EN DEPIT DU CONTENTIEUX AVEC LE CLERGE KINOIS
Pouvoir–Eglise : le pont n’est pas coupé
jeudi 8 février 2018

* Sur instruction du Chef de l’Etat, le Gouvernement a pris en charge les obsèques d’un évêque de Lisala décédé à Kinshasa. Quatre jours plus tôt, une importante délégation gouvernementale a assisté au jubilé d’argent de l’archevêque de Lubumbashi.

L’Eglise catholique en RD Congo serait-elle entrée en guerre ouverte contre le Pouvoir ? Quel est l’état actuel des relations entre l’Eglise locale et les autorités du pays ? Existe-t-il de vrais problèmes insolubles entre ces deux pouvoirs,l’un temporel et l’autre intemporel ? On pourrait s’interroger à l‘infini. A priori, nombreux sont des Congolais qui, à bras raccourci, pourraient tirer des conclusions hâtives. Sans doute sur base du très récent bras de fer entre les dirigeants du pays et le clergé Kinois, engagé après les manifestations du 31 décembre 2017 et du 21 janvier dernier. A cela s’ajoutent des joutes oratoires entendues dans les deux camps.

Au fil du temps, il s’avère cependant, que la crise entre l’Eglise catholique en RD Congo et le Pouvoir ne concernerait que le clergé kinois. Plusieurs hauts faits prouvent à suffisance le contraire. Le plus récent est l’instruction du Président de la République au Gouvernement, de prendre en charge les funérailles de feu Mgr Jérôme Makila Makili, décédé à la clinique Bondeko de Kinshasa. Joseph Kabila s’en tenant aux obsèques dignes de ce prince de l’Eglise dans sa circonscription ecclésiastique, a explicitement demandé au Premier ministre de prendre des dispositions nécessaires quant à ce.
C’est donc dans ce cadre qu’une délégation de prêtres, conduite par l’abbé Georges Ndumba, président du comité d’organisation des obsèques du prince de l’Eglise décédé, a rencontré hier mercredi, le Premier ministre, Bruno Tshibala. Des sources qualifiées, nous apprenions que le Gouvernement a pris en charge les obsèques de feu Mgr Jérôme Makila Makili, avec une bagatelle somme de cinquante-huit mille six cents dollars Us (58.600USD). De quoi pleurer et inhumer le défunt dans des conditions dignes de son rang et son statut social. Ce n’est pas tout.
Etant donné que le défunt doit être enterré dans sa circonscription ecclésiastique, comme l’exigent les us et coutumes de l’Eglise catholique, le Chef de l’Etat, a encore demandé au Gouvernement d’assister le comité d’organisation des funérailles dans le rapatriement de la dépouille mortelle à Lisala. L’enterrement aura lieu au cimetière de sacerdotal de Bolongo. Si le cœur se réjouit de ce qu’il donne et l’esprit, de ce qu’il reçoit, l’abbé Georges Ndumba n’a pas été avare de congratulations au Chef de l’Etat, via le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe. Car, l’acte de charité de l’Exécutif national leur aura ainsi facilité l’organisation des funérailles, considérée dès le départ comme un véritable casse-tête chinois. « Nous nous félicitons de la magnanimité du Président de la République qui a rendu possible les funérailles de Mgr Jérôme Makila. Il n’existe donc pas de conflit entre l’Etat et l’Eglise catholique », a martelé souriant, l’abbé Georges, au sortir de leur rencontre avec le Chef de l’Exécutif national.

UNE FORTE DELEGATION GOUVERNEMENTALE A LUBUMBASHI

Quatre jours plus tôt, une importante délégation gouvernementale dont deux vice-Premiers ministres, a assisté au jubilé d’argent de l’archevêque de Lubumbashi. Emmanuel Ramazany Shadary de l’Intérieur et Sécurité ainsi que son collègue Léonard She Okitundu des Affaires étrangères, ont été parmi les témoins privilégiés de la commémoration des 25 ans de sacerdotale de l’Evêque du chef-lieu de la province du Haut-Katanga. La délégation partie de Kinshasa comptait également Me Néhémie Mwilanya, Directeur de cabinet du Raïs. Comme qui dirait, l’œil et l’oreille du Chef de l’Etat.
A la lumière de ces hauts faits, l’inférence est désormais facile. Que donc conclure des relations entre l’Etat congolais et l’Eglise catholique romaine ? Une chose. C’est qu’en dépit du contentieux avec le clergé de Kinshasa, la passerelle jetée entre le Pouvoir et l’Eglise n’est pas coupée. Bien au contraire. Le pont continue à exister. Les deux parties veillent à son entretien. Moralité, ceux des acteurs politiques malintentionnés qui veulent se servir de l’Eglise pour conquérir le pouvoir par des moyens non démocratiques, ne devraient donc plus réduire l’Eglise catholique à l’Archidiocèse de Kinshasa. La capitale n’étant pas tout le pays. Grevisse KABREL

Controverse autour du contrôle parlementaire
vendredi 19 octobre 2018

*Face à cet exercice qui n’a rien produit tout au long de la législature, des voix s’élèvent pour appeler les députés à placer le curseur sur les (...)
lire la suite
Kinshasa s’interroge sur les motivations des autorités angolaises
jeudi 18 octobre 2018

Quarante-huit heures après le Conseil des ministres, dirigé par le président de la République, le Vice-premier ministre en charge des Affaires (...)
lire la suite
Expulsés d’Angola : Le gouvernement actionne le Fonds spécial d’assistance humanitaire
mercredi 17 octobre 2018

Le gouvernement va porter assistance aux ressortissants congolais expulsés sans façon d’Angola. La décision a été prise au cours de la dix-huitième (...)
lire la suite
Ramaphosa : les dessous de l’annulation de sa venue à Kinshasa
mardi 16 octobre 2018

On l’attendait hier lundi 15 octobre à Kinshasa, mais l’attente a été longue et vaine. Annoncé au XIème Sommet de la Grande Commission mixte République (...)
lire la suite
Les impératifs sécuritaires sacrifiés !
lundi 15 octobre 2018

* Dès lors qu’il n’y a pas péril en la demeure et que le Parlement actuel est fin mandat, des analyses pensent que ce texte de loi devrait attendre (...)
lire la suite
MP-Palu : vers un nouveau deal !
vendredi 12 octobre 2018

* Après le coup de gueule d’Antoine Gizenga de samedi dernier, un émissaire du FCC signalé au siège du Palu pour amorcer les pourparlers. Un très (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting