Le ministre Modeste Bahati porte "Devenir un bon avocat" de Me Willy Wenga sur les fonts baptismaux
lundi 19 février 2018

Il n’y a pas un sans deux. Trois ans après son premier ouvrage édité en 2015, revoici Me Willy Wenga avec "Devenir un bon avocat, quelques repères éthiques". Cette oeuvre, présentée comme un abrégé de la déontologie de l’avocat, a été portée sur les fonts baptismaux le samedi 17 février par le ministre d’Etat du Plan, Modeste Bahati Lukwebo.

« En observant la manière dont s’exerce aujourd’hui la profession, l’image que présente l’avocat congolais ou l’opinion péjorative que le public se fait de lui (menteur, complice, envieux, viveur…) nous avons senti le besoin d’une part, de rappeler aux avocats jeunes et vieux que nonobstant la situation socio-économique que traverse le pays, le surnombre d’avocats et la pauvreté accrue de la clientèle, la profession d’avocat est une profession noble, fondée sur des règles éthiques dont l’inobservation constitue une faute disciplinaire poursuivable devant le conseil de l’ordre selon une procédure légalement déterminée, d’autre part », explique Me Willy Wenga.
Pour ce ténor du barreau rd-congolais, "cet ouvrage vient rappeler à l’avocat son prestige en démontrant qu’être un bon avocat ne tient ni aux moyens matériels ni financiers de ce dernier mais à sa capacité d’être un bon technicien de droit, capable de renforcer ses capacités toutes les fois qu’il y a un droit nouveau. Et cela, dans le strict respect de l’éthique."
S’expliquant par rapport à l’intitulé de l’ouvrage, Me Willy Wenga affirme que « nous n’avons nullement l’intention d’être le meilleur des avocats. Mais, par contre, un interpelé parmi tant d’autres. Seulement, notre conviction reste et demeure que vous qui nous suivez de par votre lecture, vous ferez des meilleurs. »

Conseiller et non un vas-t-en guerre
Me Willy Wenga est soucieux de l’image de la justice de son pays. C’est aussi une des raisons d’être de cet ouvrage consacré à un bon avocat. En achetant ce livre, dit-il, « nous ne demandons pas à tous de devenir avocat. Nous sommes déjà 15 mille dont 11 mille à Kinshasa ». Par contre, poursuit-il, « nous vous invitons par les informations que vous y puiserez à participer à l’amélioration de l’image de notre justice, car les bons juges sont ceux-là devant qui comparaissent des bons avocats. »
Et un bon avocat, Me Wenga, « n’est ni votre enfant, ni votre frère en Christ encore moins celui qui roule carrosse ou bien habillé, ou encore, le plus riche que vous connaissez ». Devenir un bon avocat, fait-il remarquer, ce n’est pas une question d’apparence, d’amitié ou de fraternité mais une question de technicité dans le strict respect des règles éthiques de la profession fondée sur une moralité irréprochable, dont principalement l’honneur, la dignité, les respects de ses engagements, de sa parole donnée, de sa conduite exemplaire, la discrétion, la modération, la délicatesse, la confraternité, la diligence, être véridique, prévoyant, conseiller et non un vas-t-en guerre.
Ce n’est pas tout. Autre qualité que doit avoir un bon avocat, indique-t-il, c’est celui d’être d’abord un conseiller pour son client. « Il doit selon son pouvoir éviter à ce dernier un conflit, un litige, un procès. Si le procès est inévitable, un bon avocat sait prendre son temps pour apprécier ses chances de la défense. Et s’il devra s’engager, il devra veiller au respect des règles qu’impose tout procès », a-t-il expliqué à son auditoire.
Le Président de la Commission de formation des avocats du Barreau de Kinshasa-Gombe, le bâtonnier Omer Félix Muanza Tshipepele, qui a fait l’économie de l’ouvrage, a salué les qualités professionnelles et humaines de l’auteur. Il n’a pas tari d’éloges à l’endroit de Me Wenga. Ce Bâtonnier a loué la capacité de compréhension, de rétention et d’esprit d’à propos qui a toujours caractérisé Me Willy Wenga. Avant d’apprécier l’ouvrage. « Le style est très coulant ! », commente-t-il, tout en soulignant le choix de la méthode d’écriture faite par l’auteur.
« J’ai beaucoup apprécié le chapitre sur les interdits. Ceux-ci s’adressent aux avocats parce que nous qui sommes dans la vie professionnelle, nous en voyons de toutes les couleurs, alors que l’avocat est une personne de référence, digne de confiance », a déclaré Modeste Bahati. Pour l’Autorité morale de l’AFDC, quand on dit de quelqu’un qu’il est avocat, « on voit, d’office, une personne pétrie de valeurs morale et professionnelle ».
Mais le ministre d’Etat en charge du Plan met un bémol : « avec l’évolution de notre société, comme vous le savez, tout le monde ne peut pas être aux pas. Il y a toujours quelques égarements et quelques exceptions. Et c’est sur ces exceptions que le bâtonnier et Me Willy Wenga y travaillent. » Modeste Bahati, rappelant les éloges du bâtonnier Muanza à l’endroit de l’auteur de l’ouvrage, a fait savoir ceci : « le bâtonnier Mwanza n’a pas hésité de reconnaitre ses qualités. Connaissant la rigueur du Bâtonnier, en tout cas, quand il fait des éloges il faut le prendre au sérieux. Car, il est très parcimonieux en ce qui concerne les éloges. Maitre Willy Wenga, il faut donc vous sentir encourager et que vous ne puissiez pas vous arrêter au deuxième ouvrage. Il faut aller au-delà. Et je sais que vous êtes capable de le faire » a-t-il encouragé. Avant de rappeler que le choix de l’auteur sur sa personne pour baptiser ce livre n’est pas lié à ses fonctions de ministre. « Il ne m’a pas choisi parce que je suis ministre d’Etat ou professeur d’université. Il m’a choisi parce qu’il sait que je me bats aussi pour la justice et l’état de droit dans notre pays depuis des années... Didier KEBONGO

Yoko Yakembe retrace la vision de l’émergence et du développement d’Emmanuel Ramazani
mardi 11 décembre 2018

La vision de l’émergence et du développement de la République démocratique du Congo prônée par le candidat du FCC, Emmanuel Ramazani Shadary restera à (...)
lire la suite
Dr Mukwege : « Seule la lutte contre l’impunité peut briser la spirale des violences sexuelles »
mardi 11 décembre 2018

Le Dr Denis Mukwege a affirmé ce lundi 10 décembre à Oslo lors de la remise officielle du prix Nobel de la paix que la lutte contre l’impunité est (...)
lire la suite
La Compagnie Théâtre des intrigants a formé plus de 400 élèves en art théâtral
vendredi 7 décembre 2018

A l’occasion de la clôture de la saison artistique 2017-2018, la Compagnie Théâtre des Intrigants, s’est dite satisfaite de son bilan. En effet, pour (...)
lire la suite
Papy Tex, Verckys, Robinho ... ont rendu hommage à Pépé Kallé
mercredi 5 décembre 2018

Vingt ans après sa disparition, l’artiste musicien Kabasele Yampanya dit « Pépé Kallé » a été honoré à Kinshasa. Ses collègues musiciens ont revisité sa (...)
lire la suite
Démarrage ce vendredi du festival " Festiley " en mémoire de Tabu Ley
vendredi 30 novembre 2018

Cinq ans déjà depuis que Pascal Tabu Ley Rochereau, artiste musicien congolais de renom, a quitté ce monde. Aussi, pour rendre hommage à ce géant de (...)
lire la suite
Démarrage ce vendredi du festival " Festiley " en mémoire de Tabu Ley
jeudi 29 novembre 2018

Cinq ans déjà depuis que Pascal Tabu Ley Rochereau, artiste musicien congolais de renom, a quitté ce monde. Aussi, pour rendre hommage à ce géant de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting