Les sapeurs commémorent le 23ème anniversaire de la mort Niarkos ce samedi
vendredi 9 février 2018

10 février 1995 - 10 février 2018, il y a 23 ans, mourait à Paris Mombele Ngantshie alias Stervos Niarcos, fondateur de la Société d’ambianceurs et de personnes élégantes. (SAPE) en RDC, alors République du Zaïre. A l’occasion de la commémoration du 23ème anniversaire de la mort du pape de la « religion Kitendi », des « sapeurs » ou personnes swags de Kinshasa et de Brazzaville, prévoient une grande cérémonie d’exhibition de la mode et du style ce samedi à Kinshasa.

Manière pour ces adeptes de la « religion Kintendi » de rendre hommage au précurseur de leur philosophie, la « sapologie ».
Le programme de la journée prévoit un moment de recueillement dans la matinée au cimetière de la Gombe où repose à jamais, la dépouille de celui que les Kinois avaient surnommé affectueusement "Nyarka". Indépendamment de ce que prévoit la famille biologique du défunt, les amoureux de la haute couture se retrouveront à Kinkole pour célébrer la disparition de cette icone de l’élégance et de la bonne apparence.

NIARCOS, UN SYMBOLE
Dans les quartiers chauds de la mégapole congolaise, des sapeurs apprêtent déjà leurs malles d’habits. "Nous nous préparons en conséquence car, il ne sera pas seulement question de commémorer la mort de Ngantsié. Ce sera surtout pour nous une fête immense de la Sape. Nous invitons ainsi tous les sapeurs de Kinshasa à amener leurs plus beaux vêtements. Nous veillerons à ce que tous ceux qui seront mal vêtus soient sanctionnés", ironise Danny, dit Gianfranco Ferre.
La rivalité sera de plus belle, annoncent certains jeunes allurés abordés dans la commune de Lingwala. L’essentiel de l’événement, rapportent-ils, consistera en l’exhibition de la marque des vêtements au travers des manifestations ostentatoires de quelque manière que ce soit.
" Nous sommes conscients de la présence à Kinshasa des délégations qui viendront des pays africains, notamment du Congo Brazzaville et de l’Europe à cette occasion. Qu’à cela ne tienne, nous ferions tout pour avoir de l’ascendant sur eux. Qu’ils se préparent aussi en conséquence, car ils seront heurtés à des nouvelles collections de Yohji Yamamoto, de Gucci et de bien d’autres marques", préviennent les sapeurs de la commune de N’Djili.

LA SAPE, UN MOUVEMENT AUX ALLURES D’UNE RELIGION

Les sapeurs kinois interrogés dans le cadre des préparatifs du 23ème anniversaire de la mort de Niarcos, définissent la SAPE comme un état d’esprit, mieux une religion. Ils retiennent de la pensée de Niarkos, la trilogie : "bien sapé, bien rasé et bien parfumé". Un vrai sapeur, expliquent-ils, doit sentir toujours bon. Il doit être propre et apprendre à suivre à la loupe l’évolution de la mode, affirment-ils.
Costumes de grands couturiers, chaussures anglaises, accessoires clinquants, improvisations hasardeuses, c’est sur cette ambiance que les membres de la "société des ambianceurs et des personnes élégantes" (SAPE) de République démocratique du Congo (RDC), annoncent, sur une vidéo diffusée en boucle sur les chaines de télévision populaire de Kinshasa, la couleur de cette énième commémoration de la mort de Stervos Niarcos.
Le premier personnage affiche avec ostentation, une étiquette italienne à découvert sur sa longue veste. Un autre se fait remarquer en ôtant sa chaussure, dévoilant la marque d’origine italienne. "Gucci bien signé" annonce l’un d’eux précisant qu’il ne s’agit pas d’un faux alors que l’autre élargit son pantalon et lance le japonais "Issey Miyake".
Bottes de cuir, vestes de fourrure, lunettes siglées, montres couvertes de faux brillants, les uns et les autres se croisent avec une démarche chaloupée tout en s’apostrophant. Parfois l’un prend une pose figée tout en remontant son pantalon pour montrer ses chaussettes de laine ou se tenant le ventre pour exposer une boucle de ceinture.
Bodrick Ndombe, 49 ans, se souvient de Niarcos comme l’un des premiers à avoir amené le mouvement de la SAPE à Kinshasa. "C’était un prince", dit il dans son blouson en cuir. " Il fait partie de ces grands frères qui nous ont donné le goût de l’élégance. C’est ainsi que je me voyais déjà sapeur dès l’âge de 10 ans" se vante-t-il.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

Le ministre Modeste Bahati porte "Devenir un bon avocat" de Me Willy Wenga sur les fonts baptismaux
lundi 19 février 2018

Il n’y a pas un sans deux. Trois ans après son premier ouvrage édité en 2015, revoici Me Willy Wenga avec "Devenir un bon avocat, quelques repères (...)
lire la suite
« Programme du cours d’éducation physique et sportive adapté à l’élève vivant avec handicap »
lundi 19 février 2018

*Un ouvrage né du projet « Ecoutez-Nous » de la Ligue Handisport du Katanga. C’est sans doute par ignorance que les élèves vivant avec handicap (...)
lire la suite
Une nouvelle rentrée artistique vient d’être...
lundi 19 février 2018

Une nouvelle rentrée artistique vient d’être lancée au Théâtre des Intrigants avec à l’affiche, la pièce théâtrale "Nazali Kinshasa". Ceci marque le début (...)
lire la suite
Le roman "Les aventures de Lumengu" porté sur les fonts baptismaux
mercredi 14 février 2018

La bibliothèque du Centre Wallonie Bruxelles a accueilli, le week-end dernier, la cérémonie du vernissage d’un roman hautement interpellateur (...)
lire la suite
Kinshasa et Brazzaville s’accordent pour mener des actions conjointes
lundi 12 février 2018

Les tourbières récemment découvertes par les scientifiques en RDC et au Congo Brazzaville, ont été au centre des discussions entre le ministre (...)
lire la suite
Thomas Luhaka invite les Congolais à la quête de la grandeur
lundi 12 février 2018

Le boulevard Tshatshi a changé de look. Et d’ambiance aussi. D’ordinaire d’un calme plat, cette large avenue qui mène à la présidence de la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting