A PROPOS DES 15 CASQUES BLEUS TUES A BENI
La Commission Dimitri parle d’un dysfonctionnement dans le système de défense
jeudi 8 février 2018

Après l’attaque attribuée aux prétendus rebelles ougandais des ADF, le 7 décembre dernier contre un convoi de la MONUSCO et qui a coûté la vie à quinze Casques bleus tanzaniens de la Brigade d’intervention de la MONUSCO, Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU avait mis sur pied une Commission d’enquête présidée par le Russe Dimitri Titos. Celle-ci était chargée de faire toute la lumière sur cette attaque, c’est-à-dire établir les circonstances dans lesquelles cette tragédie s’est produite ainsi que d’identifier les auteurs.

La Commission-Dimitri s’était rendue sur le lieu de l’attaque et dans la région de Beni pour ses investigations. Elle avait échangé avec les acteurs de divers milieux et en a recueilli une abondante documentation sur ce massacre des soldats de la paix qui a eu lieu sur la route Beni-Mutwanga (60Km) au niveau de la rivière Semliki.
La Commission est déjà fin-prête pour ses conclusions et a même déjà rédigé un pré-rapport confidentiel d’une quarantaine de pages déposé au secrétaire général de l’ONU. Quelques rares médias internationaux ont cependant réussi à se procurer ce rapport de la Commission d’enquête de l’ONU. On peut d’une manière ramassée, donner la quintessence du rapport.
Celui-ci montre bien, à tout point de vue, qu’il s’est passé un problème de dysfonctionnement dans le système de défense des forces de la MONUSCO le jour de l’attaque. Par exemple, le convoi tombe dans l’embuscade des prétendus ADF au niveau du pont Semliki le 7 décembre 2017 à 17 heures. Les survivants sont en communication avec la base opérationnelle de la MONUSCO située sur la route Kamango-Mbau, à quelque 40 Km de là.
Les survivants sollicitent une intervention héliportée à partir de la base de la MONUSCO car ils continuaient à faire l’objet du feu des tirs nourris de toutes parts de la part des assaillants. Curieusement, l’intervention héliportée qu’attendaient désespérément les survivants de l’attaque du convoi de la MONUSCO n’est jamais venue cette nuit-là. Mais plutôt le lendemain, c’est-à-dire 24 heures après l’attaque. Pour sauver qui ? La raison c’est qu’à la base de la MONUSCO où l’alerte était donnée, il s’est passé des choses inexplicables.
Le pilote des vols d’hélicos-d’assaut présent à la base n’avait pas été formé pour des vols nocturnes, renseigne le pré-rapport. En plus, l’hélico d’attaque pouvant opérer des vols nocturnes n’était plus disponible à la base de la MONUSCO.
Une autre anomalie que met en exergue le rapport de la Commission-Dimitri, c’est que les survivants de l’attaque sont restés en communication permanente avec la base de la MONUSCO jusqu’à 3 heures du matin où le contact est interrompu. Pourquoi ? Ils ne le comprendront que le lendemain en arrivant à la base pour se rendre amèrement compte que le Casque bleu assurant la Communication-radio de la base avait fui en abandonnant le poste.
Quand on analyse ce rapport, on réalise qu’il y a des faiblesses graves dans l’organisation opérationnelle de la MONUSCO. Ce qui explique la facilité avec laquelle les ADF attaquent les troupes de la MONUSCO pour les mettre en débandade, comme ce 7 décembre 2017-là avec un bilan des plus lourds, 15 morts parmi les Casques bleus tanzaniens, deux disparus jusqu’à ce jour et plusieurs grièvement blessés. Quelques mois auparavant, les mêmes ADF, ces rebelles ougandais à essence islamiste avaient attaqué la plus grande base opérationnelle de la MONUSCO, située sur la route Kamango-Mbau, à quelque 50 Km de Beni-vile avec une facilité déconcertante.
C’est pourtant dans cette base où la MONUSCO dispose de son armement lourd avec des tanks, des blindés et des hélicos d’assaut sous la garde des commandos tanzaniens de la Brigade d’intervention. L’attaque avait alors fait deux morts parmi les Casques bleus tanzaniens et plusieurs blessés ensuite les ADF avaient endommagé un tank de la MONUSCO sous la barbe des Casques bleus tanzaniens.
Mais il s’agit bien d’une problématique très complexe. Au-delà des dysfonctionnements dans l’organisation opérationnelle, il y a aussi le problème de formation militaire de l’écrasante majorité des Casques bleus de la MONUSCO dans les pays contributeurs qui laissent à désirer. Les Casques bleus manquent aussi la motivation aux combats et, plus souvent, se réservent d’aller mourir à la place des Congolais, exception faite des soldats africains comme les Tanzaniens et les Sud-africaines. C’est tout cela qu’Antonio Guterres doit radicalement changer. KANDOLO M.

L’Union européenne mobilise plus de 8 millions de dollars pour la lutte contre Ebola
mardi 23 octobre 2018

L’Union Européenne est déterminée à intensifier la lutte contre la fièvre hémorragique d’Ebola en République démocratique du Congo. C’est dans cette (...)
lire la suite
Des émissions pour enfants, une source sûre de revenus pour la télévision chinoise Hunan TV
mardi 23 octobre 2018

La production des émissions pour enfants est un secteur non négligeable dans la télévision chinoise. En témoigne, Hunan TV, une chaîne provinciale (...)
lire la suite
Le lac Baofeng, un autre site magnifique exploré par des journalistes de la RDC
lundi 22 octobre 2018

Des journalistes congolais ont humé l’air frais du lac pittoresque Baofeng, appartenant à la vaste aire picturale de Wulingyuan, une zone classée (...)
lire la suite
Des journalistes congolais découvrent le mont Tianmen
lundi 22 octobre 2018

La délégation des journalistes congolais en formation en Chine, a exploré le samedi 20 octobre dernier, la beauté incommensurable des montagnes (...)
lire la suite
Les journalistes engagés dans la politique sommés de quitter les médias
lundi 22 octobre 2018

A l’approche des élections du 23 décembre prochain, les journalistes congolais sont de plus en plus nombreux à afficher leurs ambitions politiques. (...)
lire la suite
Près de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 5,5 dollars par jour
vendredi 19 octobre 2018

* Si l’extrême pauvreté a reculé, des milliards de pauvres peinent encore à satisfaire leurs besoins élémentaires. WASHINGTON, le 17 octobre 2018 - (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting