INSALUBRITE GENERALISEE, CANIVEAUX BOUCHES...
"Nous ne devons plus rester dans nos bureaux", décrète JC Kadima, bourgmestre de Kalamu
mardi 13 février 2018

Le bourgmestre de la commune de Kalamu, Jean-Claude Kadima, a pris la mesure de l’insalubrité dans laquelle baignent ses administrés : des rues sales, des caniveaux bouchés, des poubelles partout. Bref, tout plante le décor d’une insalubrité généralisée.
JC Kadima a décidé de prendre le taureau par les cornes et faire avec le peu de moyens dont dispose sa municipalité. Depuis plusieurs semaines déjà, l’homme est plus sur le terrain que dans son bureau climatisé, faisant curer les caniveaux, nettoyer les rues et quartiers de sa commune. Le bourgmestre Kadima s’est confié à Forum des As dans un entretien à bâtons rompus. Morceaux choisis.

Le Bourgmestre de Kalamu dit s’engager dans une cascade des travaux de salubrité publique par souci pour sa population. "Il faut travailler avant que le pire n’arrive", fait-il valoir. Sa vie est désormais rythmée par le travail de terrain aux côtés de ses administrés. "Nous ne devons plus rester dans nos bureaux tandis que nos rues de Kalamu sont sales, des caniveaux bouchés et des poubelles partout. Si nous ne travaillons pas, personne ne viendra le faire à notre place. S’il nous faut de l’aide, il faut qu’il y ait d’abord un départ avant que le Gouvernement ou encore les Ong viennent à notre rescousse", explique le bourgmestre JC Kadima.

FONDS PROPRES
Les travaux réalisés jusque-là sont rendus possibles grâce au financement sur fonds propres de la commune de Kalamu. JC Kadima espère, cependant, que le Gouvernement lui viendra en aide avant la fin de ces travaux. "Toutes ces initiatives sont financées par la commune. Nous avons préféré commencer avec nos propres ressources (générées par la commune, NDLR) en espérant que l’Exécutif national nous répondra avant la fin des travaux".
En attendant l’appui financier du Gouvernement central, le numéro 1 de la commune de Kalamu reconnaît que la tache n’est pas facile. Et pour cause, l’absence d’engins appropriés pour faciliter le travail. "Nous n’avons pas de machines qu’il faut pour notre travail. J’avais fait recours à l’OVD pour nous trouver des engins, malheureusement il n’ y en a que deux et qui sont occupés. J’ai dû aller louer ailleurs et cela m’a coûté un peu cher. Mais comme nous sommes dans les besoins, nous ne pouvions pas attendre l’OVD. C’est ainsi que nous étions obligés de louer cette machine malgré le coût. Ce n’est pas tout. Nous avons aussi loué le chauffeur, le lubrifiant et le carburant et tout ça toujours avec notre propre fonds", explique le bourgmestre Kadima.

POPULATION SERVIE EN EAU ET ELECTRICITE
Malgré l’insalubrité, la situation sociale dans la commune de Kalamu n’affiche pas seulement un tableau désolant. Le bourgmestre se réjouit d’avoir résolu la plupart des problèmes de ses administrés.
"Nous nous sommes battus pour résoudre un certain nombre de problèmes. Notamment celui relatif aux kuluna (bandits des quartiers urbains, NDLR). Avant c’était terrible, ils faisaient pleurer tout le monde. La politique qui nous a permis de vaincre ce phénomène consistait à travailler en collaboration avec la population de Kimbangu en dénonçant tout kuluna même si on habitait avec lui dans la même parcelle. Ils étaient jugés en public et condamnés, nombreux sont à Makala...", indique JC Kadima.
Par ailleurs, le numéro 1 de l’administration de la commune de Kalamu, souligne qu’en plus de la « victoire » sur l’insécurité à l’effet des Kulunas, la desserte en électricité ne pose plus problème à Kalamu. "A moins que ce ne soit une coupure générale, sinon dans notre commune ce problème est déjà réglé. Il n’y a pas non plus de difficultés majeures d’approvisionnement en eau potable. Dans toutes les parcelles de Kalamu, l’eau coule des robinets. Il y en a même au fond de la rivière Kalamu..." se réjouit JC Kadima.
Pour garder sa commune propre, le bourgmestre a pris l’initiative de vendre des sachets poubelles dans chaque parcelle... Pourvu que ça dure et que tous s’y conforment.
Christelle GIBEMBA

La culture de la Pentecôte est le socle du développement socioéconomique
jeudi 21 juin 2018

(Par l’Ev. Colin NZOLANTIMA) « » INTRODUCTION La culture est souvent définie comme la façon de penser, de parler et d’agir d’un peuple. C’est ce (...)
lire la suite
La RDC compte 534.108 réfugiés, fait savoir le HCR
jeudi 21 juin 2018

Le Haut commissariat des Nations-unies pour le réfugié a annoncé, hier mercredi 20 juin, que la RDC compte actuellement 534.108 réfugiés, soit 62.000 (...)
lire la suite
80% de l’exportation du café échappe au contrôle de l’Etat
mardi 19 juin 2018

La mise en place d’un cadre adéquat est essentielle pour booster la filière du café au Sud-Kivu.« La province a produit plus de 5000 tonnes de café. (...)
lire la suite
La Fondation Friedrich Ebert peut désormais fonctionner en RDC
mardi 19 juin 2018

La Fondation Friedrich Ebert (FFE) peut désormais euvrer en RDC. Ce, après la signature de l’Accord-cadre de coopération intervenue hier lundi 18 (...)
lire la suite
La relance du commerce du café et du cacao au coeur d’un Forum à Kinshasa
mardi 19 juin 2018

Le ministre congolais de l’Economie nationale, Joseph Kapika, a lancé les travaux du tout premier forum national sur le café et le cacao. Ces (...)
lire la suite
80% de l’exportation du café échappe au contrôle de l’Etat
lundi 18 juin 2018

La mise en place d’un cadre adéquat est essentielle pour booster la filière du café au Sud-Kivu.« La province a produit plus de 5000 tonnes de café. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Des limites au régime de faveur

Autant le confesser tout de go. Personne d’équilibré ne trouverait à redire sur le principe d’une prise en charge d’anciens Présidents de la république élus par le Trésor public. Cette pratique existe (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting