y a de plus en plus de scandales du fait de la cupidité et de l’avidité.

EXEMPTION DES PAYSANS DE TOUTE TRACASSERIE
Afin d’encourager les paysans et les agriculteurs, sur toutes les productions agricoles nationales, les autorités politiques devraient, sur voies terrestres, fluviales et aériennes, les exempter de toutes sortes de taxes, péages, barrières, tracasseries qui constituent des obstacles majeurs et des opportunités d’enrichissement illicite des « paresseux » qui ignorent tous les sacrifices relatifs à ce secteur. A moins de pratiquer le principe biblique. Les percepteurs devaient aller prélever leurs dus, non dans les bureaux climatisés, mais sur le lieu de production et subir tous les aléas du transport et de la récolte !!!

LAISSONS L’ENFANT VIVRE

Dans la Bible, le roi Salomon pour départager deux prostituées qui réclamaient l’enfant survivant avait proposé que l’enfant soit coupe en deux morceaux afin que chacune en reçoive un morceau. La vraie mère a préféré que l’enfant reste vivant contrairement à l’autre qui appuyait l’avis du roi. L’enfant fut remis à sa vraie mère. Allons-nous accepter la mort de nos compatriotes du fait de notre égoïsme à ne pas partager notre savoir et technicité ? Ne pourrions-nous pas organiser des formations gratuites pour renforcer les capacités de nos compatriotes ? Alors que 70% sont des analphabètes. Tout développement commence par un sacrifice général.

MAISON PERSONNELLE OU MAISON DE DIEU

C’est ainsi que dans Aggee1.1-15, « Ainsi parle l’Eternel des armées : Ce peuple dit : le temps n’est pas venu de, le temps de rebâtir la maison de l’Eternel... Est-ce le temps pour vous d’habiter vos demeures lambrissées, quand cette maison est détruite ? … Considérez attentivement vos voies ! Vous semez beaucoup, et vous recueillez peu, vous mangez, et vous n’êtes pas rassasies, … le salaire de celui qui est à gages tombe dans un sac perce… 8 Montez sur la montagne, apportez du bois, et bâtissez la maison : j’en aurai de la joie, et je serai glorifie, dit l’Eternel. »
Le Seigneur rappelle au peuple que toutes leurs activités ne produisent absolument rien. Il a tout détruit à cause de l’égoïsme, de la cupidité, de l’avidité… chacun ne pense qu’a ses intérêts et non à ceux de Dieu. Ils ont abandonné la Maison de Dieu pour entretenir les leurs.
La Maison de Dieu est le lieu de communion, de charité, de compassion, de désintéressement, de paix, de joie, de bonté, d’humilité, de soumission, de connaissance des commandements de Dieu et de son application. C’est ainsi que le bonheur et la bénédiction descendent dans une nation.
La maison personnelle est le lieu de l’égoïsme, de l’individualisme, de la cupidité, de l’avidité, du malheur et de la malédiction…

LA PROMESSE IMMUABLE DE DIEU

Au verset 13, Dieu dit : « Je suis avec vous dit l’Eternel ». Face à la peur de l’échec, du découragement, des perturbations climatiques, d’invasion des produits étrangers, des vols, des destructions méchantes des productions, des chutes de prix… Dieu nous réconforte. Il ne nous abandonnera jamais. Il nous accompagnera toujours. Nous verrons la différence entre ceux qui le craignent ou non. Dieu est Fidèle. Tous ceux qui se lèveront pour partager leurs savoirs, pour investir dans le secteur agricole, vont récolter et se réjouiront du fruit de leurs activités. En effet, nous avions compté sur nos potentialités et nous avons abandonné Dieu et ses principes. Nous ne nous recommandions plus dans les bonnes mains et grâces divines. Bénissons tous les jours notre travail et nous verrons la bénédiction de Dieu.
NB. Inscription pour la Formation à partir du 13.02.2018 pour les chômeurs, les étudiants ceux désirant renforcer leurs capacités. Nous invitons toute personne qui aimerait partager son expertise à nos séances de formation de nous le faire savoir.
Mail :
fondelshaddai@yahoo.fr
Tél. :
+243810157447
You tube
Colin Nzolantima.
Tous les dimanches radio Top Congo Fm 12-13h et
B-One 14-14.45, jeudi SSm 104.5 21-22h ; 15 séries vidéo sur les affaires disponibles.

Djugu : la Société civile dit qu’il n’y a pas de rébellion et contredit la mission de l’Assemblée nationale !
vendredi 19 octobre 2018

C’est le mercredi dernier que la Coordination de la Société civile de Djugu présidée par Jean-Bosco Lallo a tenu une conférence de presse, deux jours (...)
lire la suite
Le système alimentaire actuel menace la nature
vendredi 19 octobre 2018

Le monde a célébré le mardi 16 octobre, la Journée mondiale de l’alimentation. A cette occasion, le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) a tiré la (...)
lire la suite
L’expansion des villes chinoises, modèle d’une véritable révolution de la modernité
vendredi 19 octobre 2018

* Changsha, capitale de Hunan, en pleine mutation, accueille une délégation de 30 journalistes congolais. La République populaire de Chine est (...)
lire la suite
Des journalistes congolais en visite à l’institut de Mass média de Hunan
vendredi 19 octobre 2018

Séjournant en Chine dans le cadre du séminaire sur la culture des capacités managériales de l’exploitation de radio-télévision pour la République (...)
lire la suite
L’expansion des villes chinoises, modèle d’une véritable révolution de la modernité
vendredi 19 octobre 2018

* Changsha, capitale de Hunan, en pleine mutation, accueille une délégation de 30 journalistes congolais. La République populaire de Chine est (...)
lire la suite
Peut-on négocier avec les ADF ?
jeudi 18 octobre 2018

Elle a fait une déclaration-choc mardi denier à partir de Kinshasa, la diplomate algérienne Leila Zerrougui, Représentante spéciale du secrétaire (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting